accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Le puissant chef de gang, Arnel Joseph, appréhendé

Le chef de gang, Arnel Joseph, très recherché par la police, a finalement été arrêté, le lundi 22 juillet 2019, à l’hôpital Lumière de Bonne Fin, non loin de la ville des Cayes, selon les informations de la Police nationale d’Haïti. Celui dont un avis de recherche a été émis à son encontre, depuis le 3 novembre 2018, par la police, a enfin été arrêté lundi dernier, en allant chercher des soins pour sa blessure par balle, survenue lors d’un affrontement avec un gang rival dirigé par un dénommé Tisourit. Basé premièrement à Village-de-Dieu, à la suite d’une opération policière menée dans ce quartier, le chef de gang Arnel Joseph avait été forcé de se retrancher dans le département de l’Artibonite (Nord), où sa présence a causé une situation de tension et de panique dans plusieurs communes, notamment à la Petite-Rivière de l’Artibonite. À la suite de l’arrestation d’Arnel, plusieurs personnalités ont tenu à saluer ce coup de filet des hommes de Michel-Ange Gédéon. Ainsi, le secrétaire d’État à la Sécurité Publique, Léon Ronsard Saint-Cyr, se félicite de l’arrestation du très puissant chef de gang, Arnel Joseph. Il salue le rôle joué par la Police nationale d’Haïti (PNH) dans l’arrestation du caïd qui terrorisait la population. Le secrétaire d’État à la Sécurité Publique estime que cette action va permettre à la justice de faire la lumière sur les rapports entretenus entre Arnel Joseph et des hauts fonctionnaires de l’État. Le chef de gang va devoir révéler les noms de ses fournisseurs d’armes, de munitions ainsi que ses créanciers, dit Saint-Cyr. «C’est un secret de polichinelle : le redoutable chef de gang Arnel Joseph est de connivence avec des autorités au plus haut sommet de l’État», a fait remarquer le secrétaire d’État à la Sécurité. De son côté, le président Jovenel Moïse a tenu lui aussi à saluer « le travail acharné de la Police nationale d’Haïti (PNH) qui, entre autres, a débouché sur l’arrestation du présumé chef de gang, Arnel Joseph », fait-il savoir, sur son compte Twitter. Jovenel Moïse réaffirme l’engagement de son administration à continuer de soutenir les efforts de la PNH, afin qu’elle puisse, dit-il, «remplir efficacement sa noble mission». Après son arrestation, la police nationale a procédé, le lendemain mardi 23 juillet, au transfert d’Arnel Joseph, de la ville des Cayes à Port-au-Prince. Bien que les citoyens félicitent l’institution policière pour cet important coup de filet, de nombreux observateurs ont dénoncé la violation, par des policiers, des droits du détenu et le fait qu’il a été photographié et filmé nu. Plusieurs membres d’organisations des droits humains et des parlementaires ont exprimé leur crainte quant à la sécurité du chef de gang, désormais sous les verrous. Ils estiment que certaines personnalités avec lesquelles Arnel Joseph était de connivence, pourraient tenter de l’assassiner, en vue de l’empêcher de faire des révélations qui nuiraient à leurs intérêts. Le Sénateur de l’Ouest, Jean Renel Sénatus, recommande la protection pour le puissant chef de gang, Arnel Joseph, arrêté lundi dernier dans le sud du pays. Le président de la commission Justice et Sécurité du Sénat, croit que le caïd de Village-de-Dieu et de Poste-Pierrot dispose d’informations importantes qu’il doit fournir à la justice. Le président de la commission Justice et Sécurité au Sénat, a d’abord adressé ses félicitations et ses remerciements aux forces de l’ordre, ainsi qu’aux membres de la population, particulièrement ceux du département Sud, après l’arrestation du très recherché Arnel Joseph. Ainsi il réclame la protection pour Arnel Joseph qui, selon lui, doit fournir des informations utiles à la justice. L’État de santé du chef de gang doit être contrôlé, ses visiteurs doivent être surveillés. «Arnel doit rester en vie !». Jean Renel Sénatus insiste là-dessus, tout en mettant en garde le juge d’instruction à qui sera confiée cette affaire, contre toute velléité de se laisser influencer par des forces politiques ou économiques qui financent des groupes armés. «Les yeux de la Commission resteront ouverts sur ce dossier», souligne l’ancien commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince. Après l’effet de surprise provoqué par la nouvelle de l’arrestation du chef de gang, Arnel Joseph, la police dans le département l’Artibonite, quelques heures après, s’est lancée à l’assaut de son fief à Poste-Pierrot, 4e section de la commune de Marchand-Dessalines. Selon l’inspecteur Max Saint-Preux, porte-parole ad intérim de la PNH dans l’Artibonite, l’intervention avait pour objectif de capturer les acolytes d’Arnel et de récupérer éventuellement les armes en leur possession. Composée d’agents de l’UDMO, des unités spécialisées en mission dans la région, des sections de SWAT et de la MINUJUSTH, l’équipe d’intervention avait fait face à une forte résistance de la part des bandits, mais ces derniers ont fini par s’enfuir. «À son arrivée, la police avait trouvé le local déjà en feu. Elle n’a fait aucune arrestation ni aucune saisie d’arme», a fait savoir l’inspecteur qui a nié toute implication de la PNH dans la mort de plusieurs personnes dont les photos de leur corps sans vie circulent sur les réseaux sociaux. Selon l’un des membres du conseil d’administration de la 4e section, Frantzy Toussaint, la police n’était pas la seule à profiter de la situation. Il a dénoncé des bandits appartenant à des groupes rivaux, venus de Barrage, une localité de Dessalines et de Bois-la-Ville, localité de la commune de Petite-Rivière, qui ont tué des personnes et incendié des maisons à Poste-Pierrot. «C’est une cause profonde, mélangée à une autre occasionnelle. Il existe, depuis belle lurette, un différend entre ces groupes de bandits et celui d’Arnel», a-t-il déclaré. Cette information n’est pas différente de celle issue de la police qui a parlé d’un guet-apens tendu par les groupes rivaux.

Altidor Jean Hervé

Haitian Creole ad cec 1

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: