accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le monde

Insécurité: Jovenel Moïse allume la mèche aux portes de l’opposition

Alors que de nombreux quartiers de Port-au-Prince, de plusieurs villes de provinces sont et restent toujours sous le contrôle des bandits armés, notamment les bandes armées du régime en place, qui exécutent et éliminent de paisibles citoyens, Jovenel Moïse peste contre ses opposants politiques qu’il accuse d’alimenter l’insécurité qui fait rage en Haïti. Ces dernières semaines, les hommes en armes ont multiplié leurs actes de vandalisme, de tuerie, de kidnapping. C’est une situation qui a provoqué une psychose chez de nombreux citoyens. Ceux qui en ont les moyens ont déjà quitté le pays avec leur famille, craignant pour leur vie. «Des cerveaux alimentent l’insécurité pour provoquer un soulèvement populaire contre les autorités», a déclaré le président Jovenel Moïse au palais, le mardi 28 janvier 2020. «Quelque part, des « cerveaux » ont appuyé sur un « bouton », pour provoquer la nouvelle flambée d’insécurité, ces derniers temps. Ces cerveaux comprennent « que l’insécurité peut provoquer le soulèvement du peuple contre ceux qui le dirigent. Nous ne vous laisserons pas précipiter le pays dans le chaos », a-t-il prévenu, promettant de pourchasser « ces cerveaux », « des délinquants en costume », habitant les hauteurs de Port-au-Prince. « Préparez-vous », a menacé Jovenel Moïse, accentuant que ces grands délinquants distribuent armes et munitions aux pauvres délinquants, aux enfants des bidonvilles pour qu’ils tuent le peuple. Il faut adjoindre à ces menaces, l’arrestation et l’exécution de plusieurs jeunes, accusés d’être de mèche avec des bandits dans plusieurs quartiers populeux tels: Solino, Christ-Roi, Delmas 24, Delmas 2. « Nous vous pourchasserons. La police retrousse ses manches. Nous, au niveau de l’État, le PM, le ministre de la Justice, le ministre de l’Intérieur, le CSPN, le secrétaire d’État à la Sécurité publique travaillent pour équiper la police, afin qu’elle appréhende les délinquants », a fait savoir Jovenel Moïse qui demande aux détenteurs d’armes et de munitions à les remettre à la CNDDR, pour éviter les fracas d’une décente et la diffusion de leurs images dans le programme « Allô la police ». « Nous marcherons sur vous parce que c’est nous qui sommes l’État, ce n’est pas vous. Je crois que nous ne pouvons pas être plus clairs. La situation est très grave et le peuple est exaspéré par l’insécurité. Nous l’affirmons, nous ne finirons pas, nous sommes là pour sécuriser le pays. Nous nous battons pour mettre la police en situation de fournir une réponse proportionnelle, face à ce qui se passe », a déclaré Jovenel Moïse.

Dans la même lignée, à la Cité de l’Indépendance, le jeudi 30 janvier 2020, le chef du Parquet des Gonaïves a lancé un mandat d’amener à l’encontre de Paulda Guerrier, le chef de gang Des Cahos, allié du président Jovenel Moïse. Le Commissaire du Gouvernement, Sérard Gasius, a instruit le Commissariat de Police des Gonaïves « de prendre les mesures nécessaires aux fins de rechercher, conduire et amener devant lui, au parquet de ce ressort, conformément à la loi, le nommé Paulda Guerrier, pour tentative d’assassinat au préjudice de Evens Sajous.

En outre, dans une note en date du 30 janvier 2020, l’organisation internationale Médecins sans frontières (MSF) alerte sur les actes d’intimidations et de violences dont font l’objet ses patients et son personnel médical, ces dernières semaines, de la part d’individus agressifs et armés. « Ce climat délétère entrave notre capacité à garantir le maintien de nos activités et la fourniture de soins de santé à la population. Nos locaux et véhicules ont pu être la cible de caillassages ; des menaces ont été proférées sur notre personnel et nos structures par des personnes voulant être recrutées», ont déploré les responsables du MSF qui implorent tout un chacun à respecter la sécurité et la protection du personnel, les structures médicales et les ambulances.

Entre temps, le militant Kerton Lortéus, accusé dans le meurtre du policier Richardson André Vigne, un agent de l’Unité Départementale et de Maintien d’Ordre (UDMO), le 19 novembre écoulé, a été libéré par la justice, le mardi 28 janvier 2020, suite à une main levée, accordée par le juge d’instruction, Josier Mozeau, à la demande de l’avocat de l’inculpé, Me Castin Milot. Accusé de l’assassinat du policier Richardson André Vigne, le 19 novembre 2019, à Chalon, première section communale de Miragoâne, Kerton Lortéus a été arrêté en début décembre, en République Dominicaine. Il a été gardé à vue au commissariat de Miragoâne.

De plus, la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) s’est prononcé en faveur de la demande de mesures conservatoires, introduite par le Collectif des défenseurs des victimes de la Saline, le 15 août 2019, au nom des victimes du massacre de la Saline, le 13 novembre 2018. Dans une résolution adoptée le 31 décembre 2019, la Commission a fait savoir que « […] les membres du Comité des victimes de la Saline se trouvent dans une situation de gravité et d’urgence, étant donné que leurs droits à la vie et à l’intégrité de la personne sont exposés à un risque de dommage irréparable». Elle exige des autorités haïtiennes d’adopter les mesures nécessaires, afin de protéger les droits à la vie et à l’intégrité de la personne aux membres du Collectif des victimes de la Saline.

Par ailleurs, des fouilles effectuées au Pénitencier national, le lendemain d’une tentative d’invasion, le lundi 27 janvier 2020, ont permis de confisquer 3 armes à feu, 24 téléphones portables, 33 cartes SIM, un gros lot et 101 petits cachets de marijuana.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: