accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le mondeEn brefNewsreelPratiques culturelles

Le CEP part en éclats…

Jean Simon Saint-Hubert démissionne au sein de Conseil Électoral Provisoire (CEP). C’est dans une correspondance, adressée au Président de la République, que l’intéressé a fait l’annonce, le vendredi 3 juillet 2020. Le représentant du secteur des droits humains au sein du Conseil Électoral Provisoire (CEP), Me Jean Simon Saint-Hubert a remis sa démission au Président de la République Jovenel Moïse et aux autres membres dudit Conseil. L’information a été confirmée dans une correspondance qu’il a adressée le vendredi 3 juillet 2020, au Chef de l’État.

Cette décision survenait moins de huit jours après la correspondance qui lui a été adressée par le coordonnateur général de l’Organisation Citoyenne pour la Nouvelle Haïti (OCNH), Camille Occuis, lui demandant de remettre sa démission au Conseil Électoral Provisoire, Me. Jean Simon Saint-Hubert a démissionné. «Monsieur le Président, par la présente, je vous informe de ma décision de démettre de ma fonction de conseiller électoral au conseil d’administration du Conseil Électoral Provisoire (CEP), ceci, après délibération avec le secteur des droits humains», a écrit Jean Simon Saint-Hubert.

Le conseiller électoral a fait savoir que sa décision fait suite à une longue réflexion sur la situation du pays, indiquant que leur mandat aurait dû prendre fin immédiatement après l’installation du Président de la République pour laisser la place à une institution permanente selon l’article 289.3 de la Constitution d’Haïti. Malheureusement, regrette-t-il, la mauvaise foi des uns et des autres ont fait basculer le fragile consensus de 2016.

À travers ladite lettre, le représentant des droits humains au CEP s’en prend à Jovenel Moïse en écrivant ce qui suit : «Ainsi, vous vous trouvez M. le Président, dans une situation de facto, car du moment que vous dirigez le pays par décret, sans la supervision d’un corps législatif, votre présence au pouvoir relève de ce qu’on appelle en droit constitutionnel un «coup d’État»

Du haut de ce constat, Me.Jean Simon Saint-Hubert a parlé pour dire que c’est au nom des prescriptions de la Constitution que j’adhère à la position des organisations de la société civile, et spécialement celle qu’il a représentée au Conseil, la Plateforme des Organisations haïtiennes des Droits Humains (POHDH) qui réclament la démission des conseillers électoraux. Me. Jean Simon Saint-Hubert a informé au président et aux autres membres du Conseil que cette décision est effective dès réception de cette lettre.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: