accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Annulation de la cérémonie officielle de l’ouverture des tribunaux

Le pouvoir en place est cuit. Le président Jovenel Moïse n’est pas libre de ses mouvements et ne peut prendre part à aucune cérémonie en dehors de sa résidence privée et du Palais national. Les mouvements de mobilisation anti Jovenel s’intensifient dans diverses régions en Haïti. En effet, la manifestation antigouvernementale prévue pour le lundi 7 octobre et qui devait se tenir devant les locaux de la Cour de cassation, a empêché l’organisation de la traditionnelle cérémonie d’ouverture des tribunaux et cours des 18 juridictions du pays. Le lundi 7 octobre, la cérémonie traditionnelle qui devrait avoir lieu, à la Cour de Cassation, au Champs-de-Mars, Port-au-Prince, pour l’ouverture officielle des tribunaux, n’a pas eu lieu. La cérémonie solennelle d’ouverture de l’année judiciaire 2019-2020 n’a pas eu lieu le lundi 7 octobre ni à la Cour de cassation, ni dans les tribunaux des 18 juridictions du système judiciaire. Dans un mémorandum, le président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), Me René Sylvestre, a instruit les présidents, doyens et titulaires des cours et tribunaux, de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer le fonctionnement des tribunaux où ils sont affectés. Le Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) a adressé un mémorandum aux présidents, doyens et titulaires des cours et tribunaux, pour les informer de la reprise des activités dans les tribunaux des 18 juridictions du pays. «Agissant en ses attributions légales et constitutionnelles de Chef du Pouvoir Judiciaire, il déclare solennellement, ce lundi, la reprise des activités dans tous les tribunaux et cours du territoire national, conformément au vœu de l’article 75 du décret du 22 août 1995, relatif à l’organisation judiciaire, consacrant en son premier alinéa, le premier lundi du mois d’octobre», a dit Me René Sylvestre, dans ce mémorandum. De son côté, Me Saint-Villier a déclaré qu’il n’y a aucune obligation juridique pour qu’une cérémonie ait lieu pour marquer l’ouverture des tribunaux. Cela relevait du traditionnel, souligne-t-il. Cette situation est survenue après le mouvement «poser sceller», lancé par l’opposition politique qui vise à fermer les portes des institutions publiques, à partir de ce lundi 7 octobre. Les leaders de l’opposition avaient aussi lancé une manifestation devant la Cour de Cassation, afin, disent-ils, de permettre aux membres de la population de «saluer leur Président».

Emmanuel Saintus

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: