accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le mondeNewsreel

Georges Castera fils est parti

Le Secrétaire d’État à la Communication, Eddy Jackson Alexis, s’est dit profondément attristé par le décès du poète et homme politique, Georges Castera fils, à l’âge de 83 ans, le vendredi 24 janvier 2020, à son domicile à Pétion-ville. «Au nom du Gouvernement de la République, le Bureau du Secrétaire d’État à la Communication rend hommage à ce poète d’exception qui a toujours été une personne de cœur et de grande sensibilité pour son pays, et profite de l’occasion pour présenter ses sympathies à sa famille, ses proches, la communauté universitaire et à tous ses collègues», a écrit le Secrétaire d’État à la Communication, dans une note rendue publique. Même son de cloche de la part de l’Institut Français qui s’est dit directement affecté, pour avoir collaborer plusieurs fois avec le poète. L’Institut en profite pour présenter ses sympathies à ses proches. «L’Institut Français en Haïti apprend avec tristesse le départ du célèbre poète haïtien, Georges Castera, avec qui on a eu la chance de collaborer plusieurs fois. Nous présentons nos sincères condoléances aux proches et familles affectés par cette triste nouvelle.» Georges Castera fils, est né le 27 décembre 1936, à Port-au-Prince. Il a commencé à écrire très jeune, mais s’est fait connaître dans les années 50, en publiant dans des journaux de Port-au-Prince. En 1956, il part faire ses études en Europe où il a étudié pendant 13 ans, dont 2 ans en France, puis 11 ans en Espagne où il a étudié la médecine qu’il abandonnait pour se concentrer sur la poésie et la politique. Son premier texte officiellement connu a été publié en créole, ce fut « Klou gagit », paru en 1956, à Madrid. Son premier recueil de poésie en français fut: «Le retour à l’arbre», en 1974. Il a aussi travaillé avec les metteurs en scène: Syto Cavé et Hervé Denis, sur des pièces en créole telles que «Tanbou Tibout-la bout». Il a participé à la création de la troupe de théâtre Kouidor qui a commencé à se produire dès 1971. Georges Castera, après avoir été en exil, est revenu vivre en Haïti, après la chute des Duvalier. C’est à partir de là aussi qu’il a grandement produit. D’ailleurs, la plupart de ses essais et de ses recueils ont été écrits au cours des années 90 et au début des années 2000, dont: «Ratures d’un miroir» et «Les cinq lettres» parus en 1992, «Quasi parlando», en 1993, «Voix de tête», en 1996 et « Brûler », en 1999. Sa dernière œuvre: « Choses de Mer sur Blessures D’encre », a été publiée en 2010. Georges Castera est considéré comme l’un des plus grands poètes qu’Haïti ait connu. Ses œuvres sont égales, dans les deux langues officielles du pays. Il a apporté une contribution immense à la littérature créole.

Emmanuel Saintus

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: