accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le monde

Nouvelles en bref – semaine du 12 Janvier 2020

Fraudes: l’UCLBP mise en cause

Le regroupement organisationnel Konbit ayisyen pou lojman altènatif (KAYLA) demande à la justice haïtienne de poursuivre les dirigeants de l’Unité de Construction de Logements et de Bâtiments Publics (UCLBP) pour détournement de fonds, dans le cadre de la construction de logements post-séisme en Haïti. Lors d’un point de presse, en date du jeudi 9 janvier 2020, KAYLA a exigé la saisie, par l’État haïtien, des biens des responsables qui seraient mêlés dans cette affaire de corruption. Le rapport de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) montre clairement comment l’Unité de Construction de Logements et de Bâtiments Publics (UCLPB) a gaspillé environ 43 millions de dollars américains des fonds PetroCaribe, a dénoncé KAYLA. Avec un montant de 43 millions de dollars américains, l’UCLBP était chargée d’exécuter des projets, en matière d’habitats dans le quartier Jalousie, à Pétion-ville, d’hébergements post-séisme du 12 janvier 2010, de la construction de médiathèques, de la conception et de la mise en œuvre de développement territorial (projets spéciaux).

 

Un dernier hommage à Diego Louis

Les funérailles du fils de Yonel Louis ont été chantées en l’église St-Pierre de Pétion-Ville où la dépouille mortelle a été exposée dès 10 h 30 a.m. Diego Louis, âgé de 34 ans, troisième enfant du photographe sportif senior, Yonel Louis, a été tué par balle, le dimanche 5 janvier 2020, à la suite d’un incident ayant éclaté non loin de l’église Ste-Thérèse de Pétion-Ville.

 

Les Haïtiens à Montréal commémorent le 12 janvier

Pour ne jamais oublier que le tremblement de terre de 2010 a plongé Haïti dans l’enfer et a détruit, en 35 secondes, 75% de Port-au-Prince, la Maison d’Haïti et ses partenaires ont invité la communauté haïtienne évoluant à Montréal et les amis d’Haïti, à participer à deux jours d’activités de commémoration, le samedi 11 et le dimanche 12 janvier, à la TOHU, située au 2345, rue Jarry Est (angle d’Iberville). Plus de 40 groupes, organismes et artistes ont répondu à l’appel de la Maison d’Haïti pour cet évènement considéré avant tout comme un symbole de réflexion, d’espoir et de solidarité avec les survivants. Au programme : ateliers, conférences, projections de films documentaires et tables rondes ont été organisés.

 

Messe commémorative à Guyane en mémoire du séisme de 2010

Le consulat d’Haïti en Guyane française avait annoncé la célébration, le dimanche 12 janvier 2020, en l’église catholique de Matoury, d’une messe d’action de grâces à la mémoire des victimes du 12 janvier 2010. Leur souvenir restera à jamais gravé dans notre mémoire. Que leur âme repose en paix, a indiqué le consulat.

 

1 012 personnes d’origine haïtienne, déportées

La DGM, Direction générale des migrations a dit avoir mené des opérations de contrôle migratoire qui ont conduit à l’arrestation de 1 012 personnes d’origine haïtienne. Ces opérations ont été réalisées du 2 au 6 janvier, dans différents secteurs du District national et dans 7 provinces : Azua, Barahona, Dajabón, Duarte, Santiago de los Caballeros, San Juan de la Maguana et Valverde. Après vérification à l’aide de lecteurs biométriques et la base de données centrale de la DGM, 939 Haïtiens (93%) ont été déclarés en situation migratoire irrégulière ou sans-papiers et reconduits aux postes frontières de Dajabón, Elías Piña et Jimaní, pour y être enregistrés et déportés en Haïti, ont annoncé les autorités migratoires dominicaines mercredi.

 

Une famille arrêtée pour trafic de drogue

C’est un total de quatre personnes issues d’une même famille, dont 3 jeunes femmes dans la vingtaine, qui ont été appréhendées à Saint-Louis-du-Nord, pour trafic illicite de stupéfiants. Ce sont des agents de la Brigade de lutte contre le trafic de stupéfiants (BLTS) et les Garde-Côtes qui ont conduit l’opération. Selon le juge de paix, Me Eden Lubin, les agents ont saisi 24 kg de stupéfiants apparentés à de la marijuana ainsi que 190 000 gourdes, au cours de la perquisition réalisée au domicile de Sylvetha Changer alias «Tata».

 

3e mois de grève à l’IHSI

Les employés de l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI) ont entamé leur troisième mois d’arrêt de travail. Ces employés sont entrés en grève depuis le 21 octobre dernier, en vue de protester contre la nomination de Wilson Fièvre à la tête de l’institution. Depuis cette date, les activités de l’IHSI sont complètement paralysées. Cette situation empêche l’institution de répondre à sa mission. Elle est dans l’impossibilité de publier les indicateurs périodiques tels que: l’Indice des prix à la consommation (IPC), l’indicateur conjoncturel d’activités économiques (ICAE-Haïti), le Produit intérieur brut (PIB).

 

Incendie à la rue du Centre

Un incendie d’origine inconnue a éclaté dans des habitats de fortune, érigés par des commerçants à la Rue du Centre, au carrefour de la rue d’Ennery. Des meubles, des accessoires de ménage, des matelas, des tables de salon, une voiture, entre autres, sont partis en fumée, dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 janvier, aux environs de minuit. Des détritus laissés sur place par les commerçants puis brûlés par des riverains seraient à l’origine de la propagation du feu, selon des témoins.

 

Kidnapping d’une entrepreneure à Léogâne

Des faux agents de la DCPJ ont enlevé la dame Frédéric Guito qui revenait de sa pharmacie située en face de l’Hôpital Ste-Croix, à Léogâne, le jeudi 9 janvier, dans la soirée. Mme Frédéric Guito se retrouve actuellement entre les mains des ravisseurs qui exigent près de 80 000 dollars pour sa libération, selon les informations.

 

Des agents blessés dans une opération policière

Dans la matinée du jeudi 9 janvier, trois agents de l’Unité départementale de maintien de l’ordre (UDMO) ont été blessés dans un échange de tirs avec des bandits, au cours d’une opération policière à la rue Dumarsais Estimé, à Port-de-Paix. Éric Prosper, un présumé bandit, activement recherché par la Police pour association de malfaiteurs, kidnapping, séquestrations, meurtres, a toutefois réussi à s’échapper une fois de plus, d’après le porte-parole de la police de Port-de-Paix, dans le Nord-Ouest, Léonel Joseph.

 

Des policiers, accusés dans un assassinat

La population de Miragoâne a accusé, le jeudi 9 janvier, les agents du Corps d’intervention et de maintien d’ordre (CIMO) de fusiller de sang-froid, le nommé Ti Hérode, un habitant bien connu à Chalon, localité de la première section communale (Miragoâne). «Ti Hérode était en train de se brosser les dents quand des agents du CIMO d’une patrouille ont tenté de le capturer avant de l’abattre à proximité de sa maison», a fait savoir un témoin qui a essayé de transporter la victime à l’hôpital.

 

Café Trio refait surface

Le journaliste Jean Ismaël Valestin , assisté de son avocat, Me Plauguste Carcéus, dit Me Plog, a répondu, le mercredi 8 janvier 2020, à une convocation du juge d’instruction, Emmanuel Vertilaire, dans le cadre du dossier Café Trio ayant causé la mort, le samedi 28 avril 2018, de l’animateur culturel Jacques Dubois. Selon le journaliste, le juge instructeur voulait s’enquérir des informations supplémentaires sur les révélations et des accusations faites par l’un des inculpés Frantz Casséus alias Ti Frantz, au cours de l’émission «Boukante Lapawòl» sur radio Méga. En cavale après l’attaque meurtrière de Café Trio, Frantz Casséus a été appréhendé par la police 8 mois après les faits, le 10 décembre 2018, à partir d’un mandat d’amener émis par le juge d’instruction Emmanuel Vertilaire.

 

Jovenel Moïse présente ses sympathies au Porto Rico

Le président Jovenel Moïse a exprimé ses sympathies au Porto Rico qui a été frappé en début de semaine par un tremblement de terre de magnitude 6,6 sur l’échelle de Richter. «Sympathies à nos frères et sœurs de Porto Rico. Nos deux pays partagent la même fragilité, par rapport aux catastrophes naturelles. Nous partageons, en conséquence, toute la douleur qu’ils éprouvent, en cette circonstance pénible», a déclaré le chef de l’État.

 

L’ANAMAH pleure Antoine Luccius

L’Association nationale des magistrats haïtiens (ANAMAH) dit avoir appris avec émotion la nouvelle de l’assassinat du magistrat Antoine Luccius, survenu le mardi 7 janvier 2020 à Tabarre. Me Jean Wilner Morin, président de l’ANAMAH, dit condamner avec véhémence cet acte qu’il qualifie de crapuleux. Dans une note de presse datée du mercredi 8 janvier, Me Morin appelle le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) à enjoindre l’institution policière de prendre, dans l’immédiat, des mesures appropriées pour traîner les auteurs de ce meurtre devant la justice.

 

La réouverture des classes dans le Nord-Est boycottée

Après avoir menacé d’observer une grève dans les écoles publiques, plusieurs enseignants ont boycotté la réouverture des classes, qui s’est effectuée le 7 janvier dernier, dans plusieurs communes du département du Nord-Est du pays. En grève, les enseignants réclament plusieurs mois d’arriérés de salaire. Ces derniers expliquent que les conditions de travail ne sont pas réunies pour que les écoliers retournent dans les salles de classe.

 

Le Canada devrait se retirer du Core Group

L’Organisation Solidarité Québec-Haïti appelle le Canada à se retirer du Core Group (groupe de représentants de pays étrangers en Haïti). Si le gouvernement de Justin Trudeau veut réellement commémorer les 10 ans du séisme, il devrait annoncer que le Canada se retire du Core Group, a déclaré Jennie-Laure Sully, responsable de l’organisation. Le 10e anniversaire du tremblement de terre constitue une occasion solennelle de réfléchir à la politique canadienne en Haïti, écrit-elle, dans un communiqué.

 

La date d’invalidation des anciennes cartes d’identité fixée au 31 mars 2020

Même après que l’office national d’identification (ONI) a repoussé le délai d’expiration de l’ancienne Carte d’identification nationale (CIN), les gens continuent d’affluer vers les centres d’enregistrement. Les responsables de l’ONI exhortent les citoyens à retirer les milliers de cartes qui sont dans les centres au plus vite.

 

«Déclaration de patrimoine»

L’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) a accordé un nouveau et dernier délai aux fonctionnaires occupant des postes électifs et nominatifs pour faire leur déclaration de patrimoine, a indiqué le patron de cet organe étatique, Me Claudy Gassant, en conférence de presse, mardi. «Nous accordons le délai du 31 janvier 2020 pour que les parlementaires, les ministres, Premier ministre, les juges, les commissaires du gouvernement, les comptables publics, le Président, maires, policiers produisent leur déclaration de patrimoine. Il n’y a aucune distinction de rang ni de grade», a fait savoir le directeur de l’ULCC. Me Gassant a assuré que plus de 300 formulaires ont été distribués pour le mois de décembre dont une centaine à la Chambre des députés. Passé ce délai (31 janvier 2020), Claudy Gassant a indiqué que la loi prévoit les mesures à l’encontre des fautifs. «L’ULCC peut retenir un quart du salaire de ce fonctionnaire (qui ne fait pas sa déclaration de patrimoine). Au niveau de l’ULCC, on s’est rendu compte que certains fonctionnaires peuvent passer environ 1 an sans s’inquiéter du fait qu’un quart de leur salaire sera prélevé. Ce comportement crée une suspicion de corruption. Nous allons chercher à savoir comment ces fonctionnaires compensent ce quart de salaire qui est retenu», a-t-il déclaré. Claudy Gassant a, dans la foulée, indiqué que l’ULCC va vérifier les comptes en banque des fonctionnaires qui n’ont pas (fait) leur déclaration de patrimoine. «Nous allons aussi vérifier leurs maisons, examiner leur train de vie, afin de savoir pourquoi ces fonctionnaires ne veulent pas faire leurs déclarations de patrimoine».

 

Le juge Merlan Belabre ordonne la levée de l’immunité du sénateur Garcia Delva

Dans le cadre du dossier relatif à l’enlèvement suivi de séquestration contre rançon de Jean Neel Michel, enlevé le 14 mars 2019, le juge d’instruction, Merlan Belabre, a émis, le 12 décembre 2019, une ordonnance afin de solliciter, du président du Sénat de la République, l’autorisation de poursuivre l’élu de l’Artibonite, Garcia Delva. Cette ordonnance sollicite la levée de l’immunité du sénateur qui, en vertu de l’article 90 du code pénal, ne peut être poursuivi en matière criminelle, correctionnelle ou de police, sans l’autorisation de la Chambre à laquelle il appartient. Transféré au cours du mois d’août 2019 au cabinet d’instruction, après un rapport de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), acheminé à la commission Justice et Sécurité du Sénat et au parquet de Port-au-Prince, des procès-verbaux ont établi que le numéro de téléphone du sénateur a été retracé sur les portables des ravisseurs, dont le caïd Arnel Joseph. Le sénateur de la République est reproché d’avoir été en contact avec le chef de gang de Village de Dieu et de Marchand-Dessalines, arrêté aux Cayes, le 22 juillet 2019. Étant dans le collimateur de la justice pour cette affaire d’enlèvement, le sénateur Garcia Delva avait lui-même renoncé au poste de Vice-questeur du bureau du Sénat de la République. Le concerné avait confié qu’il était prêt à répondre de bon gré à toute invitation d’un juge instructeur au moment venu. «La vérité, Monsieur le président, finira toujours par triompher», avait-il martelé au président du Sénat qui a reçu sa lettre et promis qu’il y aurait une séance au grand Corps sur ce «dossier d’État».

 Champ-de-Mars, éclairé: la mairie de Port-au-Prince, satisfaite

Le grand public ne l’avait pas vu venir. Mais le projet était bel et bien en cours d’exécution, même durant les longues semaines de «peyi lòk». Quelques jours avant le Nouvel an, un certain niveau d’éclairage a pu être observé au Champ-de-Mars, où sont regroupées les places Pétion, Dessalines, Christophe, Constitution…. Le maire principal de Port-au-Prince, Youri Chevry, évoque une certaine satisfaction de la mairie et annonce d’autres dispositions pour que l’espace recouvre son visage d’antan. «Après plus de 10 ans dans le noir, la mairie de Port-au-Prince a achevé les travaux d’éclairage au Champ-de-Mars. Le système électrique est installé pour alimenter les lampadaires. Toutes les places sont bien éclairées. Venez vous divertir, accompagnés de votre famille et vos amis», a écrit la mairie sur son compte Twitter. Le projet d’alimentation du Champ-de-Mars vient à partir de la station photovoltaïque (énergie solaire) placée au-dessus du Ciné Triomphe. C’est la Banque mondiale, de concert avec la municipalité de Port-au-Prince et la section «Énergie» du Ministère des Travaux publics, Transports et Communication (MTPTC), qui a fait l’appel d’offres remporté par la firme haïtienne «EL MECEN S.A.» qui a travaillé sur le projet évalué à environ deux millions de dollars (US), d’après le maire Youri Chevry, informant de l’autorisation de l’Institut de sauvegarde du patrimoine national (ISPAN). Le projet est à plus de 80% de son achèvement, estime le maire, considérant qu’il reste encore certains travaux à achever. En attendant que tout le mécanisme de liaison directe soit mise en place avec la source énergétique du Ciné Triomphe, les lampes sont alimentées par la ligne de l’Électricité d’Haïti (EDH) au Champ-de-Mars.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Close
%d bloggers like this: