accueilActualitéCoup d'oeil sur le mondeEn brefNewsreelsciences et santé

Les effets du nouveau coronavirus et ses ramifications

La pandémie de COVID-19 a déjà causé la mort de 3 personnes, sur un nombre de 44 personnes contaminées sur le territoire haïtien (à la rédaction de cet article), selon le dernier communiqué du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP). Face à cette montée de la pandémie du nouveau coronavirus et malgré les nombreux dons en devenir, le pays a un grand besoin d’aide sanitaire, le système de santé en Haïti a un urgent besoin de bonbonnes d’oxygène et d’espaces pour installer des lits d’hôpitaux, pour les personnes atteintes de COVID-19, a alerté, le 15 avril 2020, le Dr. Lauré Adrien, directeur général du Ministère de la Santé Publique et de la Population. Intervenant le mercredi 15 avril, lors d’une conférence de presse tenue au Centre d’informations permanentes sur le coronavirus, pour retracer les différents travaux de la Commission qu’il présidait aux côtés du Dr William Pape, le Dr Lauré Adrien, co-président de la Commission multisectorielle de gestion de la pandémie du Covid-19, a relaté des avancées dans la lutte contre le nouveau coronavirus en Haïti. Le Dr Lauré Adrien a fait savoir que la Commission travaille sur un projet, afin de rendre disponible l’oxygène qui est un intrant très important dans le protocole thérapeutique de prise en charge des patients atteints des formes les plus graves de la COVID-19. «Il y a des avancées. On cherche à réquisitionner le maximum d’oxygène possible», a confié le médecin, soulignant que la Commission a déjà rencontré des personnalités de différents secteurs. Les producteurs locaux dans le domaine de la production de l’oxygène avec lesquels les membres de la Commission sont en pourparlers, ont exprimé leur désir de contribuer. Pour diminuer le fardeau des hôpitaux en région qui, jusqu’ici, ne pouvaient s’approvisionner en oxygène qu’à Port-au-Prince, des appareils pouvant produire ce produit vont être installés, a dit le médecin qui estimait qu’une bonne partie des personnes qui seront atteintes de la COVID-19, nécessiteront des soins de base, dont l’oxygénothérapie.

Par ailleurs, la directrice de l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS), le Dr. Carissa F. Étienne, a mis en garde, le mardi 14 avril 2020, les autorités des pays de la région contre toute décision visant l’assouplissement des mesures de distanciation sociale. À en croire le Dr Étienne, la COVID-19 n’a pas encore atteint son pic et la région Amérique latine et Caraïbes doit s’attendre au pire dans les prochaines semaines. «La Covid-19 n’a pas encore frappé de plein fouet dans notre région, en particulier en Amérique latine et dans les Caraïbes, et nous nous attendons à ce qu’il s’intensifie au cours des prochaines semaines», a averti le Dr. Carissa F. Étienne, expliquant comment l’augmentation des hospitalisations et des décès enregistrés dans certains pays, montre la rapidité avec laquelle la situation pourrait changer dans d’autres. La directrice de l’organisation régionale a reconnu, le mardi 14 avril, lors d’un point de presse hebdomadaire, combien la mise en œuvre des mesures nécessaires pour arrêter la COVID-19 peut être perturbatrice mais, ne pas le faire, prévient-elle, risque de prolonger cette crise. «Interrompre trop tôt l’éloignement social, recommandé, pourrait avoir l’effet inverse – et conduire à une deuxième vague de cas de COVID-19, prolongeant la souffrance et l’incertitude socio-économique à long terme, dans la région des Amériques», a-t-elle poursuivi. Elle souligne que l’un des besoins à court terme les plus importants, consiste à étendre la capacité des unités de soins intensifs dans la région. «À long terme, nous devons planifier, dès maintenant, pour garantir que les médicaments et les vaccins qui sont développés, sont accessibles à tous dans notre région, en particulier dans les communautés les plus vulnérables», a noté Dr Étienne. Elle insiste sur l’urgence, pour les pays, d’accélérer et d’étendre les tests pour une compréhension plus précise de la pandémie, tout en maintenant les mesures de distanciation sociale. «Les mesures de distanciation sociale restent notre meilleur pari, pour réduire la transmission et ralentir la propagation du virus dans nos communautés», a affirmé Dr Étienne, plaidant pour que la distanciation sociale soit accompagnée de mesures de soutien social complètes, pour garantir que les plus vulnérables puissent s’y conformer, sans risquer aucunement leurs moyens de subsistance.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: