acceuilActualité

SPNH-17, sous pression

Le dimanche 17 mai, le Comité du Syndicat de la Police Nationale d’Haïti (SPNH-17), composé de 17 membres, a été installé à Delmas. En dépit des pressions des autorités policières, le syndicat SPNH-17 a pris investiture. En effet, la Direction Générale de la Police Nationale d’Haïti a pris toutes les dispositions pour empêcher la tenue de la cérémonie d’investiture et d’installation des membres du Comité du Syndicat de la Police Nationale d’Haïti (SPNH), au Gymnasium Vincent, situé à la rue Romain, entre les rues Magloire Ambroise et Capois, au centre-ville de Port-au-Prince, où elle devait se dérouler, le dimanche 17 mai 2020. Plusieurs véhicules de police et des agents ont été positionnés devant ce centre sportif, afin d’empêcher les policiers syndiqués d’y avoir accès. Les syndicalistes ont donc changé de plan. Ils ont tout de même réalisé cette cérémonie dans un endroit secret, à Delmas, sans la présence d’un grand nombre de médias. Le policier Rony Abelson Gronègre, qui jouait le rôle de Maître de Cérémonie, a déclaré que le Syndicat de la Police Nationale d’Haïti dont le sigle est SPNH, est une «structure créée et enregistrée au Ministère des Affaires Sociales et du Travail, le 17 novembre 2019, dans le but de porter les revendications de plus de 16 mille policiers». De son côté, le Coordonnateur général adjoint de cette structure, l’inspecteur Lundi Jean Elder, a lancé un appel au calme et à la sérénité, à ses frères et sœurs d’armes car le SPNH-17 dit-il est légal. Il leur demande de lutter et de travailler pour sauver l’institution policière. Le Comité du SPNH-17 est composé de Yanick Joseph (coordonnatrice générale); Jean Elder Lundi (coordonnateur adjoint); Polidor Grégorie (coordonnateur adjoint); Bleck Léandro Juin (1er délégué); Wootzel St-Hilaire (délégué adjoint); Duerby Geffrad (2e délégué adjoint); Abelson Grosnègre (porte- parole principal); Noël Sooby Hugues Junior (porte-parole adjoint); Wedna Civile (secrétaire); Badly Lubérisse (secrétaire adjoint); Jérémie Pierre (trésorier); Carlos Saintores (conseiller); Antoine Dario (membre); Saint-Marc Daniel (membre); Adema Célestin (responsable logistique); Gédéon Monbrun (membre); Lamarre Huguens (membre). À noter que l’installation et l’investiture des membres du Comité du Syndicat de la Police Nationale d’Haïti se sont réalisées en l’absence de la coordonnatrice du SPNH, l’Agent II Yanick Joseph, qui aurait des problèmes de santé, selon les dires du porte-parole de la SPNH, Rony Abelson Gronègre.

Par ailleurs, le ministre de la Justice a qualifié le groupe Fantôme 509, de terroriste. «Fantôme 509 est un groupe terroriste», a fait savoir le ministre haïtien de la Justice, Lucmane Delille, qui entendait solliciter la collaboration des gouvernements étrangers. Me Lucmane Delille a dit que ces gens ne seraient pas des policiers. Le gouvernement croit qu’il s’agit en fait d’anciens policiers qui ont lancé des attaques contre les ministères des Finances et de la Justice. Il a exhorté les responsables du Syndicat de la Police à se démarquer publiquement des violences du groupe Fantôme 509. Le Garde des Sceaux a révélé avoir eu, une séance de travail avec le syndicat de la police, habilité à défendre les intérêts des policiers. Le ministre de la Justice a dit que le système judiciaire et les forces de l’ordre ont reçu des instructions pour traquer les membres du groupe Fantôme 509. «Les autorités ne toléreront plus les attaques violentes du groupe Fantôme 509», a prévenu le ministre. Rappelons que lors de leur récente manifestation, le 27 avril dernier, ces individus ont été responsables d’important dommages, d’actes de vandalisme, de violence et de menaces sur des fonctionnaires. Le mercredi 13 mai, Jack Lafontant, le Commissaire du Gouvernement près du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, a ordonné l’incarcération du policier Jean Pascal Alexandre au Pénitencier national. Rappelons que Jean Pascal Alexandre, membre de la Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants, avait été arrêté le 8 mai dernier, sur instruction du Parquet, accusé d’assassinat, d’incendie criminel, de destruction de biens publics et d’atteinte à la sûreté de l’État.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button