accueilActualitéArchivesEn bref

Nouvelles en bref – Semaine du 15 au 21 Mars

Une agro-entreprise soutient les petits agriculteurs

Plusieurs investisseurs d’ACCESO et son conseil d’administration entreprennent une visite en Amérique latine et dans les Caraïbes. Ce groupe s’est aussi rendu à Mirebalais, afin de présenter les opérations commerciales et les programmes en cours d’exécution dans le pays. C’était l’occasion pour le haut management de visiter les installations, pour discuter avec les employés et certains clients présents dans le centre de production des plantules de l’entreprise, dans la localité de Coupe-Gorge. Les premiers impacts sont plutôt positifs. Présente en Haïti depuis près de six ans, ACCESO est une entreprise sociale évoluant dans le secteur agricole. Elle accompagne, à plusieurs niveaux, les producteurs d’arachide (pistache) dans le département du Centre. En plus de mettre des semences de bonne qualité à leur disposition, elle les connecte aux marchés national et international. L’appui de l’entreprise s’étend sur d’autres types de denrées comme: la mangue, le moringa, le citron, entre autres. Aujourd’hui, si l’on en croit l’une des responsables, Emma Boursier, cette entreprise a déjà produit et distribué, dans le département du Centre, 1,4 million de plantules. Suivant les témoignages des clients, cette agro-entreprise est créée de manière à soutenir la production dans le département. Les producteurs n’ont pas l’obligation de payer en cash. Voilà toute la différence. Ils paient en nature. La vente de leur récolte est garantie au prix fort. Ils sont plusieurs milliers de producteurs à être inscrits à ce programme, ce qui permet à l’entreprise d’atteindre son objectif qui est de contribuer à formaliser et à standardiser la chaine d’approvisionnement de l’arachide en Haïti. De plus, ils sont en train de réussir le pari de garantir un prix fixe et stable de l’arachide.

 

Installation de Pradel Henriquez

C’est le Premier ministre Joseph Jouthe qui a procédé personnellement à l’installation de Pradel Henriquez, comme étant le nouveau ministre de la Culture et de la Communication. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de l’ancien premier ministre et aussi ministre de la Culture, Jean Michel Lapin, du secrétaire d’État à la Communication, Eddy Jackson Alexis ainsi que des directeurs généraux des entités placées sous la tutelle dudit ministère. Pradel Henriquez, jouissant d’une longue carrière dans le monde culturel haïtien, a dit accepter la responsabilité d’assurer la gestion du ministère de la Culture et de la Communication, avec l’intention de contribuer à jeter les bases de la refondation du secteur culturel et de la communication. «Depuis des décennies, Haïti fait face à une grave crise multidimensionnelle qui touche presque tous les secteurs de la société. Cette crise est en effet culturelle et communicationnelle, au sens où elle tire sa source dans notre histoire politique même, ou encore, dès notre naissance en tant que peuple. La solution à cette crise passera nécessairement par une réappropriation du facteur culturel national», a-t-il indiqué.

 

La POHDH exige l’autopsie des victimes de l’incendie de l’orphelinat

La Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains (POHDH) a recommandé aux autorités de donner suite à la demande, faite en date du 6 mars 2020, du parquet près du tribunal civil de Port-au-Prince, ordonnant à l’Institut médico-légal de procéder à l’autopsie des cadavres des victimes de l’incendie, survenu le 13 février 2020, à l’orphelinat «Compréhension de la Bible». La POHDH a demandé aussi à l’État de prendre de réelles dispositions pour que de telles tragédies ne se répètent plus jamais dans le pays, dans une note. Rappelons que 15 personnes, dont 13 enfants, sont mortes calcinées et asphyxiées, dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 février 2020, dans l’incendie de cet orphelinat situé à Fermathe, dans la commune de Kenscoff (à l’est de la capitale).

 

L’AIDH parle de la situation catastrophique des droits humains

Selon le rapport présenté, le mardi 10 mars 2020, par l’Action internationale pour les droits humains (AIDH), la situation générale des droits humains en Haïti a été catastrophique au cours de l’année 2019. Dans ce rapport qui couvre la période de janvier à décembre 2019, l’organisme international de défense des droits humains a critiqué l’implication d’agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) dans des actes de violation des droits humains en Haïti. L’AIDH a aussi exhorté les autorités étatiques à garantir la sécurité de la population et à procéder à une réforme pertinente au sein de la police nationale, en limogeant tous les agents véreux et corrompus. L’AIDH recommandait la création d’un programme d’urgence économique et sociale, visant à revitaliser les entreprises victimes des actes de vandalisme, au cours des dernières opérations de «pays lock», durant les mois de septembre, d’octobre et de novembre 2019. Elle plaide en faveur de l’élaboration d’une nouvelle loi, visant à protéger les défenseures et les défenseurs des droits humains, ainsi que les journalistes, en Haïti.

 

Paralysie partielle de la circulation automobile au sud de la capitale

La circulation automobile a été complètement paralysée, dans la matinée du mercredi 11 mars 2020, au sud de la capitale. Le trafic automobile a été perturbé au niveau des quartiers de Martissant, de Fontamara et de Carrefour, où plusieurs véhicules ont été contraints de faire demi-tour au niveau de Bizoton, à cause des barricades dressées, par des protestataires, sur la route de Fontamara. Des riveraines et riverains ont exigé l’achèvement de la construction de l’hôpital «Simbi», situé à Martissant, et financé par des fonds provenant du programme PetroCaribe de l’aide vénézuélienne à Haïti. Des affrontements entre gangs armés rivaux ont été également signalés.

 

Nouvelle mobilisation violente des policiers nationaux

Des dizaines d’agents de la PNH ont investi à nouveau les rues de Port-au-Prince, le mardi 10 mars 2020, pour réclamer la reconnaissance de leur syndicat et la réintégration de leurs collègues révoqués le 18 février 2020. Ces protestataires ont fait usage de gaz lacrymogènes, pour forcer les fonctionnaires à abandonner leurs lieux de travail, dans le cadre de leur opération baptisée «fermeture des bureaux de l’État», dans plusieurs institutions publiques comme: le ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE), le ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST), le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) et le ministère de la Justice et de la Sécurité Publique (MJSP). Les fonctionnaires au MPCE ont été évacués de toute urgence, de même que ceux de la Direction de l’Immigration et de l’Émigration (DIE). Des véhicules ont été attaqués violemment, puis dressés comme barricades, sur plusieurs artères de la capitale, Port-au-Prince, notamment à l’avenue Martin Luther King, Nazon, Bourdon et l’avenue John Brown.

 

2 milliards de dollars de la BID pour appuyer les pays de l’Amérique latine et des Caraïbes

Dans un communiqué publié le jeudi 12 mars, la Banque Interaméricaine de Développement (BID) a déclaré être en mesure de procurer des ressources équivalentes à 2 milliards de dollars, à travers des programmes destinés à des pays d’Amérique latine et des Caraïbes demandant un soutien pour la surveillance des maladies, les tests et les services de santé publique. Les pays ayant des soldes de prêts non décaissés sont éligibles à ce programme de la BID, leur offrant la possibilité de réorienter leurs ressources vers les efforts de réponse à la pandémie.

 

Le MICT veut consolider les collectivités territoriales

Lors d’une rencontre qui s’est déroulée le jeudi 12 mars 2020, entre le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT), Frantz Odel Audin Fils Bernadel, et des cadres de la Fédération nationale des maires d’Haïti (FENAMH), la situation financière des mairies, les fonds communaux, les relations entre maires, des ASEC et des CASEC, le dysfonctionnement des services des mairies, la lutte contre la propagation du coronavirus, ont été au centre des débats.

 

Le 26e congrès annuel du Renouveau Charismatique, reporté

L’Association des fidèles charismatiques d’Haïti (AFCH) a décidé de reporter, sine die, le 26e Congrès annuel du Renouveau Charismatique, prévu les 17, 18 et 19 avril, afin de prévenir l’introduction et la propagation du coronavirus dans le pays. Pierre Lamy l’évêque, porte-parole de l’association, a dit situer cette mesure afin de s’aligner sur la position de la note de la Conférence épiscopale d’Haïti.

 

Rencontre entre le Chancelier haïtien et des ambassadeurs

Une réunion de travail s’est tenue le jeudi 12 mars 2020 entre le ministre des Affaires étrangères et des Cultes, S.E.M. Dr Claude Joseph, et les Ambassadeurs de Suisse, d’Allemagne, du Canada, du Japon, d’Argentine et d’Espagne. Le désarmement nucléaire, la sécurité et l’avenir du monde ont alimenté les échanges.

 

Les activités paralysées à l’hôpital La Paix

Les membres du petit personnel de l’hôpital La Paix, à Delmas 33, ne s’étaient pas mis d’accord avec le personnel médical pour mettre fin à l’arrêt de travail lancé depuis la semaine écoulée. Le corps des médecins a eu, la veille, une rencontre avec les responsables du MSPP et s’entendaient entre eux pour lever la grève.

 

Une marche, à la mémoire des victimes de Piatre

L’Association des paysans Tèt Kole de Piatre a marché dans les rues pour commémorer les 30 ans du massacre de Piatre. Pancartes en main, les paysans continuent de réclamer justice et réparation en faveur des paysans assassinés. 11 paysans furent massacrés, plusieurs blessés et plus de 300 maisons incendiées, dans ce massacre organisé le 12 mars 1990 par une trentaine de soldats de l’armée d’Haïti et des civils armés venus de Saint-Marc.

 

FHA-SHAA lance un atelier de réflexion

Femmes haïtiennes aveugles en action, association affiliée à la SHAA (FHA-SHAA), en marge de la Journée internationale des droits de la femme, a organisée un atelier de réflexion le vendredi 13 mars 2020, autour du thème: «Covid-19 et droit des femmes en Haïti». Le Dr Jean Hugues Henrys et Marie Laurence Jocelyn Lassègue ont été les intervenants de cet atelier qui a démarré à 9h a. m, au local de la SHAA, sis à Delmas 31, rue V. Ricourt # 12.

Altidor Jean Hervé

 

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: