accueilActualitéArchivesEn bref

Insécurité : le règne de la peur

L’état de peur et de panique règne dans diverses régions en Haïti.  En plus de la vie chère, la rareté des produits pétroliers, l’insécurité continue de faire rage dans divers coins du pays notamment dans la capitale, Port-au-Prince. Les bandits armés ne chôment jamais.  Des individus armés à bord d’une motocyclette ont abattu une dame, en présence de son fils, pendant qu’elle revenait de la banque à Delmas 55, le mercredi 28 août 2019.  Betty Laurent en est l’une des victimes.  Alors qu’elle revenait d’une banque commerciale, accompagnée de son mari, Paul Marie Calixte et de son fils de 5 ans, elle a été abattue par des individus armés qui lui ont pris les 100 mille gourdes qu’elle venait de retirer de la banque pour payer son loyer.  Dans la même lignée, un policier a été tué et plusieurs autres personnes ont été  blessées, deux camions de marchandises détournés et un camion de sapeurs-pompiers attaqué.  Le mercredi 28 août, des individus lourdement armés ont attaqué des sapeurs-pompiers, dans l’après-midi, au Bicentenaire, entrée Sud de Port-au-Prince. Le conducteur du camion, identifié sous le nom de Jean Frantz, dit Fanfan, a été tué sur-le-champ, après avoir reçu une balle au cou. Les sapeurs-pompiers ont été pris en otage sous les tirs nourris et ciblés de ces individus depuis vers une heure de l’après-midi jusqu’à l’intervention d’autres agents du Corps d’intervention et de Maintien d’ordre (CIMO) à l’aide d’un véhicule blindé.  Les autres sapeurs-pompiers ont pu laisser la zone vers les 5 heures de l’après-midi, selon les témoignages de l’un des survivants.  Le dimanche 1er août, des sapeurs-pompiers ont marché à travers plusieurs rues de la capitale, en vue de dénoncer le phénomène d’insécurité qui gangrène le quotidien de la population haïtienne, notamment à Port-au-Prince et dans ses environs.  Plusieurs dizaines de sapeurs-pompiers ont gagné le macadam, le dimanche 1er septembre, pour dénoncer l’insécurité grandissante en Haïti. Le rassemblement a eu lieu à Delmas 75, non loin de la résidence de Frantz Jean, un sapeur-pompier tué par balle, lors des tensions à Martissant, le 28 août dernier.  À noter que le mercredi 28 août, des tirs d’armes automatiques ont été rapportés tout au long de la journée au Bicentenaire, à l’avenue Bolosse, à Martissant et dans les quartiers proches où des gangs s’affrontaient, ce qui a provoqué la paralysie des transports en commun et une panique généralisée.  Des riverains de Carrefour et dans les environs sont restés bloqués à Port-au-Prince, à cause des violences et certains ont été incapables de retourner chez eux, contraints de se faire héberger chez des amis et des proches parents dans la Capitale.  En plus, le vendredi 30 août, en début de soirée, au niveau de Doco (Meyotte) dans la commune de Pétion-ville, lors d’une fusillade déclenchée au cours d’une intervention entre les agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) et des individus lourdement armés, un des bandits est tombé sous les balles de la PNH.   Ses complices ont pris la fuite et sont activement recherchés.  Lors de cette opération, la PNH a récupéré un fusil d’assaut de marque « Uzi luger », numéro de série 16450.  D’autre part, le vendredi 30 août 2019, trois (3) jours après sa nomination comme nouveau D.G. de la PNH, Normil Rameau a procédé à l’installation du Commissaire divisionnaire Mario Aubergiste comme nouveau Directeur Général à la Direction Centrale de la Police Administrative (DCPA). Il remplace l’Inspecteur Général Carl-Henry Boucher qui occupait ce poste depuis août 2018.  Par ailleurs, le nouveau patron de la police nationale d’Haïti (PNH) a eu une rencontre avec l’Ambassadrice américaine.  L’Ambassadrice américaine, accréditée en Haïti, Michèle Sison, et l’équipe de l’Ambassade a rencontré le Directeur Général a.i. de la Police Nationale d’Haïti, Rameau Normil, pour discuter des divers domaines du partenariat entre les États-Unis et la PNH, y compris de la coopération en termes de formation et d’application de la loi.  Réitérant que « les États-Unis demeurent engagés à travailler avec la PNH, en vue de garantir la sureté et la sécurité d’Haïti et de la région ».  Le sénateur de l’Artibonite Youri Latortue a estimé que la nomination du nouveau directeur général a.i. de la Police nationale d’Haïti (PNH), Normil Rameau, le mardi 27 août dernier, n’est pas conforme car la loi stipule que son dossier doit être présenté au Sénat de la République, bien avant d’être installé.  En outre, le vendredi 30 août, Gary Bodeau, le Président de la Chambre des Députés, s’est entretenu avec une délégation de la Mission des Nations-Unies pour la Justice en Haïti (MINUJUSTH).  Il a été notamment question de la situation générale en Haïti, de la réforme judiciaire, de la surpopulation carcérale, du renforcement de la Police Nationale d’Haïti et des problèmes de droits humains.

Emmanuel Saintus

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: