accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le mondeEn brefNewsreel

Haïti est dans de très mauvais draps !

La pandémie de COVID-19 ne cesse de s’étendre dans le monde : 163 pays touchés (sur 198 au total), plus de 300 000 personnes infectées dont 87 000 guéries et près de 13 000 morts. En effet, les autorités haïtiennes, à la suite de deux (2) cas de COVID-19 détectés, ont pris la décision de décréter l’état d’urgence sanitaire. «Le pays passe automatiquement à la phase 2 de l’épidémie. Les écoles, les centres de formation professionnelle, les universités seront fermées, dès ce vendredi. L’État a pris toutes les dispositions pour fermer les usines de la sous-traitance, à partir de ce vendredi. Le gouvernement déclare un couvre-feu sur toute l’étendue du territoire national entre 8 h du soir et 5 h du matin, à partir de ce vendredi…», a déclaré le jeudi 19 mars, au soir, le président Jovenel Moïse. «Le premier cas de coronavirus enregistré est un citoyen de nationalité haïtienne, âgé de 31 ans, qui a séjourné en France et qui est revenu au pays, le 15 mars dernier. Au moment de prendre sa température à l’aéroport, il était asymptomatique, c’est-à-dire qu’il ne présentait aucun symptôme de COVID-19», a expliqué le médecin, précisant que le MSPP avait placé cette personne en quarantaine domiciliaire. Elle a souligné que le MSPP a effectué le suivi jusqu’à la confirmation du test de dépistage. Le deuxième patient, quant à lui, est revenu au pays le 10 mars, après avoir transité à Madrid (capital d’Espagne), et Miami (États-Unis). Il commençait à présenter les signes et les symptômes de la maladie, depuis le 13 mars. «Ces deux personnes sont placées en isolement, y compris tous ceux qui leur étaient très proches, à la maison», a révélé la ministre de la Santé, la Dr Marie Gréta Roy Clément, soulignant que leur état de santé est, pour le moment, stable. Pour l’instant, six (6) cas ont été confirmés par les responsables sanitaires, le lundi 23 mars 2020, lors d’un point de presse au laboratoire national. Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) informe la population qu’il y a 3 nouveaux cas de COVID-19 confirmés, en date du 22 mars 2020 dans le pays, depuis les 2 premiers cas le 19 mars, portant le total de cas confirmés à 5, après les tests du laboratoire national sur les cas suspects. Toutefois, le MSPP n’a pas encore précisé l’endroit où ces cas ont été enregistrés, ni le sexe ou l’âge des personnes infectées. «Dans le cadre de la transparence que le Gouvernement a promis, il va continuer de fournir à la population de bonnes informations, afin qu’elle puisse correctement se protéger», a dit le Ministère. Le ministère de la Santé Publique continue de demander à la population de respecter tous les principes d’hygiène et de sécurité que l’État a déjà donnés, pour empêcher la maladie de s’étendre dans le pays. Alors que les rassemblements de plus de dix personnes dans l’espace sont interdits, la population haïtienne continue de contourner les mesures, notamment le confinement partiel. La population continue de fonctionner comme à l’accoutumée. Dans les marchés publics les gens sont restés toujours entassés, dans les autobus comme dans les «tap-tap», les passagers sont serrés les uns contre les autres. La question de la distance sociale n’est qu’une parole en l’air pour la population. À Port-au-Prince, le transport en commun fonctionne comme à l’accoutumée. Les véhicules sont bondés. Les échanges de paroles sur le coronavirus sont animés.

Le vendredi 20 mars, dans le cadre de la sensibilisation du secteur religieux sur les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus COVID-19, Claude Joseph, le Ministre des Affaires Étrangères et des Cultes, a rencontré plusieurs représentants des différents courants religieux en Haïti. Il a tenu une séance de travail avec le Nonce Apostolique en Haïti, Mgr Eugène Martin Nugent, autour des nouvelles mesures adoptées par le Gouvernement pour freiner la propagation de COVID-19. Mgr Nugent, qui est aussi le Doyen du Corps diplomatique, a assuré que «l’Église Catholique va suivre les consignes de l’État», en commençant par l’interdiction de toute activité religieuse publique dans le pays. Par la suite, le ministre s’est réuni avec l’Ati national, Carl-Henry Desmornes, et la Mambo Euvonie George Auguste, sur les nouvelles décisions du Gouvernement haïtien, visant à lutter contre la propagation de la COVID-19 dans le pays. Les Représentants de la Konfederasyon Nasyonal Vodouyizan Ayisyen (KNVA) se sont félicités des efforts du Gouvernement, en vue de protéger la population et promettent de faciliter l’implémentation de ces mesures à travers les réseaux de vodouisants sur tout le territoire national. Ce même jour, le ministre s’est entretenu avec le Pasteur Fleuridor Calixte, Président de la Fédération protestante d’Haïti, qui a donné son soutien à toutes les mesures qui permettraient de protéger la population et a promis de collaborer à leur mise en œuvre au sein de sa communauté. Puis, il a reçu les pasteurs André Muscadin et Jacques Maurice, de Shalom Tabernacle De Gloire, qui lui ont confirmé qu’ils allaient utiliser leurs différents réseaux pour aider à la vulgarisation des consignes du Gouvernement dans sa lutte contre la COVID-19.

Par ailleurs, Claude Joseph, à l’issue d’une réunion avec les représentants de la communauté adventiste, s’est félicité de l’engagement pris par ces représentants pour soutenir les efforts du Gouvernement haïtien, précisant: «Les représentants ont promis de mettre l’hôpital adventiste à la disposition de l’État haïtien pour prodiguer les soins nécessaires aux personnes infectées». De plus, le Gouvernement haïtien se propose, très prochainement, d’accorder aux policiers, les allocations sur la carte de débit et les primes de risque pour les mois de mars et d’avril 2020, afin qu’ils puissent faire face aux dépenses d’urgence, liées à la prévention contre l’épidémie de COVID-19 en Haïti. Pour sa part, dans un mémorandum en date du 20 mars, le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) a demandé aux présidents des cours d’appel, aux doyens des tribunaux de première instance et aux juges titulaires des tribunaux de Paix, de prendre des dispositions pour faciliter l’application des mesures prises par les autorités sanitaires, visant à prévenir la propagation de la COVID-19. Le CSPJ a rappelé que des dispositions doivent être adoptées pour mettre en application, jusqu’à nouvel ordre, un système de rotation de l’effectif du personnel non essentiel de chaque juridiction.

 

Le couvre-feu n’est pas respecté

À la suite de la confirmation, le jeudi 19 mars 2020, de 2 cas positifs de COVID-19, de la déclaration d’un couvre-feu national et de l’État d’Urgence Sanitaire pour 1 mois, à compter du vendredi 20 mars, rien n’a été respecté. À 8h00 p.m., début du couvre-feu, le trafic automobile reste intact et les embouteillages, nombreux, comme à l’accoutumée. Sur le Champ-de-Mars, proche du Palais National, les gens s’amusaient, comme à l’accoutumée, dans une ambiance de musique, les trottoirs occupés par des marchandes de fritures et autres… des activités qui se sont poursuivies bien après le début du couvre-feu et sans aucune intervention des forces de l’ordre pour faire respecter ce couvre-feu. Par ailleurs, dans un communiqué du Premier Ministre Joseph Jouthe, relatif à l’instauration du couvre-feu sur toute l’étendue du territoire pour lutter contre le coronavirus COVID-19, le Gouvernement a précisé que les cas suivants sont exemptés du couvre-feu : le personnel soignant des institutions tant publiques que privées (médecins, infirmiers, pharmaciens, techniciens de laboratoire) et tout le personnel médical, en service dûment identifié ; les malades en quête de soins et leurs accompagnateurs ; les ambulances ; les institutions œuvrant dans le domaine de la santé telles que: la Croix-Rouge, l’OPS/OMS ; les médias dûment autorisés par le Bureau du Secrétaire d’État à la Communication ; toute personne quelconque, munie d’un laissez-passer délivré par le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique. Ce communiqué conclut: «les forces de l’ordre sont instruites à l’effet de faire respecter le couvre-feu.»

Emmanuel Saintus

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: