accueilActualitéCoup d'oeil sur le mondeNewsreelSport

Accusé d’abus sexuel, Dadou Jean-Bart: victime ou coupable ?

Le président de la Fédération haïtienne de Football (FHF) Yves Jean Bart se trouve au cœur d’un scandale dans lequel il est accusé d’abus sexuel sur des mineures du ranch de la Croix-des-Bouquets, par le média britannique: «The Guardian». Depuis la sortie de cet article, la presse internationale et locale ne parle que de cela. Ce qui pousse l’Office de la Protection du Citoyen et de la Citoyenne et plusieurs organisations de femmes à exiger qu’une enquête soit réalisée, dans le but de faire la lumière sur la question. Le président de la FHF ne cesse de clamer son innocence depuis la sortie de l’article, accusant même l’un des journalistes d’usurpateur de titre (de faux journaliste) et d’individu cherchant le buzz. Conscient de l’impact de ce dossier, l’OPC appelle les autorités concernées à diligenter une enquête, afin de faire la lumière sur la question. Dans un communiqué datant du 2 mai 2020, l’OPC dit avoir été informé par le biais de l’article du journal britannique et d’une vidéo dénonçant des cas d’abus sexuel sur des jeunes joueuses au centre Technique National de la Croix-des-Bouquets dont est accusé l’homme fort de la FHF. «Fidèle à sa mission de veiller au respect et à la protection des principes généraux des droits humains, l’OPC demande aux instances concernées, notamment le ministère de la Jeunesse et des Sports et de l’Action civique, le ministère de la Justice et de la Sécurité publique, le ministère à la Condition féminine et aux Droits des Femmes, l’Institut du Bien-être social et de Recherche, de diligenter, sous les yeux des défenseurs des droits humains, une enquête autour de ces allégations, afin de faire la lumière sur cette question…» D’un autre côté, plusieurs organisations féminines vont jusqu’à exiger la démission du président de la fédération mais aussi la réalisation d’une enquête autour de la question. Dans un communiqué conjoint, les organisations KAY FANM et SOFA ont dénoncé cette pratique d’abus sexuels sur les jeunes filles du pays, critiquant au passage le comportement public de Dadou envers une joueuse (Melchie D. Dumornay dite Corventina), dans une vidéo publique sur les réseaux sociaux. Ainsi SOFA et KAY FANM appellent:

«1 À la démission d’Yves Jean-Bart à la tête de la Fédération haïtienne de football à cause des accusations d’abus sexuel dont il fait l’objet;

  1. À la tenue d’une enquête de la part du ministère de la Justice et de la Sécurité publique, en collaboration avec la société civile;
  2. À la mise en mouvement de l’action publique par le commissaire du gouvernement à l’encontre de Dadou Jean-Bart et de ses acolytes;

4 À toutes les institutions publiques concernées de jouer leur rôle dans ce dossier;

  1. Aux victimes et à leurs proches de les rejoindre, afin de dénoncer et de porter plainte contre le sextuple président de la FHF;
  2. Aux témoins d’apporter leurs soutiens aux victimes et à leurs proches dans ce dossier, pour que la lumière soit faite;
  3. À une protection rapprochée pour les joueuses et joueurs du ranch, jusqu’à la fin de la crise sanitaire, après quoi la justice doit poser un sceller sur l’espace du centre. Au milieu de toutes ces accusations, on attend un acte concret de la part des autorités de la FHF, plus qu’une note et des menaces contre les enquêteurs du journal et du Youtubeur «Molina», une action en justice formelle, afin de forcer le journal à apporter ses preuves par-devant un tribunal compétent en Haïti ou en Grande-Bretagne».

Entre-temps, les appels aux enquêtes locales et internationales pleuvent et restent parmi les issues à ce scandale gratuit que s’est offert le président de la FHF. Jusqu’au dénouement de cette affaire, on ne saura si Dadou Jean-Bart est une victime ou un coupable. Mais si on s’arrête aux témoignages sur les réseaux sociaux, le choix ne va pas être bien difficile à faire.

Emmanuel Saintus

Haitian Creole ad cec 1

Related Articles

Close
%d bloggers like this: