accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le mondeNewsreel

L’association des gangs du pays, un plan électoral du pouvoir

À l’étonnement de presque tout le monde, plusieurs chefs de gang du pays se sont unis pour former un groupe dénommé G-9 famille et alliés, une union qui, selon plusieurs organisations de droits humains, a été faite sous la demande du pouvoir en place, dans le but de contrôler ces quartiers, afin de pouvoir s’assurer de garder le pouvoir. L’organisation de défense des droits humains, RNDDH, a sorti un rapport dans lequel il divulgue tous les secrets de l’association des chefs de gangs dirigés par Jimmy Chérizier, dit BBQ. Le Réseau National de Défense des Droits Humains a sorti un rapport sur les différentes activités criminelles du pouvoir en place et des différents chefs de gang, regroupés au sein d’une association appelé G-9 famille et alliés. Dans son rapport, le Réseau a présenté les différents massacres faits par les gangs armés dans plusieurs quartiers populaires tels que; La Saline, Tokyo, Bel-Air, Cité-Soleil et autres. Selon le RNDDH, ces massacres ont fait plusieurs dizaines de victimes. Le mode opératoire de ces hommes armés sont le lynchage, la lapidation, la mort par balle, pour ensuite incendier corps et maisons, afin d’effacer toutes traces de leurs atrocités. Ces bandes auraient en leur possession des matériels de la PNH tels; des blindés fraîchement acquis par la police, des bonbonnes de gaz lacrymogène pour asphyxier les zones, avant de les envahir, et des armes de grand calibre. Suivant le rapport du RNDDH, durant le mois de mai 2020, Pont-Rouge, Chancerelles, La Saline, Nan Tokyo ainsi que Fort-Dimanche ont été les théâtres d’événements sanglants dont le bilan humain et matériel est très lourd : trente-quatre (34) personnes ont été tuées parmi elles: trois (3) mineurs et six (6) femmes. Huit (8) autres personnes ont été blessées dont deux (2) mineurs parmi lesquels se retrouve une fillette de trois (3) ans. Quatre-vingt-dix-huit (98) maisons ont été vandalisées et/ou incendiées. Le déroulement de ces raids donne froid au dos : des véhicules roulants de l’institution policière dont au moins cinq (5) blindés ont été utilisés pour permettre aux bandits armés de se rendre dans les zones qui devaient être attaquées, des tubes et bonbonnes de gaz lacrymogène ont été lancés en vue de porter la population à s’enfuir et, dans une violence inouïe, des hommes, des femmes de tout âge ont été systématiquement pris pour cibles. D’après le Réseau National de Défense des Droits Humains, le groupe G-9 famille et alliés est composé de :

  • Jimmy Chérisier, alias Barbecue (Delmas 6);
  • Iscar Andrice Cité-Soleil (Belekou);
  • Christ-Roi Chéry, alias Chrisla (Nan Tibwa);
  • Serge Alectis alias Ti junior (La Saline);
  • Wilson Pierre alias Sonson Rue St-Martin (Bel-Air);
  • Micanor ALTES connu encore sous le nom de Monel Félix, alias Roi Mikanò (Wharf Jérémie);
  • Jouma Albert alias Zouma (Simon Pelé);
  • Ezéckiel Alexandre (Base Pilate);
  • Matias Saintil (Nan Boston / Cité Soleil).

Ces neuf (9) chefs de gangs armés sont secondés par un groupe de vingt (20) autres gangs de moindre importance sur les plans organisationnel et territorial. Leurs chefs sont dénommés têtes de pont ou membres du G-20. Selon le Réseau, ces puissants chefs de gangs ont obligé le pouvoir de nommer à la tête de La Caisse Assistance Social (CAS), Frantz Iderice, un proche d’Iscar Andrice, chef du gang armé opérant à Belekou et proche de Jimmy Chérizier, alias Barbecue. Ces deux chefs de gangs, ont été même invités à prendre part à l’installation du nouveau directeur général de la CAS, et se sont rendus sur les lieux à bord de véhicules officiels blindés. Selon les informations du RNDDH, Frantz Idérice ne reçoit ses directives que du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, alors que la caisse qu’il dirige est placée sous la tutelle du Ministère des Affaires Sociales et du Travail.

Selon le Réseau, de nombreux policiers sont de connivence avec le chef de gang Jimmy Chérizier, parmi eux il a cité:

  • Garry Sanon, 13ème Il était affecté à l’Unité Départementale pour le Maintien de l’Ordre (UDMO) puis, désaffecté après que son nom eut été cité dans le massacre de La Saline. Il fait partie actuellement du corps des policiers administratifs à la Petite-Rivière de l’Artibonite. Cependant, il est régulièrement à Port-au-Prince, aux côtés de Jimmy Chérizier, alias Barbecue.
  • David Divérant, 24ème Il facilite les déplacements de Jimmy Chérizier, alias Barbecue. Il dispose d’un véhicule de la PNH, souvent affecté aux zones difficiles d’accès. Son nom a été cité dans le massacre de La Saline par des victimes qui ont porté plainte contre lui. David Divérant accompagne souvent Jimmy Chérizier, alias Barbecue, dans ses nombreuses activités criminelles. Il a été transféré à Pignon, département du Nord. Cependant, il est régulièrement à Port-au-Prince.
  • Luckson Dessources, 24ème Il est affecté à l’Unité de Sécurité du Palais National (USGPN). Pour les rencontres avec le chef de gang Jimmy Chérizier alias Barbecue au palais national, c’est lui qui lui sert de chauffeur.
  • Alain Boyard, alias Pouchon, A III, 18ème Il est affecté à l’Unité Départementale pour le Maintien de l’Ordre (UDMO). Son nom a déjà été cité dans l’opération du 13 novembre 2017, à Grand-Ravine. Il assure la sécurité de Jimmy Chérizier, alias Barbecue ;
  • Mackendy Cantave, A II, 22ème Il est affecté à l’Unité Départementale pour le Maintien de l’Ordre (UDMO). Il assure la sécurité de Jimmy Chérizier, alias Barbecue.

Le Réseau National, dans la conclusion de son rapport, appelle le pouvoir à dénouer ses liens avec les bandits qui, selon lui, se sont regroupés afin de permettre à l’équipe Tèt Kale de rester au pouvoir pendant longtemps. Ainsi, le Réseau exhorte les autorités à mettre fin à la protection des gangs armés, d’enquêter sur les connivences entre des agents de la PNH et les gangs armés et sur les liens qui existent entre Jimmy Chérizier, alias Barbecue et certains policiers faisant partie des unités spécialisées de l’UDMO, de l’USGPN, de CIMO et de BOID; d’enquêter sur les liens qui existent entre Jimmy Chérizier alias Barbecue et certains policiers affectés au sous-commissariat de Delmas 3 ; d’assurer la sécurité des personnes vivant dans les quartiers défavorisés et de Prendre les sanctions qui s’imposent contre tous agents de la PNH qui protègent Jimmy Chérizier, alias Barbecue.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Close
%d bloggers like this: