acceuilActualité

Tempête Isaias, entre bilan et mensonge

À la suite du passage de la tempête Isaias dans le pays, dans le département du Nord-Ouest, plus précisément à Port-de-Paix, Saint-Louis-du-Nord, Bassin-Bleu et Baie-de-Henne, plus de 3 000 familles sinistrées ont été évacuées, ont fait savoir les autorités haïtiennes.

Les communes de Camp-Perrin, d’Aquin, de Fond-des-Nègres et de Saint-Jean-du-Sud ont enregistré des pertes importantes dans les bananeraies. Aucune victime n’est à déplorer. Des dommages ont également été rapportés au niveau du Pont Béthel (Cabaret) et du Pont de Coujole (Arcahaie).

Le Centre d’Opérations d’Urgence National surveillait activement la situation en Haïti et évalue les impacts, alors qu’«Isaias», devenu ouragan, continuait à se déplacer au-delà de la côte nord d’Haïti.

  • À Guinaudée, commune de Jean-Rabel (Département du Nord-Ouest): 22 maisons endommagées;
  • Bocozelle, commune de Saint-Marc (Artibonite): 9 maisons endommagées;
  • Dumas, commune de Fort-Liberté : 5 maisons endommagées ;
  • et à Juanaria, commune de Hinche (Centre): 1 maison endommagée.

Des dégâts aux cultures, causés par de fortes rafales de vent ont également été signalés dans les départements de Grande-Anse (Les Irois), Nippes (Font-des-Nègres) et Sud (St-Jean-du-Sud et Les Cayes).

À noter que, suite au passage de la tempête Isaias, les autorités haïtiennes et les ONG (Organisations non Gouvernementales) s’attendaient à des vents forts, des pluies estimées dans le Nord d’Haïti 7 à 15 cm avec des maximum isolés jusqu’à 20 cm, pour faire leur beurre. La Direction Générale de la Protection Civile, le Secrétariat Permanent de Gestion des Risques et Désastres (SPGRD), de concert avec l’Unité Hydro-Météorologique d’Haïti (UHM) avait annoncé l’activation du Plan National de Gestion des Risques avec un niveau de Vigilance Orange (impacts modérés à forts attendus dans un délai de 24 à 36 heures) sur le pays.

Les prévisions avaient prévenu de fortes pluies et des crues soudaines, potentiellement mortelles et des glissements de terrain à travers le pays, en particulier autour de la côte nord. Les partenaires humanitaires voraces se préparaient à répondre aux impacts potentiels, sous la direction du Gouvernement d’Haïti de facto vorace. Mais c’était bien compté mais mal calculé.

Emmanuel Saintus

Lire la suite : Nouvelles en bref

Articles Similaires

Back to top button