acceuilActualité

Haiti: Nouvelles en bref – du 23 au 29 Février 2020

La Radio-Télévision Caraïbes (RTVC), attaquée

Le dimanche 23 février, des individus encagoulés et armés, accompagnés de plusieurs supporteurs, ont attaqué la Radio-Télévision Caraïbes, lors du mouvement de protestation des policiers, pour exiger de meilleures conditions de travail. Ces policiers ont pris la décision d’attaquer la RTVC, sur le simple fait d’avoir constaté un drone qui appartient au RTVC, survolant l’air du Champ-de-Mars. Plusieurs véhicules ont été incendiés et des pare-brise ont été cassés, à la suite des tirs en direction du local se trouvant à la rue Chavannes. Dans une note de protestation, l’Association Nationale des Médias Haïtiens (ANMH) et l’Association des Médias Indépendants d’Haïti (AMIH) ont «condamné, sans aucune réserve, l’attaque violente, perpétrée dimanche après-midi contre les locaux de Radio-Télévision Caraïbes (RTVC), par des individus armés et cagoulés.» De son coté, Eddy Jackson Alexis, le Secrétaire d’État à la Communication « condamne sans réserve l’attaque dont a été victime Radio-Télévision Caraïbes, dans l’après-midi du 23 février, par des individus armés, et tient à souligner que ces actes sont inacceptables et contraires aux idéaux démocratiques». Par ailleurs, la Radio-Télévision Caraïbes a dit condamner ces actes perpétrés par des individus se réclamant du mouvement des policiers. Pour RTVC, ces actions «ne sauraient être l’œuvre de policiers mais d’un secteur, partisan du chaos et du bâillonnement de la presse…» En signe de protestation, la station a décidé de suspendre, jusqu’à nouvel ordre, ses émissions.

 

Sécurité: trois (3) personnes arrêtées

La police de la commune de la Croix-des Bouquets a mis aux arrêts trois individus circulant à bord de deux véhicules. Le samedi 22 février, les autorités policières de la Croix-des-Bouquets ont arrêté, Ernadotte Jean Éric, Étienne Pierre-Michel et Balan Jean Bernard, au moment où ils circulaient dans la commune, à bord de deux véhicules, à savoir: une Mercedes de couleur verte, immatriculée BB-94866 et une Nissan X-terra de couleur jaune, immatriculée AA-43880. Ces individus circulaient avec leurs armes à bord de leurs véhicules: un revolver de marque Taurus, de calibre 38 et de série SK775717 (propriété de la Police Nationale d’Haïti), 4 cartouches et un pistolet de marque Bryco, de calibre 9 mm et de série 875650 ainsi qu’un chargeur contenant 5 cartouches ont été saisis par la police. C’est le juge suppléant du tribunal de première instance de la Croix-des-Bouquets, Me Bernard Pierre-Louis qui a effectué le constat légal.

 

Cap-Haïtien : un jeune blessé par balle

Frisnel Raymond, un jeune de 24 ans, a été blessé par balle, lors d’une échauffourée entre l’ex- délégué du Cap-Haïtien et des protestataires. «Après le défilé de Sweet Micky, de l’aéroport international du Cap-Haïtien à Carénage, quartier du centre-ville du Cap-Haïtien, alors que je m’apprêtais à rentrer chez moi, un groupe d’individus tentaient de m’empêcher d’atteindre ma voiture. Alors, pour me protéger, j’étais obligé de sortir mon arme et tirer cinq cartouches en l’air. C’est ainsi que je suis parvenu à rejoindre la voiture et à me soustraire de la zone du danger», a expliqué Yvon Altéon. Atteint à la jambe, à proximité de son testicule, Frisnel Raymond a été transporté d’urgence à l’hôpital universitaire Justinien du Cap-Haïtien, en vue de recevoir les soins que nécessite son cas.

 

Le Président fait de fausses promesses

Jovenel Moïse continue de faire des fausses promesses. Lors d’une rencontre au Palais national, le samedi 22 février, Jovenel Moïse a fait la promesse de changer les conditions de vie des policiers. La carte de débit d’un agent de police passera de 5 000 à 10 000 gourdes, à partir de ce mois de mars. C’est l’une des mesures promises, le samedi 22 février, par le Président de la République d’Haïti, Jovenel Moïse, en vue, dit-il, de changer les conditions de vie des policiers haïtiens.

 

Port-de-Paix: un réseau de gang, démantelé

La police de la commune de Port-de-Paix a procédé au démantèlement d’un réseau de gangsters, le vendredi 21 février. Au cours d’une opération menée dans la ville de Port-de-Paix, des agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH), affectés dans la commune, ont appréhendé trois (3) individus armés dont les identités n’ont pas été révélées. Ces bandits armés, non identifiés, ont été arrêtés dans une localité dénommée «Déroulet».

 

Un décret sur l’enseignement supérieur, souhaite la CORPUHA

Une rencontre a été tenue le lundi 3 février, avec une délégation de la Conférence des recteurs et présidents d’universités haïtiennes (CORPUHA). «La délégation de la CORPUHA a demandé à mon administration de prendre les dispositions nécessaires pour combler le vide juridique qui caractérise le secteur de l’enseignement supérieur depuis plus de 50 ans et (d’)élargir le champ des métiers et professions réglementés dans le pays», a indiqué le chef de l’État, sur son compte Twitter. La délégation de la CORPUHA a discuté avec le Président, notamment du projet de loi portant organisation, fonctionnement et modernisation de l’enseignement supérieur, de celui portant organisation de l’agence nationale de l’enseignement supérieur, de celui de la recherche. Elle a abordé aussi le projet de loi établissant le service social obligatoire pour les étudiants des universités bénéficiant du financement public et sur la réglementation des professions et métiers, selon le recteur de l’Université d’État d’Haïti, Fritz Deshommes, président de la CORPUHA.

 

L’innovation dans les outils pédagogiques pour un meilleur apprentissage

Le Salon du manuel scolaire et des ressources pédagogiques, organisé, les 6 et 7 février, par l’Institut supérieur de formation, recherche et innovation (INNOVED), à l’Université Quisqueya, a mis en lumière plusieurs maisons d’édition qui élaborent et disposent des manuels scolaires et d’outils pédagogiques innovants et conçus à partir des innovations technologiques. C’est le cas des «Éditions JPL», ayant présenté des manuels élaborés à partir d’un outil numérique d’encodage des données, «le QR Code» qui permet aux apprenants de «scanner automatiquement un code» lui donnant directement accès à des ressources pédagogiques liées à sa formation. Les Éditions JPL sont une jeune institution de production des manuels scolaires, notamment des manuels de «Sciences de la vie et de la terre (SVT)» destinés aux élèves, de la 7e année au secondaire 4. Ce sont des manuels élaborés, selon le programme proposé par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). «Ils sont conçus suivant l’approche par compétence, proposant des expériences de laboratoires et des vidéos accessibles, depuis le format papier utilisé par l’écolier, pouvant se servir de son appareil camera de son smartphone…», a expliqué Jimmy Pierre-Louis, directeur de cette maison d’éditions.

 

3 nouvelles facultés de médecine reconnues en Haïti

Sur le site du ministère de la Santé publique et de la Population, la liste des facultés de médecine reconnues n’a pas été mise à jour. La nouvelle n’a pas fait de vague. Tout se passe à la cloche de bois. Les facultés de médecine des universités épiscopales d’Haïti, Mont-Everest et Royal, viennent d’être autorisées à fonctionner. «De nouvelles facultés ont obtenu leur autorisation de fonctionnement. Il s’agit de 3 facultés de médecine, regroupées au sein d’un consortium. Cependant, il y a une quatrième qui est quasiment reconnue, c’est la faculté de médecine de l’Université Chrétienne de la communauté Caïman à Pignon», a confié une source à la direction de la formation professionnelle du MSPP

 

FRD-BRH un projet de recherche au financement

Lancé au cours d’une cérémonie, le mercredi 19 février 2020, au centre de convention et de documentation Antonio André, le Fonds BRH pour la recherche et le développement (FRD-BRH) dispose de son propre site internet : www.frd.brh.ht dans lequel est indiquée la procédure d’application pour une demande de financement. Autant dire que la demande de financement s’effectue en ligne, à partir dudit site qui est aussi accessible via le site web de la BRH. La procédure d’application pour une demande de financement comprend cinq étapes :

  • créer un compte sur le site internet du fonds – se connecter au compte puis sélectionner «soumettre une demande»;
  • rassembler l’ensemble des documents requis;
  • téléverser sur le portail, le formulaire dûment rempli et les documents scannés en PDF, à partir du compte créé;
  • soumettre l’intégration de l’application.

«Après la soumission d’une demande, et à partir de son compte, l’appliquant(e) peut voir le statut de sa demande», note-t-on sur le site internet. Les dossiers soumis feront l’objet d’une analyse minutieuse, à partir des critères suivants :

  • l’intérêt du projet (objectif, caractère innovant, qualité et fondement scientifique) ;
  • la pertinence du projet ; la faisabilité du projet de recherche ; les qualifications et compétences de l’équipe de chercheurs.

Pour ce qui est des projets de recherche, ils doivent porter sur les domaines suivants : l’économie (la promotion de la croissance de l’économie à travers l’agriculture, le tourisme, l’immobilier, les zones franches, le développement économique, la stabilisation macroéconomique, le comportement des agents économiques (anticipations) et la production de connaissances scientifiques sur un phénomène ou un fait économique.

 

«Atelye Lanjelis», une nouvelle initiative de Foudizè Théâtre

«Travailler sur la production du conte, à tous les niveaux, en formant des conteurs professionnels qui racontent la vie, les histoires, et encourager la production écrite du conte»: tel est l’objectif poursuivi par les responsables d’Atelye Lanjelis (ATLA), une nouvelle structure de l’association Foudizè Théâtre. À l’approche de la 1e édition du Festival interculturel «Kont anba tonèl», initié par Foudizè, la rédaction de Le Nouvelliste a rencontré le conteur, Chelson Ermoza, le nouveau directeur artistique du festival et membre d’ATLA. «Atelye Lanjelis», a raconté Chelson Ermoza, est né de l’envie de créer une nouvelle dynamique pour ce genre littéraire un peu délaissé en Haïti. À l’instar des amants de la poésie qui ont des espaces de rencontre pour partager des travaux, des réflexions et lire des textes poétiques, Atelye Lanjelis entend faire de même, en permettant à des jeunes de conter la vie et de créer leur propre histoire. L’homme de théâtre veut faire école. Il a dit nourrir le désir de voir émerger de jeunes conteurs. Dans le cadre du Festival: «Kont anba tonèl» qui débutera le 20 mars prochain, l’homme de scène a dit vouloir rester à l’arrière-scène et écouter plutôt conter ces jeunes. Selon lui, ces derniers sont appelés à lui succéder et à garder en vie cette tradition orale. Pour lui, le bien-fondé de l’Atelye Lanjelis réside dans la volonté manifeste de l’association Foudizè de créer un espace de rencontre, permettant aux jeunes de conter, mais aussi de réfléchir, de discuter sur la magie et la force symbolique de ce genre narratif qui déborde le cadre oral.

 

Le Nord-Est menacé par le déboisement

Il y a quelques années, les communes de Vallières, Mont-Organisé et Capotille étaient le poumon du département, avec d’immenses étendues boisées. L’acharnement des habitants à faire du charbon de bois, une planche de salut, a tout changé. Le Ministère de l’Environnement (MDE) a bien des difficultés à dissuader les gens, voire leur interdire de couper autant d’arbres. Au détour des nuages des poussières sur les routes qui traversent ces communes frontalières, les maisons et habitations sont entourées d’arbres. Mais au-delà, dans les flancs des montagnes, près des sources, des endroits tout récemment boisés, il ne reste que quelques arbrisseaux. Dans la quête du bois pour produire du charbon, notamment, ces gens s’attaquent à la propriété d’autres personnes qui essaient de conserver leurs arbres. Marie Étienne, une éducatrice dans la cinquantaine qui vit à Vallières jadis la commune la plus boisée du département, a vu son terrain dévasté, en l’espace de quelques jours. «J’ai porté plainte auprès du Juge de paix, il m’a dit qu’il ne peut rien faire si je ne les attrape pas en train de voler mes arbres», a fait savoir cette mère de six enfants et un mari malade à sa charge. Si, pour elle, la production du charbon de bois n’est pas une option, ce n’est pas à la faveur des sensibilisations sur l’importance des arbres pour l’environnement ou l’application des mesures de contraintes par les autorités qu’elle compte renverser la tendance. Sans autorisation, n’ayant aucune crainte d’être sanctionnées, certaines personnes se livrent à la coupe systématique des arbres, en évitant uniquement les rondes rarissimes des agents de la police frontalière (POLIFRONT) et de la Brigades de sécurité des Aires protégées (BSAP).

 

Une commission d’évaluation pour les revendications des policiers, mise en place

Dans une note de presse, le ministère de la Justice et de la Sécurité publique (MJSP) a fait part de la mise en place d’une commission d’évaluation autour des revendications des policiers. Suite à une résolution adoptée par le Conseil supérieur de la Police nationale d’Haïti (CSPN), une commission a été mise en place, en vue d’évaluer les différentes revendications des policiers. Cette commission est composée de quatre fonctionnaires de la PNH et d’un cadre du MJSP. Il s’agit de l’inspecteur général, Marie Louise Gauthier, du commissaire divisionnaire Bernard Élie, des commissaires divisionnaires Rigaud Harington, Marie Gina Joachim et de Me Jean Fallières Bazelais qui est le représentant du MJSP. Les membres de cette commission ont 48 heures pour produire un rapport assorti de recommandations.

 

Les actes de vandalisme perpétrés contre le cabinet de Me Madistin, condamnés par L’OPC

L’Office de la Protection du Citoyen a condamné sans réserve les actes de vandalisme enregistrés dans les locaux du cabinet de Me Samuel Madistin, le mercredi 19 février, lors des manifestations de plusieurs policiers se réclamant d’un syndicat. Les actes de violence exercés contre les locaux du cabinet Madistin et d’autres scènes de vandalisme enregistrées dans la capitale constituent un acte d’intolérance et de barbarie mettant en péril de nombreux acquis démocratiques garantis par la Constitution haïtienne, a dénoncé l’OPC, dans une note de presse publiée le 20 février. L’institution de promotion des droits humains recommande aux instances compétentes de prendre leur responsabilité.

 

Des propriétaires de véhicules victimes de la brutalité des policiers

Plusieurs citoyens victimes de la brutalité des policiers, le mercredi 19 février, sur la route de Delmas, n’ont pas pu récupérer les clefs de leur véhicule. Lors de la manifestation violente des policiers, le mercredi 19 février, à Delmas, à Pétion-Ville, à Port-au-Prince, des policiers et des hommes encagoulés ont semé la panique, en tirant en l’air sur leur parcours, saisi les clés de voitures privées, pour faire des barrages, endommagé des véhicules immatriculés Service de l’État, incendié des voitures et des chars carnavalesques, garés au stade Sylvio Cator. Jusqu’à jeudi matin, plusieurs personnes n’avaient pas encore récupéré les clefs de leur véhicule. Le père de famille, Darley Céans, qui se trouvait à Delmas 48 au moment de l’événement, a été molesté par un policier et n’a pas trouvé la clef de son véhicule de marque Nissan X-Terra de couleur verte.

 

BAI se positionne pour la mise sur pied d’un syndicat

Le Bureau des avocats internationaux (BAI) a exprimé sa solidarité au mouvement des policiers qui réclament un syndicat au sein de l’institution policière. Le coordonnateur du BAI, Me Mario Joseph, dénonce des gens qui se font passer pour des experts, en expliquant que les agents de l’ordre ne peuvent pas monter un syndicat. Évoquant l’article 35.3 de la Constitution et des instruments infranationaux ratifiés par le pays, le spécialiste de la défense des droits de l’homme fait comprendre que les policiers peuvent bel et bien mettre sur pied un syndicat.

 

Le marché Sainte-Claire, incendié

Un incendie d’origine inconnue s’est déclaré dans la soirée du mercredi 19 février, au marché Sainte-Claire (route de Frères). Trois dépôts où étaient entreposés des marchandises ont été consumés par le feu, ont expliqué des commerçants. Ils lancent un appel à l’aide.

 

Partenaires pour la citoyenneté engagée en Haïti

L’organisation Partenaires pour la citoyenneté engagée en Haïti (PCEH) a expliqué que l’incendie qui s’est déclaré dans l’orphelinat de l’église Compréhension de la Bible, tuant 15 personnes, met en évidence toute une chaîne d’irresponsabilités qui méritent d’être sanctionnées. Dans une note de presse, les Partenaires pour la citoyenneté engagée en Haïti exigent des autorités de fournir rapidement des moyens pour une prise en charge des enfants qui sont encore à l’hôpital. L’organisation Partenaires pour la citoyenneté engagée en Haïti dénonce une grave négligence des institutions concernées dans cette tragédie.

 

Les sénateurs disent reprendre leur siège au Sénat

Quatre des 9 sénateurs dont le mandat a été écourté par un tweet du chef de l’État, Jovenel Moïse, le 13 janvier dernier, ont regagné officiellement leur siège au Sénat, le jeudi 20 février. L’huissier Romuald Grand-Pierre a accompagné Jean Renel Sénatus, Youri Latortue, Jean-Marie Salomon et Dieupie Chérubin pour signifier, aux sénateurs, la décision du juge Merlan Belabre sur le dossier. Les 10 sénateurs restants ainsi que le directeur général a. i. de la Police nationale d’Haïti, Normil Rameau, ont été signifiés, a fait savoir le sénateur de l’Ouest Jean Renel Sénatus.

 

Le parti INIFOS écarté des discussions politiques

Le Coordonnateur national de INIFOS, Paul Denis, a dénoncé que les rencontres entre les acteurs politiques pour trouver une issue à la crise politique, suspendues la semaine dernière, ont été reprises, le jeudi 20 février, alors que son parti politique n’a pas été invité. L’ancien ministre de la Justice assimile la mise à l’écart de son parti politique, à sa rigueur dans les arguments et dans ses positions.

 

866 ressortissants haïtiens déportés de la République dominicaine

Les autorités migratoires de la République dominicaine ont annoncé, le mardi 18 février, avoir déporté 866 ressortissants haïtiens vivant en situation irrégulière. Les opérations ont été menées du 10 au 13 février 2020, dans plusieurs villes, a indiqué la Direction générale de la Migration dominicaine, dans un communiqué en date du 18 février.

 

Assassinat à Carrefour

Un corps sans vie a été retrouvé le mercredi 19 février, à Lamentin 52 (commune de Carrefour). Cet homme a été attaqué vers les 8 heures p. m, par des individus circulant à moto. Quelques minutes après leur forfait, les bandits sont revenus sur la scène du crime, afin de s’assurer que la cible ait été bien atteinte, ont rapporté des témoins.

 

La FENATRAS dénonce le MSPP

La Fédération nationale des travailleurs de la santé (FENATRAS) a donné une conférence de presse le mercredi 19 février, pour dénoncer le comportement du ministère de la Santé publique et de la Population qui n’a pas respecté son engagement. Les syndicalistes ont indiqué que les autorités sanitaires ont fait fi de l’accord qu’ils sont co-signé, relatif à l’amélioration des conditions de travail de l’ensemble du personnel soignant.

 

La révocation de Yannick Joseph, dénoncée

La secrétaire générale du syndicat des employés du ministère à la Condition féminine et aux droits de la femme, Rachel Louis Saint, a dénoncé la révocation de la policière, Yannick Joseph, fer de lance de la formation du syndicat de la PNH. La syndicaliste invite le directeur général de la PNH à privilégier la voie du dialogue pour résoudre le problème. Elle dit appuyer le mouvement des policiers.

Altidor Jean Hervé

 

Articles Similaires

Back to top button