acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeEconomie & FinancesInsécurité & BanditismeJusticeNewsreelNouvèl kout an kreyòlPerspective & Politiquesciences et santé

Nouvelles en bref

La foudre provoque un incendie

Plusieurs véhicules et deux chaloupes ont été incendiées au Port commercial de la ville de Saint-Marc, département de l’Artibonite, vers les huit heures du soir, le mercredi 27 mai 2020. L’incident s’est produit, à la suite d’un coup de foudre qui a mis le feu dans un véhicule et dont les flammes se sont propagé dans les autres véhicules. Un camion, quatre véhicules de type jeep et deux chaloupes ont été consumées par le feu.

 

Du matériel lourd, à l’œuvre dans les canaux de l’Artibonite

Après plusieurs semaines d’attente, les travaux de curage et de colmatage de brèches, au niveau des canaux de la Vallée de l’Artibonite, ont démarré sur la rive gauche. C’est la joie chez plusieurs milliers de planteurs dont les champs sont irrigués par le Canal Dessalines, un canal primaire. Enfin, il y aura de l’eau, ne serait-ce qu’une infime quantité, dans les parcelles. Ce n’est pas encore la grande période de pluie. D’ici les prochaines semaines, les producteurs espèrent que ce sont tous les canaux qui seront concernés. C’est une demande à laquelle, le ministre de l’Agriculture, Patric Sévère, a promis de donner une suite favorable. Avec le curage du Canal Dessalines, un grand pas vient d’être franchi. Preuve que la voix des producteurs, à travers des manifestations à Petite-Rivière de l’Artibonite et à Marchand-Dessalines, deux parmi les principales communes de production de riz dans le pays, a été écoutée. Mais ce n’est pas tout: l’accompagnement promis par le ministère de l’Agriculture doit aller au-delà du simple fait de curage des canaux primaires.

 

L’Organisation des Nations Unies souhaite l’allègement de la dette des pays pauvres

Le Secrétaire général des Nations-Unies s’est exprimé le jeudi 28 mai, à l’ouverture d’un sommet virtuel, au siège de l’Organisation, auquel plusieurs dizaines de chefs d’État et de gouvernement ont participé, pour discuter des nouveaux besoins de financement des politiques de développement, dans le contexte de la pandémie. L’ONU a proposé de rechercher une action collective pour répondre d’urgence dans six domaines, dont le problème de la dette souveraine. Le diplomate portugais a averti que les conséquences économiques de la COVID-19 menaçaient de provoquer une vague de crises de la dette qui compliqueraient la réponse à la maladie et ralentiraient le développement pendant des années. Pour Guterres, la suspension temporaire du service de la dette des pays les plus pauvres, déjà approuvée par le G-20, est «une première étape», mais de telles mesures devraient être étendues à tout pays en développement ou à revenu intermédiaire qui le demande, en raison de difficultés rencontrées.

 

La COVID-19, un prétexte pour relancer l’agriculture

«La relance de la production agricole est probablement le seul atout qu’il nous reste pour pouvoir relancer l’économie haïtienne. La COVID-19 nous offre l’opportunité de relancer la production agricole puisque certains pays ont cessé leurs exportations de produits agricoles», a affirmé John Earl Etzer Legros, comptable agréé, maître en gestion financière et ingénieur civil. Un ensemble de mesures doivent être prises pour opérationnaliser la relance de l’agriculture, du point de vue de M. Legros. Permettre aux agriculteurs d’avoir les intrants nécessaires et les équipements adéquats pour pouvoir cultiver leurs parcelles, sont l’une des mesures à prendre pour faciliter la relance agricole. Pour John Earl Etzer Legros, la relance de l’agriculture doit résulter d’une politique d’État. En effet, les autorités étatiques doivent consentir à consacrer une bonne partie des ressources financières au bénéfice des filières agricoles, retenues pour accentuer la relance agricole. Au cas où l’État ne disposerait pas suffisamment de ressources financières, M. Legros croit qu’il faut recourir aux investissements privés. «Le problème foncier constitue un blocage aux investissements privés dans le secteur agricole. Un investisseur n’a aucune garantie que la terre qu’il va exploiter ne fera pas l’objet d’un conflit. Personne ne sait où la sécurisation foncière est effective en Haïti. C’est là où le bât blesse», a affirmé John Earl Etzer Legros.

 

La NATCOM victime de sabotage et de désinformations

«Des câbles de la compagnie NATCOM ont été sabotés, au niveau de plusieurs départements, par des individus non identifiés», a affirmé Josué Pierre-Paul, responsables des relations publiques de la NATCOM, dans une interview accordée le mercredi 27 mai 2020. La NATCOM fait face à cette situation depuis plusieurs semaines, a indiqué M. Pierre-Paul, annonçant qu’une note d’information sur ces difficultés rencontrées par la compagnie sera publiée bientôt pour informer la clientèle. Ce sabotage des câbles, dit Josué Pierre-Paul, a des impacts sur le service internet offert par la NATCOM. En effet, depuis quelques jours, des clients de la compagnie se plaignaient de ne pas pouvoir avoir accès à l’internet via leurs téléphones et autres appareils. «Nos techniciens sont à pied-œuvre afin de résoudre ce problème. Dans le meilleur délai possible, tout rentrera dans l’ordre», a rassuré M. Pierre-Paul, soulignant que cette situation diminue la capacité de la NATCOM à fournir à ses clients l’internet à haut débit. «L’équipe de la NATCOM fera de son mieux pour pouvoir satisfaire la clientèle qui est aussi victime de cette fâcheuse situation», a-t-il ajouté. Par ailleurs, le responsable des relations publiques, Josué Pierre-Paul, a démenti les rumeurs faisant état d’une grève des employés au sein de la NATCOM pour exiger, entre autres, une augmentation des salaires. «Tous les départements de la compagnie fonctionnent normalement. Il n’y a aucun mouvement de grève. L’unique problème auquel la NATCOM fait face maintenant, c’est le sabotage de ses câbles par des individus non identifiés dans plusieurs zones du pays», a indiqué le responsable de communication.

 

Abattage d’arbres au Parc La Visite

Le ministre de l’Environnement, Abner Septembre, a fait savoir qu’il a dépêché deux missions d’information et d’observation au Parc La Visite, dans le département du Sud’Est. Le ministre confirmait avoir pris cette décision sur la base de certaines informations laissant croire que des individus non identifiés se seraient adonnés à des abattages d’arbres au Parc, ces derniers jours. Abner Septembre a déploré une augmentation des pressions dans les aires protégées. Il a repéré ces genres d’actions malheureuses, non seulement à La Visite, mais aussi à Forêt-des-Pins, au Parc Macaya, à Morne Garnier, à Milot, entre autres. Abner Septembre pense que «l’État doit avoir une approche, en vue de réduire ces pressions sur les aires protégées, afin qu’elles soient vraiment protégées». «Ces aires protégées sont l’image du pays sur le plan environnemental», dit-il. Le ministre a reconnu que la présence des gardes forestiers sur les sites est, pour le moment, très faible. Il a renvoyé la balle dans le camp de l’Agence nationale des aires protégées, une entité relevant du ministère de l’Environnement (MDE), qui a la responsabilité de gérer le système national des aires protégées et qui a sous sa responsabilité un ensemble de gardes forestiers.

 

La Fondation Réginald Boulos, à fond dans la lutte contre l’épidémie

L’épidémie de la COVID-19 continue sa fulgurante expansion dans les 10 départements du pays. Plusieurs entreprises, des personnalités et regroupements de la société civile s’impliquent pour tenter de limiter les dégâts que peuvent provoquer le virus. C’est le cas de Réginald Boulos, homme d’affaires, désormais figure politique, et président de la fondation qui porte son nom. À travers cette structure, l’homme d’affaires multiplie les actions de sensibilisation, de distribution de matériels, etc. à travers le pays. La dernière initiative en date consiste à installer des châteaux d’eau dans plusieurs points de la région métropolitaine et dans les villes de province. Le leader du parti MTV (Mouvement Troisième Voie) a indiqué «qu’il s’agit de son plus grand projet depuis le début de la crise liée à l’épidémie. Cela va aider pendant et après le coronavirus. L’idée provient des jeunes des bidonvilles, que nous avons rencontrés durant nos actions sur le terrain.» a-t-il fait savoir. Selon M. Boulos, sa fondation a déjà construit 14 châteaux d’eau ayant chacun une capacité de 1 200 gallons. «Toutefois, le dernier en date que nous avons construit et installé à Cité-Soleil a une capacité de 3 000 gallons. Chaque château d’eau nous coûte 7 500 dollars. Nous les plaçons surtout dans les bidonvilles, à Cité-Soleil 1 et 2, à La Saline, Nan Chabon, à Bel-Air, à Carrefour Feuilles, a Cité Okay […].

 

Des organisations de femmes font face à la COVID-19

Des organisations de femmes dans le Nord et le Nord-Est, particulièrement Asosyasyon Fanm Karenaj (AFAK), l’Association des femmes universitaires du Cap-Haïtien (AFUCH Nord), le Rasanbleman Fanm Lenbe (RAFAL), Òganizasyon Fanm Kalvè Sent-Terèz, l’Association des femmes Soleil d’Ayiti (AFASDA) et le Rassemblement des femmes engagées de Ouanaminthe (RFEO) ont pris part à un atelier d’information et de sensibilisation sur le coronavirus. L’objectif de cet atelier est de fournir, à ces femmes, des bagages essentiels pour les aider à mieux sensibiliser et accompagner la population sur la COVID-19, a précisé l’une des formatrices, Rudnie Angrand, qui appelle les gens à mettre en application toutes les mesures-barrières imposées par les autorités sanitaires, pour limiter la propagation du virus. Animées par des cadres des directions départementales du ministère de la Santé publique et de la Population, ces activités sont mises en œuvre par le projet Voix et Leadership des Femmes du CECI, financées par le gouvernement canadien à travers Affaires Mondiales Canada (AMC) et réalisées en collaboration avec le projet ACOSME, les directions départementales du MSPP et du MCFDF du Nord et du Nord-Est.

 

Arrestation du présumé assassin de l’inspecteur Jeantélus

Le samedi 30 mai, la Police Nationale d’Haïti a procédé, dans la commune de Pestel (Département de la Grand’Anse), à l’arrestation de Jeff Vertilus, soupçonné d’être l’auteur de l’assassinat, par balle, de l’inspecteur de Police, Jocelyn Jeantélus, le 20 octobre 2019. Le présumé assassin va être transféré à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) pour les besoins de l’enquête. Jeff Vertilus serait membre d’un Gang armé opérant à Village-de-Dieu.

 

Décès du poète Alain Philoctète

«La Direction Nationale du Livre apprend, avec beaucoup de peine, la nouvelle de la mort du poète, dessinateur et militant haïtien, Alain Philoctète, à l’âge de 56 ans (né le 19 juillet 1963). Auteur en 1998 du poème «Légende de mon Royaume», Alain Philoctète est le fils du poète René Philoctète. Au début de cette année, le documentariste, Will Prosper, a sorti un documentaire de 83 minutes : «Kenbe la : Jusqu’à la victoire», qui retrace les combats d’Alain Philoctète et son voyage en Haïti, dans le cadre de son projet de permaculture. En cette douloureuse circonstance, la Direction générale adresse ses sympathies à son épouse, à la famille Philoctète, à ses amis, notamment le réalisateur Will Prosper qu’il a côtoyé pendant plusieurs années, et à la communauté de la poésie, tant en Haïti qu’au Québec où il s’était établi, depuis 16 ans, environ.»

Altidor Jean Hervé

 

Articles Similaires

Lisez aussi
Close
Back to top button