accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le mondeEn bref

Jovenel Moïse, le Judas Iscariote

Judas Iscariote est peut-être un des personnages les plus sinistres et mauvais dans la Bible. Il était un disciple très proche de Jésus, appelé à être un apôtre, pourtant il choisit de trahir Celui qui est l’espoir du monde. Et il fit cela pour de l’argent! Et Jovenel Moïse, pour son pouvoir. Il est prêt à tout donner pour maintenir le pouvoir. Encore une fois, Haïti n’a pas supporté le Venezuela. Lors d’une réunion qui se tenait en Colombie, Haïti s’est rangée aux côtés du groupe de 15 votants contre le Venezuela. Haïti abandonne le Venezuela de Nicolas Maduro, au profit des États-Unis. Jovenel Moïse a spectaculairement tourné le dos à Nicolas Maduro pour sauvegarder son pouvoir. Haïti et 14 autres pays membres du Traité interaméricain d’assistance mutuelle (TIAR) se sont entendus pour interdire, à Nicolas Maduro et à certains de ses alliés, l’accès à leur territoire. En effet, le mardi 3 décembre 2019, dans le cadre des efforts visant à pousser le président du Venezuela, Nicolas Maduro, à quitter le pouvoir, les délégués de 13 des 15 pays membres du Traité Interaméricain d’Assistance Réciproque (TIAR) dont Haïti, après le vote du 11 septembre dernier pour l’activation du TIAR contre le Venezuela, ont décidé d’interdire 29 autorités vénézuéliennes de voyager à l’intérieur de leurs zones frontières et d’opérer des transactions bancaires sur le territoire des 15 pays membres. À l’issue de cette réunion entre les États membres du TIAR, les pays signataires de ce document se sont mis d’accord pour interdire au président vénézuélien de traverser leurs frontières. Cette action vise à augmenter la pression, en vue de pousser Nicolas Maduro à la démission. Haïti, aux prises actuellement à une grave crise sociale, économique et politique, interdit, elle aussi, l’accès de son territoire à Maduro. Outre la République d’Haïti, se trouvent aussi sur la liste des pays signataires: la Colombie, l’Argentine, le Brésil, les États-Unis, le Pérou, le Guatemala, le Honduras, la République Dominicaine, le Chili, El Salvador. Le ministre haïtien démissionnaire, illégal et de facto des Affaires étrangères, Edmond Bocchit a, par ce vote, fixé clairement la position d’Haïti sur la crise vénézuélienne. En plus de Maduro, frappé par cette mesure, l’on compte plus d’une vingtaine d’alliés et de proches de l’actuelle équipe au pouvoir dont le ministre des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, le # 2 du Parti socialiste au pouvoir, une dizaine de haut-gradés de l’armée ainsi que Vladimir Padrino, ministre de la Défense. Notez que c’est la 3ème  fois qu’Haïti prend position contre le président vénézuélien, Nicolas Maduro. Rappelons qu’en septembre dernier, au siège de l’Organisation des États Américains (OEA), plus d’une dizaine de pays dont Haïti avaient voté une résolution consistant à convoquer une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays du TIAR, en vue de prendre des mesures contre Maduro. Le 10 janvier 2019, Haïti avait voté une résolution qui ne reconnaît pas le second mandat du président Nicolas Maduro à la tête de la République bolivarienne. Réagissant aux sanctions imposées, Maduro a qualifié la réunion des pays membres du TIAR de «réunion de marionnettes, de clowns».

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: