accueilActualitéCoup d'oeil sur le mondeNewsreel

Les choix incohérent du Pouvoir en plein état d’urgence

Le pays compte actuellement plus de 6,100 cas d’infection à la Covid-19 dont une centaine de personnes décédées selon le Ministère de la Santé publique et de la Population. Le taux de létalité national est resté à 1,8. Le département de l’Ouest qui compte 4584 cas d’infection a un taux de létalité de 1,2% contre 0 % pour le Centre. Quarante-huit pour cent (48,8%) des personnes infectées sont de sexe féminin contre 59,2 de sexe masculin. Le nombre de cas suspects atteints la barre de 12 700.

Alors que l’arrêté déclarant l’urgence sanitaire sur tout le territoire le 19 mars dernier puis renouvelé deux fois de suite n’a pas été rapporté, le Président de la République et le Gouvernement ont pris un ensemble de décisions qui vont à l’encontre de cet arrêté. Pour lutter contre la propagation du coronavirus dans le pays, cet arrêté avait fermé les aéroports internationaux et les frontières.

À l’article 1er de l’arrêté adopté en Conseil des ministres le jeudi 19 mars, le Gouvernement avait indiqué que «l’état d’urgence sanitaire est déclaré sur toute l’étendue du territoire national pour une période d’un mois à partir de la publication du présent arrêté. À cet effet, les mesures suivantes sont adoptées : I) Les écoles, les universités, les parcs industriels, les péristyles ou temples vaudou, les églises, les mosquées et tous autres lieux de culte généralement quelconques, les aéroports internationaux, les frontières terrestre et maritimes demeurent fermés jusqu’à nouvel ordre».

Sans publier un autre arrêté pour rapporter celui du 19 mars, le Président de la République a déclaré le 29 juin dernier que «le pays est maintenant ouvert aux visiteurs du monde entier. Le Président Jovenel Moïse, dans une adresse à la nation, a autorisé la libre circulation des personnes et des marchandises par les voies terrestre et aérienne en ouvrant officiellement les aéroports et les frontières du pays. Le chef de l’État a aussi annoncé la reprise totale des activités dans les factoreries pour le lundi 6 juillet. En revanche, Jovenel Moïse a souligné dans cette adresse à la nation depuis le Palais national que la pandémie est toujours sur le territoire. Le chef de l’État a exhorté les gens à continuer à respecter les mesures-barrières comme le port du masque, la distanciation physique. Il a invité la population à respecter les consignes des autorités sanitaires.

Parallèlement, aux États-Unis et en République dominicaine, les deux pays les plus connectés avec Haïti, le coronavirus continue de se propager de façon inquiétante. L’aéroport international Toussaint Louverture, rouvert, attend, le 1er juillet 2020, 4 à 5 vols, soit environ 400 passagers, a confié au Nouvelliste le Premier ministre Joseph Jouthe. «Les passagers n’ont pas besoin de faire le test Covid-19 pour le moment. Ils n’ont pas le temps matériel de le faire pour le moment, selon ce que nous disent les compagnies aériennes», a précisé le Premier ministre Joseph Jouthe, soulignant que «pour les 15 prochains jours, les passagers qui arrivent iront en quarantaine domiciliaire et le MSPP continuera de faire le suivi». Cependant, a expliqué le chef du gouvernement, «après ces 15 jours, une circulaire réclamera le test de la Covid-19». «Un formulaire sera disponible sur un site. C’est avec ce formulaire que le passager confirmera sa réservation auprès de la ligne aérienne», a informé le Premier ministre Joseph Jouthe, soulignant que l’aéroport a rouvert «sous pression de la diaspora», pour des raisons économiques, car il n’était plus possible de continuer à payer le personnel d’un aéroport fermé et parce que tous les aéroports de la région ont rouvert. «Tous les aéroports de la région sont obligés de rouvrir. Nous ne pouvons pas nous payer le luxe d’être en porte-à-faux avec ce mouvement-là qui est train de se faire au niveau des aéroports internationaux», a expliqué le Premier ministre Joseph Jouthe. Interrogé sur les craintes d’introduction de la souche virulente de la Covid-19 alors que les cas de contamination explosent au Brésil et en Floride où il y a une importante communauté haïtienne, le chef du Gouvernement assume. «Bien sûr, les craintes sont là et sont pour tous les pays. Les craintes de l’introduction de la souche virulente ou de celle qui est entrée en Haïti existent», a confié le PM Joseph Jouthe. Il assure que les autorités observent ce qui se passe partout dans le monde sur l’évolution de la pandémie.

Malgré cette décision des autorités haïtiennes le ministre dominicain de la Santé, Rafael Sánchez Cárdenas, a fait une annonce le mercredi 1er juillet 2020 lors d’une conférence de presse. La situation de la frontière sera évaluée lors de la prochaine réunion de haut niveau avec le président Danilo Medina, a déclaré le ministre sans fournir d’autres précisions, rapporte le média dominicain Acento.com ni la date à laquelle aura lieu cette réunion. La décision des autorités dominicaines de maintenir fermée leur frontière terrestre avec Haïti prend à contre-pied celle du gouvernement haïtien ayant ordonné la réouverture des aéroports internationaux de Port-au-Prince et du Cap-Haïtien depuis le 30 juin dernier, et contredit le Président de la République, Jovenel Moïse, qui avait annoncé la réouverture de la frontière.

Altidor Jean Hervé

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: