acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeCulture & SociétéEconomie & FinancesEducation & DéveloppementEn brefInsécurité & BanditismeJustice

Chute du commerce entre la République dominicaine et Haïti

« Les échanges commerciaux entre la République dominicaine et Haïti (se) sont amoindris d’environ 20% au premier trimestre de l’année 2019 », a fait savoir le vice-président exécutif du Conseil National de l’Entreprise Privée (CONEP), Cesar Dargam. Il a affirmé que, bien qu’il y ait eu une légère augmentation ces dernières semaines, principalement dans le commerce informel, la tendance demeure quand même à la baisse. L’homme d’affaires attribue cette situation – qui n’est pas favorable à l’économie de son pays – à l’instabilité grandissante en Haïti durant cette période. Le vice-président exécutif du CONEP estime aussi que la situation politique est aggravée par le renvoi par la Chambre des Députés, suivi de la démission, ce jeudi 21 mars 2019, du Premier ministre haïtien, Jean-Henry Céant, qui inquiète beaucoup ce secteur de l’autre côté de la frontière. Selon le journal dominicain « El Dia » qui a rapporte les propos de l’homme d’affaires dominicain, ce dernier souligne que « La fragilité institutionnelle dont souffre Haïti au cours des dernières décennies affecte tous les domaines qui ont trait aux relations bilatérales tels que le commerce, la sécurité, la santé, la migration et l’environnement, et affecte davantage du jour au lendemain, lorsqu’il n’y a pas de continuité dans le rang des acteurs pour changer la donne». Les exportations des produits de la République dominicaine vers Haïti connaissent un ralentissement au cours de ces cinq dernières années. Une baisse de 216 millions de dollars américains a même été enregistrée durant cette période, selon des chiffres publiés par le Centre d’exportation et d’investissement (CEI-RD). Les Dominicains redoutent, comme la peste, toute chute de leurs échanges commerciaux avec Haïti, deuxième partenaire commercial des voisins de l’Est, après les États-Unis d’Amérique. D’autre part, le jeudi 21 mars 2019, le président de l’Association des industries d’Haïti, Georges Sassine, s’est donné pour mission d’informer, de briefer des assistants de parlementaires républicains et démocrates, sur l’importance du renouvellement du « Caribbean Basin Trade Partnership Act » (CBTPA) qui arrive à expiration le 30 septembre 2020. Le renouvellement du « Caribbean Basin Trade Partnership Act (CBTPA) » en 2019, est déterminant pour accroître les emplois dans le secteur textile, préserver plusieurs centaines de millions de dollars d’exportation hors taxes vers les États-Unis. Cette loi, un atout pour le secteur textile, accorde aussi les mêmes exonérations à une kyrielle de produits, de filières, dont l’artisanat, des produits agricoles comme la mangue, le café. « Si le CBTPA n’est pas renouvelé, cela aura un impact négatif sur la création d’emplois dans le secteur textile. On ne pourra pas inciter une quantité importante de nouvelles compagnies qui quittent la Chine à cause de l’augmentation de tarifs douaniers des États-Unis à venir s’installer en Haïti », a cadré Georges Sassine. Sans le renouvellement du CBPTA, le volume d’exportation hors taxes vers les États-Unis devra tabler sur HOPE/HELP. Le quota dans le cadre de HOPE/HELP diminuera et le secteur textile en Haïti perdra l’un des avantages qui le rendent compétitif, a expliqué Georges Sassine. Pour le président de l’ADIH, l’introduction du « H.R 991-Extension of the Carribean Basin economic Act » par les législateurs Terri Sewell (démocrate de l’Alabama) et Brad Wenstrup (parlementaire républicain de l’Ohio) avec le support de Alcee Hasting (démocrate de la Floride), David Schweikert (républicain de l’Arizona), John Lewis (démocrate de Georgia) et Karen Bass (démocrate de la Californie), est un pas important ».

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button