accueilActualité

Parlement: le Pouvoir n’a pas fini de sortir de l’engrenage

Jovenel Moïse a déjà prouvé son manque de tact envers même ses alliés fidèles, voire ses opposants. Les mouvements de protestations contre Jovenel Moïse au pouvoir semblent se calmer, mais ce n’est qu’un leurre, tout apaisement ne peut qu’être de courte durée. Après tous ses morts, assassinats et disparitions de militants, des manifestants dans diverses régions en Haïti en marge des mouvements de protestations populaires, si Jovenel Moïse et ses alliés croient que le peuple va passer l’éponge, ils se trompent. Le régime Tèt Kale, deuxième version, n’a pas fini de sortir de l’engrenage. Les propos témoignent de la vague d’inquiétude ressentie par le pouvoir, à la suite du départ de la 50e législature, majoritairement sous contrôle du PHTK et de ses alliés. Selon Jovenel Moïse, le vide institutionnel est une occasion historique. «Ce lundi 13 janvier 2020 ramène la fin de la 50ème législature. Nous constatons la caducité du Parlement et nous prenons acte de ce vide institutionnel, occasionné par le départ de la Chambre des députés et des 2/3 du Sénat. Ce vide institutionnel est une occasion historique, pour les acteurs, de se mettre ensemble, en vue d’engager les réformes qui doivent aboutir à la transformation de cet État prédateur en un État serviteur qui mettra un terme à cette crise permanente qui hypothèque l’avenir du pays», a déclaré, le lundi 13 janvier 2020, Jovenel Moïse. Pourtant, le langage mensonger de Jovenel Moïse et les rapaces qui l’entouraient en disent long sur les profondes inquiétudes au sein du régime. La volonté manifeste du pouvoir a été clairement démontrée, notamment à travers ses organes propagandistes, de rompre l’ordre constitutionnel. En renvoyant 2/3 du Sénat, cela pourrait aggraver la crise déjà aiguë qui sévit depuis des mois dans le pays. L’article 50.3 du décret électoral, qui a donné matière pour l’organisation des élections en 2015, stipulait que: «Le candidat ayant obtenu le plus grand nombre de voix (reste) en fonction jusqu’au deuxième lundi de janvier de la sixième année de son mandat». Ainsi, les Sénateurs ayant obtenu le plus grand nombre de voix et dont le mandat devrait arriver à terme en 2022 et 2023 sont au nombre de 19 sénateurs. Parmi eux, citons: Dieudonne Luma, Onondieu Louis, Willot Joseph, Youri Latortue, Nènèl Cassy, Jean-Marie Salomon, Dieupie Chérubin, Jean Renel Sénatus, Denis Cadeau, Pierre François Sildort, Gracia Delva, Kedlaire Augustin, Wanick Pierre et Rony Célestin. Les analystes et dirigeants politiques sont divisés sur la question, certains estimant que seul 1/3 du Sénat devrait partir, soit 10 parlementaires. Le bureau du Sénat a d’ailleurs signé un communiqué, la semaine dernière, mettant en garde contre l’idée du départ de 19 sénateurs. Jovenel Moïse qui parle de vide, estime qu’il y a lieu d’engager des réformes avec l’absence du Parlement. Et sur son compte twitter, Jovenel Moïse a déclaré la caducité du Parlement haïtien, ce lundi 13 janvier. Ce serait l’occasion, selon lui, de trouver une entente politique.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: