accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le mondeEn brefPratiques culturellessciences et santé

Nouvelles en bref

Arrestation d’une bande d’escrocs

Le jeudi 16 avril, lors d’une opération à Carrefour-Feuilles, dans la zone «Bariajou», des agents du Bureau des Affaires Financières et Économiques, ont procédé à l’interpellation de 5 individus et saisi deux véhicules. Cette opération a été réalisée à la suite d’une enquête ouverte en raison de trois plaintes pour vols de véhicules, escroquerie, faux en écriture de banque, usage de faux et association de malfaiteurs. Les individus interpellés répondaient aux noms de : Wilson Sauveur, Claubert Théodor, Stanley Destramy, Junior Théodor et Guérinos Massillon.

L’UEH annonce le début des cours à distance

Hérold Toussaint, le Vice-recteur aux affaires académiques de l’Université d’État d’Haïti (UEH), a annoncé, le jeudi 16 avril, le début des cours à distance, au niveau des différentes facultés de l’UEH, à compter de début mai, afin de sauver l’année académique en cours.

ONA-POLIS : Prolongation du délai

En raison de l’épidémie de COVID-19 au pays, l’Office national d’Assurance-Vieillesse (ONA) a fait le point sur l’évolution du dossier ONA-POLIS, affecté par les consignes de l’état d’urgence sanitaire et a décidé de prolonger le délai d’inscription des policiers jusqu’au 15 mai 2020. Une note conjointe des directeurs généraux de l’ONA et de la PNH, devra, sous peu, confirmer et formaliser cette décision.

Remise de 2 500 kits alimentaires à Arcahaie

Le jeudi 16 avril, le Fonds d’Assistance Économique et Sociale (FAES), accompagné d’entités et d’institutions partenaires, a remis 2 500 kits alimentaires aux habitants vulnérables de la commune de l’Arcahaie.

 

Installation du D. G. du MDE

Abner Septembre, le Ministre de l’Environnement, a procédé, le mercredi 15 avril, à l’installation d’Astrel Joseph comme nouveau Directeur Général du Ministère.

 

«Éviter de compter les cadavres»

Le mercredi 15 avril, depuis sa résidence secondaire, le Premier Ministre a déclaré qu’il croyait que nous devrions «éviter de compter les cadavres en Haïti». Selon lui, «nous avons détruit le pays, donc aujourd’hui, nous devons admettre que si nous n’avons pas d’hôpitaux et d’autres infrastructures, c’est à cause de notre comportement. Nous devons utiliser cette crise et prendre cette opportunité pour reconstruire le pays».

 COVID-19 : Prise en charge des décès

Le Premier Ministre Joseph Jouthe a déclaré que le Gouvernement prendrait en charge les personnes décédées de la COVID-19.

Remise d’équipements de protection individuelle aux hôpitaux

Le mardi 14 avril 2020, la Mairie de Port-au-Prince, à travers son service médical, grâce au support de la ville de Montréal, a remis des équipements de protection individuelle (EPI) à l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (Hôpital général). Ces équipements aideront à protéger le personnel médical, dans le cadre de la prise en charge des personnes atteintes du coronavirus. Cette distribution continuera dans d’autres hôpitaux de la commune de Port-au-Prince qui s’engagent dans la prise en charge des cas de COVID-19.

 

COVID-19 : dommages collatéraux

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations Unies a dit que «le confinement comme mesure de prévention de la propagation du virus devrait encore accroître l’insécurité alimentaire. Les femmes seront probablement particulièrement touchées, car la violence de genre exercée par les partenaires intimes et la violence domestique augmenteront, en raison des tensions accrues au sein du foyer. Il convient d’être attentif à la manière de garantir la prestation de services aux groupes vulnérables, comme les personnes âgées, les personnes handicapées, les personnes vivant avec le VIH et les femmes enceintes. Le nombre de grossesses non désirées risque également d’augmenter en raison de l’enfermement».

 

Montréal soutient Port-au-Prince contre l’épidémie

L’Ambassade du Canada en Haïti salue la ville de Montréal qui appuie les efforts de la Mairie de Port-au-Prince dans la lutte contre la COVID-19 avec l’achat local de produits essentiels : masques, gants, chlore, savons et uniformes. Les démarches de la Mairie de Port-au-Prince sont essentielles pour protéger les citoyens et réduire la propagation du coronavirus. L’ambassade salue les efforts des professionnels de la santé, de la mairie et de tous les travailleurs de première ligne.

 

L’État s’engage à acheter localement 20 millions de masques

L’État s’engage à acheter aux entreprises du secteur textile autorisées, 20 millions de masques (soit une partie de leur production). De leur côté, ces entreprises devront fournir, à titre gratuit à l’État, un stock de 1 million de masques répondant aux standards requis par le Ministère de la Santé Publique.

 

Premier jour de la saison de l’Arbre

Le mercredi 15 avril a été le premier jour de la Saison de l’Arbre en Haïti, laquelle saison prendra fin le 30 juin de cette année. À cet effet, l’association à but non lucratif: «Promotion pour le Développement» (PROMODEV) a encouragé chaque citoyen et chaque citoyenne à se lancer dans une vaste campagne de reboisement durable, surtout en pleine période de confinement, dans le contexte sanitaire avec la COVID-19. «Nous pouvons planter sur la cour de la maison ou dans notre quartier». Pour cette année, la PROMODEV adopte la devise «Plante yon fwa pou rekolte tout tan». Sur ce, il est recommandé de planter des arbres fruitiers et des arbres forestiers, en vue de mieux contribuer à la sécurité alimentaire et au processus de reboisement durable d’Haïti. Une attention particulière doit être accordée au «tamarin» pour cette année. «Plantons et plantons encore pour une Haïti verte et prospère».

 

Deux criminels, arrêtés

Des agents de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) ont procédé à l’arrestation de Carl-Henry Beaulieu et de Visnor St-Georges. Ces deux hommes sont accusés de la disparition, suivie de l’assassinat de leur cousin, Donald Germeil. L’un des assassins, Carl-Henry Beaulieu qui est passé aux aveux, a conduit les agents de la police scientifique et technique sur un chantier situé à l’impasse Platon (Tabarre) où ils avaient enterré le corps de la victime.

 

Don de 5 millions de gourdes

Les Distributeurs Nationaux S.A. (DINASA) et sa filiale SODIGAZ ont fait un don de 5 millions de gourdes à la Fondation Haïtienne des Maladies Endémiques pour le compte de la Commission Multisectorielle de Gestion de la pandémie COVID-19.

 

Kits alimentaires à Léogâne

20 quartiers de la commune de Léogâne (Département de l’Ouest) ont reçu des kits alimentaires d’équipes conjointes, placées sous la coordination du Fonds d’Assistance Économique et Sociale (FAES). Les opérations de distribution se font de porte-à-porte, dans le but d’atteindre les personnes en situation difficile, dans le contexte actuel.

 

Incendie de la Chapelle Royale de Milot: estimation des dommages

À la suite de l’incendie survenue dans la nuit de dimanche à lundi 13 avril 2020, de la Chapelle Royale de Milot, les membres du Comité Interministériel de Gestion du Parc National Historique: Citadelle – Sans-Souci – Ramiers, ont décidé, notamment, l’envoi d’une mission d’urgence pour estimer les dommages, afin de préserver ce qui peut être préservé et d’envisager des mesures utiles, à court et à moyen termes. Les autorités ont fait la promesse de tout faire pour que la Chapelle Royale puisse renaître de ses cendres.

 

Sept prisonniers libérés

Dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus COVID-19 et contre la détention préventive prolongée, le Parquet de Petit-Goâve a ordonné la mise en liberté de 7 prisonniers jugés au correctionnel. Après une étude minutieuse de plusieurs dossiers, Me Jean Emmanuel René, Commissaire du Gouvernement de la Juridiction de Petit-Goâve, a procédé à la libération de 7 détenus qui avaient presque purgé leur peine. Il ne restait qu’un ou deux mois de peine à purger, a indiqué le Chef du Parquet, rappelant qu’il s’agit d’une des mesures du Gouvernement.

 

CARICOM exige

Les 15 pays de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), incluant Haïti, ont appelé à la levée des sanctions américaines contre Cuba et le Venezuela, au moment de la lutte contre la pandémie de COVID-19. À l’issue des entretiens entre les 15 chefs d’État et de gouvernement de la région, ainsi que les 5 membres associés, le communiqué final stipulait que:«les chefs de gouvernement ont demandé la levée des sanctions contre Cuba et le Venezuela, pour des raisons humanitaires, car tous les pays doivent participer à l’effort mondial de lutte contre la pandémie de COVID-19 ». Le président haïtien qui a indiqué en 2019 n’avoir reconnu que le parlementaire Juan Guaido, l’autoproclamé président, comme chef de l’Exécutif à Caracas, n’a toutefois pas précisé en faveur de quel dirigeant vénézuélien il a opté pour un possible allègement de l’embargo américain, à la rencontre de CARICOM.

 

Le maire d’Anse-à-Pitres, inquiet

Après les deux cas confirmés à Pedernales, province dominicaine frontalière avec la ville haïtienne d’Anse-à Pitres, le maire de cette circonscription, Harry Bruno, s’est dit très inquiet. Se sentant impuissant dans la lutte nationale contre le coronavirus, à cause du manque d’encadrement offert par le pouvoir central, le maire Bruno expliquait que, hormis la volonté de la mairie et de la Protection civile de protéger la population, sa commune est dépourvue de tout, dans le cadre de cette lutte. La circulation reste intense à la frontière avec Pedernales, et l’effectif de policiers présents dans cette ville de 33 000 habitants ne peut pas interrompre ce va-et-vient incessant à la frontière. Les marchés publics fonctionnent normalement, le centre de santé est sous-équipé, sans lit ni matériel adapté à cette lutte. «La mairie et la Protection civile font tout ce qui est possible avec le peu de matériel qu’elles ont, pour vainement sensibiliser la population, mais elles trébuchent toujours sur la rébellion de celle-ci qui évolue comme à l’accoutumée».

 

La mairie de Carrefour veut contrôler les marchés publics

L’administration communale de Carrefour a pris la décision de réduire le nombre de jours de fonctionnement des marchés publics communaux, dans le souci de limiter les interactions entre acheteurs et vendeurs qui pourraient accélérer la propagation du coronavirus dans la commune. Désormais, les marchés fonctionneront uniquement les mardis, jeudis et dimanches. Cette mesure, qui touchera près de 2 000 marchands, selon le décompte de la mairie, s’appliquera aux marchés Duport et Hyppolite, à Lamentin 52, Décathus à Mahotière, Arcachon 32, L Bizoton et Truitier. Il est aussi interdit aux parents de se faire accompagner de leurs enfants. Selon le maire de Carrefour, Jude Édouard Pierre, aux moins six masques seront distribués aux marchands, par semaine, à raison de deux par jour.

 

Le port des masques: l’une des recommandations de la cellule scientifique

Après environ deux semaines de travail, la cellule scientifique sur la pandémie du coronavirus a soumis un ensemble de recommandations au président de la République. La protection du personnel médical, le port des masques. «Je félicite et remercie le comité scientifique pour les premières recommandations et je demande à toutes les autorités qui travaillent sur la pandémie de COVID-19, de suivre toutes les recommandations de la cellule scientifique. Je veux parler de la Commission multisectorielle, du ministère de la Santé publique et du gouvernement en général», a appelé, lundi dernier, le chef de l’État qui s’est montré satisfait du rapport de la cellule scientifique. «Il faut que le personnel soignant soit protégé, c’est la première recommandation qu’on a faite au gouvernement. Un des membres du personnel de santé malade mettra trois semaines pour récupérer, trois semaines d’invalidité», selon la cellule scientifique.

 

Un premier lot de 180 000 masques remis au gouvernement haïtien

C’est l’Ambassade de Taïwan en Haïti qui a annoncé qu’un premier lot de 180 000 masques «Made in Taïwan» a été remis au Gouvernement haïtien, le 15 avril 2020. Ce lot de masques fait partie intégrante d’une action humanitaire rapide, constituée de 280 000 masques, 7 caméras thermiques et de thermomètres frontaux, initiée par le Gouvernement taïwanais, à l’endroit du Gouvernement haïtien, pour lutter ensemble contre la COVID-19. L’Ambassadeur a également rappelé qu’un certain nombre de projets bilatéraux, actuellement en cours, accompagnent déjà les efforts du Gouvernement haïtien, dans la lutte contre la pandémie.

 

L’ONU salue les habitants de Milot

Les Nations Unies et l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) ont dit partager l’émotion du peuple haïtien, à la suite de l’incendie qui a ravagé la Chapelle de l’Immaculée Conception de la commune de Milot, dans le Département du Nord, un des plus beaux joyaux du patrimoine de ce pays, dans la nuit du 12 au 13 avril 2020. «Le système des Nations Unies en Haïti salue l’héroïsme des femmes et des hommes de Milot qui, pendant près de 24 heures, ont tout fait pour sauver leur monument, leur fierté, leur mémoire. Nous saluons également le courage des sapeurs-pompiers déployés pour lutter contre les flammes, dans un ultime effort pour sauver ce haut-lieu de la mémoire et du catholicisme en Haïti, construit entre 1810 et 1813, sous le règne du roi Henri Christophe».

 

La Commission multisectorielle de la gestion de la COVID-19, au travail

L’un des présidents de la Commission multisectorielle de gestion de la pandémie de COVID-19, le Dr Lauré Adrien, a relaté des avancées dans la lutte contre le nouveau coronavirus en Haïti, lors de son intervention, le mercredi 15 avril, dans le cadre d’une conférence de presse tenue au Centre d’informations permanentes sur le coronavirus, pour retracer les différents travaux de la commission qu’il préside, au côté du Dr William Pape. Le directeur général du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) a fait savoir que la Commission travaille sur un projet afin de rendre disponible l’oxygène qui est un intrant très important dans le protocole thérapeutique de prise en charge des patients atteints des formes les plus graves de la COVID-19. «Il y a des avancées. On cherche à réquisitionner le maximum d’oxygène possible», a confié le médecin, soulignant que la Commission a déjà rencontré des personnalités de différents secteurs. Les producteurs locaux, dans le domaine de la production de l’oxygène, avec lesquels les membres de la Commission sont en pourparlers, ont exprimé leur désir de contribuer.

 

«Nous sommes face à un problème majeur», Selon le Dr Rodolphe Malebranche

Le Dr Rodolphe Malebranche, ancien ministre de la Santé publique et de la Population, est préoccupé par l’état défaillant du système sanitaire national, face au coronavirus en circulation sur le territoire national. Pour lui, la pandémie de COVID-19 a atteint le pays, à un moment où son système de santé est défaillant. Le cardiologue, qui participait, le mardi 14 avril, au programme «CORPUHA au temps du COVID-19», initié par la Conférence des recteurs, présidents et dirigeants d’universités et d’institutions d’enseignement supérieur haïtiennes (CORPUHA), a appelé à la solidarité et à l’implication de tous, afin d’affronter la maladie. Le professeur reconnaît, sans conteste, que le système sanitaire haïtien regorge de problèmes : en matière de déficit de gouvernance à tous les niveaux, de délabrement des infrastructures médicales, de ressources humaines et de ressources financières. Pour le Dr Rodolphe Malebranche, il est évident que, compte tenu de ces problèmes, le pays aura des difficultés à faire face à cette pandémie, sur le plan «strictement médical», si le virus reproduit chez nous ce que nous avons vu en Chine, en France, en Italie, et chez nos grands voisins du Nord, en termes de propagation. D’après lui, le système sanitaire national risque tout simplement d’imploser. «J’espère me tromper, mais je suis inquiet de l’avenir», se préoccupait le professeur. Face à cette pandémie, le docteur Rodolphe croit que chacun, en ce qui le concerne, doit faire preuve d’humilité, puisque chaque jour, apparaissent de nouvelles facettes du virus.

 

Un S.O.S pour les morts de la COVID-19

«Les signataires de cette lettre ouverte, citoyens haïtiens et représentants d’institutions du secteur privé, socioprofessionnel et académique des départements du Nord et du Nord-Est, attirent votre plus haute attention sur des incidents malheureux qui se sont déroulés ces dernières 24 heures dans la ville de Fort-Liberté et ses environs, incidents d’intolérance et de violence devant des cadavres prétendument contaminés par la COVID-19, et ce, au grand désarroi des familles cherchant une sépulture digne pour leurs défunts. Ces dérives sont sans nul doute inspirées par la peur de la contamination chez la population et même chez certaines autorités municipales de la région. Toutefois, elles auraient pu tourner au drame, ce qui aurait été encore plus regrettable. Devant un tel état de fait, ils en appellent à vous les autorités compétentes pour que vous preniez toutes les dispositions nécessaires (sensibilisation continue de la population, renforcement du strict respect des protocoles de prise en charge), en vue non seulement de protéger la population, mais aussi d’accompagner les victimes de l’épidémie et leurs familles éprouvées».

 

L’État n’a aucun contrôle à la frontière au Plateau Central

Tous les jours, au Plateau Central, des citoyens haïtiens et dominicains parcourent la zone frontalière haïtiano-dominicaine, sans aucun contrôle des autorités haïtiennes. Ce sont, d’une part, et pour la plupart, de modestes commerçants qui ne vivent que de leurs commerces et qui ne cherchent qu’à faire écouler leurs produits. Il y a aussi, d’autre part, des Dominicains, n’ayant été aucunement contrôlés du côté haïtien, qui foulent le sol, notamment pour se procurer certains produits alcoolisés (notamment du rhum Barbancourt), ou pour jouer aux dominos avec nos compatriotes. C’est ce qu’a révélé Colin Eugène, médecin de profession, qui habite dans ce département. Dans certaines localités de la commune de Cerca-la-Source, proche de la frontière joignant les deux républiques, l’État haïtien brille par son absence. Aucun contrôle sur les personnes qui entrent et qui sortent. «Je vois que le marché haïtien grouille de commerçants. Ce sont des gens qui, pour la plupart, ne vivent que de leurs commerces. Je vois des Dominicains traverser la frontière sans être testés par les autorités, alors que le nombre de citoyens testés positifs à la COVID-19 ne fait que s’accroître en République dominicaine», a confié le médecin qui voulait exprimer ses inquiétudes, tout en alertant les autorités. Selon ce médecin haïtien, une bonne partie de nos compatriotes fréquentant la frontière continuent de fonctionner dans une déconcertante indifférence vis-à-vis de la COVID-19. Ils semblent ignorer le risque de propagation ainsi que les conséquences fâcheuses du virus.

 

Les Nippes adoptent de nouvelles mesures

Le délégué départemental des Nippes, Morel Espérance Bérard, lors d’un point de presse, le mercredi 15 avril 2020, a fait le point sur ce qu’il appelle un arrêté départemental relatif aux mesures de prévention contre la propagation de la pandémie de COVID-19 dans ledit département. Dans cet arrêté de 7 articles paraphé par le président de l’Association des maires des Nippes (AMANIP) et les commissaires du gouvernement des juridictions de Miragoâne et d’Anse-à-Veau, le délégué départemental appelle, au respect de la distanciation sociale, les passagers des transports en commun et au port de masques de protection. «Sont fermés les débits de boissons, les établissements et espaces de loisirs, de divertissement, de spectacles (rara, gaguère, discothèques, les festivals, les croisades), les plages publiques et privées», stipule le communiqué en son article 4. Quant aux marchés publics du département, ils doivent fonctionner trois jours par semaine. Toute personne, vendant des produits autres qu’alimentaires ou sanitaires, sera passible d’une amende de vingt mille gourdes ou de 5 jours d’emprisonnement. Ces mesures sont applicables à l’ensemble du territoire du département des Nippes pour une période de 22 jours et peuvent être levées ou reconduites, au besoin, précise l’article 2 de l’arrêté.

Altidor Jean Hervé

Haitian Creole ad cec 1

Related Articles

Close
%d bloggers like this: