accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le monde

Le secteur privé, divisé sur le départ de Moïse

Le Forum économique du secteur privé haïtien est divisé.  Son coordonnateur, Frantz Bernard Craan, a démissionné de son poste le mardi 24 septembre.  La situation serait très tendue entre pros et antis Jovenel Moïse qui n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la démission du chef de l’État.

L’information a eu l’effet d’une bombe sur les réseaux sociaux.  Et c’est le rédacteur en chef du quotidien Le Nouvelliste, Frantz Duval, qui a annoncé la nouvelle dans la soirée du 24 septembre.  « Le Forum du secteur privé haïtien a explosé.  Le coordonnateur du Forum, Frantz Bernard Craan, a remis sa démission », a twitté Frantz Duval.  Dans sa publication, le journaliste a précisé que les membres du secteur privé n’avaient pas pu arriver à une position commune sur la crise haïtienne.  « Le secteur privé est partagé entre pros et antis Jovenel», a-t-il précisé.

Parallèlement, la structure dénommée « Cadre d’échange pour une sortie de crise », composée des membres du secteur privé, populaire et syndical, est, elle aussi, au bord de l’explosion.  Le représentant du Secteur populaire haïtien, René Momplaisir, a annoncé sa démission au sein de cette famille, présentée en juillet dernier, avec un document de sortie de crise.  « Ma démission est justifiée par le fait que les membres du Forum économique n’arrivent pas à s’entendre sur la démission de Jovenel Moïse », a expliqué Momplaisir, quelques heures avant une adresse à la nation du président de la République, appelant au dialogue.  Cependant, le communiqué du Forum économique du secteur privé n’a pas pu être signé parce que des pontes du secteur privé ont mis leur veto, a aussi appris le journal mardi soir.  Le président Jovenel Moïse a encore des appuis puissants au sein de la communauté des affaires.

Notons que les banques commerciales ont gardé leurs portes fermées, le mardi 24 septembre, au niveau de la région métropolitaine, à la demande de l’Association professionnelle des banques (APB).  Cette décision vient, moins de 24 heures après qu’un complexe logeant, entre autres, une succursale d’une banque commerciale, ait été pillé et incendié, lors d’une manifestation. Les banques commerciales collectent les dépôts publics et accordent des crédits aux entreprises et aux ménages. « Quand le système bancaire décide d’adopter un arrêt de travail, l’économie subit les conséquences, comme une personne victime d’un AVC (Accident vasculaire cérébral).  Dans certains pays, les banques financent l’acquisition d’une maison, d’un véhicule, les voyages…  Cet arrêt de travail des banques commerciales va provoquer une réduction de l’activité économique », a indiqué l’économiste Eddy Labossière.  Pour l’économiste, un arrêt de travail du système bancaire pendant deux ou trois jours serait plus lourd de conséquences si les banques commerciales en Haïti accordaient vraiment du crédit.  « Les banques commerciales utilisent entre 20% et 25% des dépôts pour octroyer des crédits.  Elles devraient utiliser au moins 60% des dépôts pour procéder à l’intermédiation bancaire », a soutenu le professeur Labossière.

Altidor Jean Hervé

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: