accueilActualitéDistributionsEn brefPratiques culturellessciences et santé

Nouvelles en bref – Du 15 au 21 Juillet 2020

Robert Harry Bretous s’est rendu à la police

Le Mercredi 8 juillet 2020, Robert Harry Bretous suspecté d’être l’auteur du double meurtre de deux jeunes danseurs Nancy Dorléans (25 ans) et Sébastien Petit (20 ans) qui faisait l’objet d’un avis de recherche de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) s’est rendu volontairement à la police au sous-commissariat de Thomassin, aux environs de 1h35 de l’après-midi.

 

Les Iles Cayemites élevées au rang de commune

Dans le numéro spécial du journal officiel Le Moniteur #14 daté du mardi 7 juillet, le Chef de l’État a élevé les Iles Cayemites au rang de commune. Rattaché auparavant à la commune de Pestel, soit sa 6e section communale, département de la Grand’Anse, les Cayemites sont situées au Sud du golfe de la Gonâve, à environ 35 Km à l’Est de Jérémie, dans le département de la Grand’Anse. Ils sont maintenant dans l’arrondissement de Corail.

Des gynécologues désapprouvent la décision de l’État

Des gynécologues voient d’un mauvais œil la décision du Gouvernement haïtien de fixer la majorité sexuelle à 15 ans dans le nouveau décret du Code Pénal. Une disposition qui, selon eux, risque de provoquer la multiplication des cas de grossesse précoce.

5,898 haïtiens de retour de RD en 7 jours

Selon un rapport de l’Organisation Internationale des Migrations (OIM), 5,898 haïtiens, qui vivaient en République Dominicaine, sont retournés volontairement en Haïti entre le 29 juin et le 5 juillet. Ouanaminthe a été le principal point de passage avec 3,546 migrants.

Commissions Communales

Accompagné du Ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, le Président Moïse s’est entretenu au Palais National, avec les Commissions communales de la zone métropolitaine, dans le cadre d’une dynamique d’échanges sur les principaux enjeux auxquels font face les municipalités.

 

Retour de l’ex Ministre du Tourisme

Par arrêté publié dans le journal officiel Le Moniteur #113 daté du 8 juillet 2020, l’ancienne Ministre du tourisme, Colombe Émile Jessy Menos, est nommée Ministre déléguée auprès du Premier Ministre, en charge des droits humains et de la lutte contre la pauvreté extrême.

 

Le Président Moïse s’est entretenu avec le SG de l’ONU

Le Mercredi 8 juillet, le Président Jovenel Moïse a eu une réunion virtuelle avec Antonio Guterres Secrétaire Général (SG) de l’ONU sur la question des droits humains et la sécurité, la gestion de l’après Covid-19, les réformes en cours et le processus électoral. Les deux hommes ont renouvelé leur engagement en vue de l’amélioration du climat général en Haïti.

 

Inauguration Phase I du SAEP de Mirebalais

La Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA) a procédé dernièrement à l’inauguration de la Phase I du Projet de réhabilitation et d’extension du Système d’Approvisionnement d’Eau Potable (SAEP) de Mirebalais. Ce projet qui est financé par l’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement (AECID) doit permettre l’amélioration de la distribution de l’eau potable dans plusieurs localités de cette commune.

 

La route de Lascahobas-Bellabère bloquée pour absence d’électricité

Une partie de la population a bloqué, le vendredi 10 juillet 2020, la route de Lascahobas-Bellabère dans le département du Centre pour réclamer du courant électrique. Ils ont dénoncé une longue pénurie de l’électricité dans plusieurs communes du département. Les protestataires ont exigé du courant électrique. Ils ont dénoncé une longue pénurie de l’électricité dans plusieurs communes du département. Ils ont menacé de poursuivre le mouvement si leur revendication n’est pas satisfaite.

 

ED’H: protestation

Un mouvement de protestation s’est tenu à l’Électricité d’Haïti (Ed’h) ou Plusieurs employés et des membres du syndicat de la compagnie nationale d’électricité ont rejeté la nomination du nouveau directeur général de l’Ed’h, Michel Présumé. C’est ce dernier, qui, ont rappelé les protestataires, avait «liquidé» plusieurs entreprises publiques dont la Téléco, vendue en partie à une compagnie vietnamienne et qui s’est depuis, transformée en Natcom. L’arrivée de monsieur Présumé à la tête de chaque institution publique, dont la Téléco, est toujours précurseure d’une vague de révocations et d’une privatisation, ont-ils souligné. Ils ont demandé au chef de l’Etat de nommer un autre directeur à la tête de l’Ed’h rappelant que plusieurs cadres formés aux frais de l’Etat travaillent depuis de longues années à l’institution. Pourquoi leurs compétences ne sont pas exploitées à la direction générale, se sont-ils interrogés ?

 

Le MCI annonce la continuité du programme PAPEJ

Le programme d’appui à l’entrepreneuriat jeunesse, PAPEJ, se poursuit au niveau du MCI. C’est le ministre du Commerce et de l’Industrie Jonas Coffy qui en a fait l’annonce. Le ministre du commerce et de l’industrie a fait le point, sur l’état d’avancement du programme d’appui à l’entrepreneuriat jeunesse (PAPEJ). Le processus de recrutement de mille nouvelles entreprises devant bénéficier d’un financement du Gouvernement se poursuit, a dit le titulaire du MCI. Monsieur Jonas Coffy a aussi fait part de la remise de ces chèques à la deuxième semaine du mois d’août. Il a aussi fait savoir que le Ministère du commerce et de l’industrie a déjà présélectionné 1 786 projets sur 3 865. D’un autre côté, le ministre Coffy a indiqué que le Gouvernement à l’intention de revenir à la charge pour contraindre les entreprises à fixer en gourdes les prix des produits particulièrement de première nécessité libellés en dollar. Il a révélé, en ce sens, la publication incessamment d’un avis mettant en garde les entreprises concernées.

L’Église catholique adopte des mesures pour la reprise des activités religieuses

Les activités religieuses dans les lieux de culte ne se dérouleront plus comme avant, a annoncé le mardi 7 juillet, l’archevêque métropolitain de Port-au-Prince au cours d’un point de presse donné à l’archevêché. Mgr Max Leroy Mésidor a présenté une série de mesures adoptées par l’Assemblée des évêques catholiques d’Haïti en vue de respecter les consignes sanitaires dans le souci de limiter la propagation de la Covid-19 et surtout pour protéger les fidèles. «Il faut se rappeler que la maladie est toujours là. Elle continue à faire des dégâts. C’est pourquoi il faut prendre des précautions», a déclaré le prélat, rendant grâce au Seigneur qui a permis la reprise des célébrations eucharistiques avec rassemblement des fidèles. À partir du dimanche 12 juillet, les églises n’accueilleront dans leur enceinte qu’un tiers des fidèles selon leur capacité. La Conférence épiscopale d’Haïti demande aux curés des paroisses d’organiser les églises de manière à faire respecter la distance physique d’au moins 1,50m. Pour les personnes à besoins spéciaux, les prélats demandent de leur réserver un espace adapté. « Si une église a une capacité de 300 personnes, elle n’accueillera que 100 fidèles », a expliqué Mgr Mésidor. Pour faciliter tous les paroissiens à participer à la messe, les évêques pensent que le nombre de célébrations doit être augmenté. Entre chaque célébration, il est recommandé d’observer une demi-heure, le temps que le nettoyage soit refait.

 

Des jeunes des Côtes-de-Fer dans les rues

Des jeunes des Côtes-de-Fer regroupés au sein du Mouvement des jeunes pour le renouvellement social des Côtes-de-Fer (MJRSC) organisent des manifestations depuis deux semaines pour dénoncer l’emprise du népotisme de quatre citoyens sur l’administration publique depuis une quinzaine d’années. Avec Vladimir Belle-fleur, Walny Valsaint et Johnny Batisma comme chefs de file, le MJRSC ferme les portes de l’Ecole professionnelle (EPC), de l’Électricité des Côtes-de-Fer (EDC), et de la mairie pour faire passer leurs revendications. Selon Johnny Batisma, Gérald Narcisse est l’homme fort de sa commune, hormis son poste de clerc dans certains services de la ville, il est en même temps membre de la direction de la DINEPA, l’EDC, l’EPC et s’arrange pour se faire entourer de sa famille, ajoute-t-il. « Il y a de cela quatre ans, l’Institut national de formation professionnelle a construit une école dans la commune, celle-ci n’apporte jusqu’à présent aucun changement dans la vie des jeunes. L’administration de l’EPC se contente de louer à des particuliers le matériel de l’école. L’EPC ne fonctionne pas tandis qu’on voit ses chaises sur la plage de la ville aux services des proches de son administration », dénonce Batisma Johnny.

 

Le budget de l’UEH, réduit de près de « 101 millions » de gourdes

Depuis le 18 juin 2020, le Conseil de l’université, la plus haute instance décisionnelle de l’UEH, a rendu publique une note dans laquelle il manifeste son désaccord au sujet de l’enveloppe budgétaire allouée à l’UEH pour l’exercice fiscal 2019-2020. Ce budget est réduit de près de cent un millions de gourdes. D’entrée de jeu, le Conseil de l’Université a souligné que les plus hautes autorités du pouvoir exécutif sont, à chaque nouvelle année fiscale, interpellées par les responsables de l’UEH qui, de manière inlassable, prennent le soin de leur soumettre l’argumentaire qui accompagne les besoins en financement, dans le cadre du processus de préparation du budget. Pourtant, rien n’est fait, regrettent les membres du CU ayant paraphé la note. Les représentants d’étudiants, de professeurs et de doyens au sein du CU rappellent que dans le cadre d’un protocole signé avec l’UEH, en mai 2018, l’État haïtien s’était engagé à déterminer un pourcentage adéquat du budget national pour le fonctionnement de l’Université d’État d’Haïti. Pour l’exercice fiscal 2018-2019 (non voté par le Parlement), le poids de l’enveloppe en faveur de l’UEH était évalué à 1.15 % du budget national. Pour l’exercice fiscal en cours (2019-2020), l’enveloppe destinée à l’Université d’État d’Haïti a diminué de 7.32% en comparaison de la loi fiscale 2017-2018. Pour le moment, l’UEH dispose de « 100 808 835.00 gourdes » en moins par rapport aux deux exercices précédents. Cela dit, le pourcentage alloué à l’UEH est passé à 0,64 % dans le budget national, selon les responsables.

La Direction générale des Impôts exige le Droit de teinte

Dans un mémorandum adressé aux directeurs, d’unités et départementaux, coordonnateurs, inspecteurs, et chefs de service, entre autres, travaillant pour le compte de la Direction générale des Impôts, le directeur général de l’institution, Miradin Morlan, conformément à l’article 10 de la loi fiscale 2019-2020, étale les différents documents que doivent soumettre les personnes qui veulent teinter leur véhicule. Selon ce mémorandum, toute personne physique désireuse de teinter son véhicule doit avoir la carte d’enregistrement du véhicule, sa police d’assurance, un permis de conduire valide, une carte d’identité valide et une preuve de paiement du droit de teinte, soit dix mille gourdes. Les personnes morales, de leur côté, c’est -à- dire les institutions, elles doivent avoir quitus ou patente valide, carte d’enregistrement du véhicule, police d’assurance, carte d’immatriculation fiscale et preuve de paiement de frais de dix mille gourdes.

Altidor Jean Hervé

Haitian Creole ad cec 1

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: