accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le mondeEn brefNewsreel

12 janvier: dix ans de marchandages politiques

Des centaines de milliers de personnes ont perdu la vie et des milliers d’autres, estropiées, lorsqu’un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter a frappé Haïti et sa capitale, Port-au-Prince, le 12 janvier 2010, faisant plus de 300 000 morts et laissant plus d’un million de personnes sans abri. Dix ans après ce terrible tremblement de terre, rien n’a été fait en termes de reconstruction des infrastructures du pays. Le violent séisme, qui a secoué Haïti et sa capitale le 12 janvier 2010, a laissé des séquelles au sein de la population haïtienne déjà fragilisée par la violence, la pauvreté et aussi par des catastrophes naturelles répétées. Ce séisme, aussi prévisible qu’il soit, est une catastrophe naturelle et humanitaire sans précédent, dont les principales causes sont l’absence de constructions et d’infrastructures solides, bâties selon les normes parasismiques, l’occupation anarchique de l’espace urbain par les populations et les nombreuses irrégularités incontestées, observées dans le domaine de l’urbanisme. Le peuple haïtien continue de vivre les différents impacts de cette catastrophe, engendrant d’autres difficultés et d’autres défis.

En effet, à l’occasion du 10e anniversaire du séisme du 12 janvier 2010, le Président de la République, Jovenel Moïse, a déposé, le dimanche 12 janvier 2020, une gerbe de fleurs au mémorial de Saint-Christophe. Pour commémorer le 10e anniversaire du séisme dévastateur du 12 janvier 2010, Jovenel Moïse a fait une offrande florale à Saint-Christophe, en mémoire des milliers de disparus du cataclysme. Il était accompagné du Premier Ministre démissionnaire de facto, Jean-Michel Lapin, et des membres du gouvernement, du Président de la Cour de Cassation, Me René Sylvestre, des Présidents des deux branches du Parlement, respectivement le sénateur Carl Murat Cantave et le député Gary Bodeau, ainsi que des membres du Corps diplomatique.

D’autre part, la tension a monté d’un cran, lorsque l’activiste politique, le comédien Mathias Dandin, accompagné de plusieurs militants, a franchi l’espace avant de renverser les gerbes fraîchement déposées par le Président de la République, Jovenel Moïse. Il a même tenté d’obstruer le passage au Président de la République, à sa sortie du site. Ce qui a obligé les agents de sécurité du chef de l’État à utiliser la force pour lui frayer la route.

En plus, le dimanche 12 janvier 2020, dans le cadre du 10ème anniversaire du séisme du 12 janvier 2010, l’Ambassade d’Allemagne en Haïti, a délivré un message. «À l’occasion du 10e anniversaire du séisme dévastateur du 12 janvier 2010, l’Ambassade d’Allemagne tient à exprimer ses sympathies les plus profondes et sa proximité au peuple haïtien tout entier qui, dans toutes ses composantes, a été victime, de près ou de loin, par cette catastrophe naturelle impitoyable. Les dommages physiques et les souffrances morales, causés par ce tremblement de terre, laissent encore des cicatrices qui, pour certains, dureront probablement, toute leur vie. L’une des choses qui a retenu l’attention des collègues de l’Ambassade sur place, à l’époque, c’était ce mouvement impressionnant de solidarité entre les Haïtiens qui a été observé, tout de suite après cette catastrophe. Avant que les aides venant de l’extérieur n’arrivent, les Haïtiens, avec les moyens du bord, se sont pris en charge, illustrant cette croyance populaire «Pwoblèm nou youn se pou nou tout», a conclu la note.

De plus, le vendredi 10 janvier 2020, Jean Baden Dubois, le Gouverneur de la Banque de la République d’Haïti (BRH), accompagné des membres du Conseil d’Administration, a déposé une gerbe de fleurs au Mémorial à la Victoire, sur le site de la BRH, en hommage aux employés décédés lors du séisme du 12 janvier 2010.

Pour marquer les 10 ans du tremblement de terre de 2010, la mairie de Carrefour a organisé une série d’activités commémoratives. En prélude à la date, les 10 et 11 janvier, elle a tenu deux journées de conférences-débats. Le directeur général du Bureau des Mines et de l’Énergie, l’ingénieur-géologue Claude Prépetit, a été l’intervenant principal. Une marche a été également réalisée dans les rues de la commune, le dimanche 12 janvier 2020.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: