accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le mondeNewsreel

Commémoration du 100e anniversaire de l’assassinat de Charlemagne Péralte

A Hinche, plusieurs organisations politiques ont commémoré, le jeudi 31 octobre, le centième anniversaire de l’assassinat de Charlemagne Péralte, pendant la première occupation américaine de 1915 à 1934. D’un côté, le «Blòk revandikatif Chalmay Peral» a organisé une marche pacifique pour réclamer la démission du président Jovenel Moïse. De l’autre, le Groupe de réflexion sur le centenaire de l’assassinat de François Borgela Charlemagne Péralte, a réalisé des conférences-débats, pour exiger le respect de la souveraineté nationale. «100 lane aprè asasina Charlemagne Péralte, pèp la di NON ak èd imanitè ameriken». C’est autour de ce slogan que le «Blòk revandikatif Chalmay Peral», a marché dans les rues de la ville de Hinche, pour commémorer le 100e anniversaire de l’assassinat de Charlemagne Péralte, chef du mouvement Cacos, qui luttait contre les forces d’occupation américaine. À l’issue de cette manifestation, des centaines de jeunes et militants de différentes organisations politiques ont exigé de meilleures conditions de vie et la démission immédiate du président de la République, Jovenel Moïse. Le porte-parole du Mouvement des Paysans de Papaye (MPP) a dénoncé les obstacles aux acquis démocratiques du pays. «Nous sommes à un carrefour où nous ne savons s’il faut faire appel aux héros de 1915 ou s’il faut donner priorité au dialogue national», a déclaré Chavannes Jean-Baptiste, réclamant la démission de Jovenel Moïse qui, selon lui, est à la base de l’instabilité sociale, économique et politique du pays. «J’appelle les forces vives de la nation à se mettre ensemble pour forcer Jovenel Moïse à quitter le pouvoir pour que la paix règne sur tout le territoire national, avant les fêtes de fin d’année», a lancé Chavannes Jean-Baptiste, estimant que le pays est mal dirigé, avec une crise sociopolitique à n’en plus finir. «Il faut que Jovenel Moïse parte pour sortir le pays de l’impasse actuelle», soutient-il. Juno Pierre, secrétaire exécutif de l’Association des jeunes pour le développement du Plateau Central a, de son côté, exhorté la population à s’unir pour éviter le chaos dans le pays et le débarquement militaire de troupes étrangères, en 2019. «La situation tendue qui a occasionné l’occupation américaine de 1915 n’est pas trop différente de celle que nous vivons aujourd’hui. Nous devons être plus responsables, pour détourner la situation chaotique à venir, en notre faveur comme peuple intelligent», a indiqué Juno Pierre. Né le 10 octobre 1885, dans la ville de Hinche (Plateau Central), Chalemagne Péralte fut tué, le 31 octobre 1919, par l’armée américaine, près de Grande-Rivière du Nord.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Close
%d bloggers like this: