accueilActualitéArchivesCoup d'oeil sur le mondeEn bref

La semaine en bref .

Bilan des assises criminelles à Jacmel

Suite à une ordonnance rendue le mardi 6 août 2019, une séance des assises criminelles avec assistance de jury se déroule dans la juridiction du Sud-Est, au tribunal de première instance de Jacmel. Durant trois semaines consécutives, le tribunal criminel devait statuer sur treize affaires. Meurtre et assassinat sont les principaux chefs d’accusation retenus contre les inculpés. À quelques jours de la fin des assises, soit le vendredi 23 août 2019, Me Wando Saint-Villier, doyen du tribunal de première instance de Jacmel, a fait le point sur les différentes activités qui ont émaillé les audiences criminelles. «Parmi les treize cas prévus, deux d’entre eux n’auront pas l’occasion d’être entendus, à cause de certaines failles liées à l’absence de documents importants, lors des étapes procédurales au parquet de Jacmel, dont l’un des substituts avait la charge», déclare Me Saint-Villier. Selon les verdicts déjà prononcés par le tribunal criminel pour les différentes affaires entendues, seulement deux personnes ont été acquittées, tandis que les autres individus sont condamnés à des peines entre cinq et dix ans d’emprisonnement, précise le doyen.

 

Des familles croupissent dans un camp de fortune

En face de l’entrée principale de l’école Rosalie Javouhey, sur les ruines d’un ancien établissement scolaire, s’entassent une quinzaine d’abris formant le camp de fortune de l’avenue Poupelard. Après le cataclysme, ils étaient beaucoup plus nombreux, mais au fil des années, des familles ont fini par partir. Une quinzaine d’autres s’apprêtent à commémorer les 10 ans du séisme dans leur abri provisoire, devenu définitif. À l’entrée du camp, trois personnes, assises à l’ombre d’une tonnelle recouverte d’une bâche usagée, discutent calmement. Des enfants sont aussi remarqués, pieds et torse nus, s’amusant à côté d’un amas de sable situé à proximité des taudis. Des détritus jonchent encore l’endroit même où se trouvait une énorme pile d’immondices ramassées quelques jours auparavant. Construits avec de vieux morceaux de tôle, des bâches usagées et déchirées, des bouts de tissus, des morceaux de planche et des poteaux en bois, certains des abris ne peuvent plus tenir debout. Des poteaux de bois supplémentaires sont utilisés pour soutenir ceux qui vacillent. Ces gîtes sont incapables de protéger leurs occupants de la rudesse du climat. Hostiles envers les journalistes, les occupants du camp soulignent qu’ils ont reçu plusieurs visites qui n’ont jamais porté des résultats concrets. «En 2016, une délégation composée d’agents de la Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) avait effectué un recensement dans le camp, mais rien n’a été fait pour nous sortir de ces conditions », crache Evans Noël.

 

Les agronomes des BAC, sans rien

La plus grande promesse de campagne du président Jovenel Moïse a été de «combiner l’eau, la terre, le soleil et les gens, pour mettre de l’argent dans nos poches et de la nourriture dans nos assiettes». Depuis son accession à la magistrature suprême de l’État, très peu d’initiatives vont dans ce sens. Quand on a vu un avis du ministère de l’Agriculture annoncer le recrutement sur concours des responsables des Bureaux agricoles communaux (BAC), on nourrissait l’espoir que cela serait le début des choses sérieuses. Le concours a bien eu lieu. 88 agronomes ont été recrutés au début de l’année fiscale. Ils ont été déployés dans 139 communes, certains étant affectés à des regroupements de deux ou trois communes. Ils ont été reçus le 31 janvier 2019 au Palais national, dans un show médiatique, par le président Moïse. Ces représentants communaux du ministère de l’Agriculture ont pour mission essentielle d’appuyer les producteurs agricoles. En particulier, ils aident dans les itinéraires techniques, l’adaptation des cultures aux changements climatiques, la conservation des sols, le traitement des ravines, le reboisement, entre autres. Faisant un travail de proximité, ces professionnels sont censés être les premiers à faire atterrir la politique agricole du gouvernement. Mais, quand on analyse la situation dans laquelle ils évoluent, on se demande si le gouvernement dispose vraiment d’une politique agricole. Ces courageux professionnels ont été abandonnés sur le terrain depuis 10 mois. Ils ne bénéficient pas de l’assistance technique promise par les autorités. Ils n’ont pas de matériel de travail. Certains d’entre eux n’ont même pas de bureau. Même pas une chaise. Depuis plusieurs semaines, ils font passer une note sur les réseaux sociaux, dans laquelle ils demandent de meilleures conditions de travail et surtout leurs salaires qu’ils n’ont pas reçus depuis 10 mois.

 

Près d’un milliard de gourdes débloquées pour la rentrée scolaire

Pour la rentrée scolaire 2019-2020, le Fonds National d’Éducation (FNE) versera 250 millions de gourdes pour la réhabilitation d’écoles, 417 millions de gourdes pour la subvention de manuels scolaires, 60 millions de gourdes pour le programme de cantine scolaire, et 265 millions, neuf cent mille gourdes de subvention aux écoles presbytérales, communales et protestantes. En tout, le budget s’élève à 983 millions neuf cent mille gourdes. Ce budget a été présenté le lundi 19 août 2019, lors de la 3e réunion d’un conseil d’administration, de l’un des organes centraux du FNE qui a pour mission de superviser les activités du fonds consacré à l’éducation.

 

La route nationale numéro 2, bloquée

La route nationale numéro 2 a été bloquée au niveau de Petit-Goâve par des chauffeurs de moto, dans la matinée du mercredi 21 août 2019. Cette situation, selon des riverains, est liée à une rareté de carburant.

 

Protestation à Delmas

Des manifestants s’identifiant au groupe dénommé «Baz 47» ont perturbé la circulation sur la route de Delmas, à Delmas 47, le mercredi 21 août 2019. En marge de la reprise de la séance de mise en accusation du Président de la République, Jovenel Moïse, ces militants ont dressé des barricades enflammées dans les rues, pour dénoncer la cherté de la vie, la mauvaise gouvernance et la corruption.

 

Direction de la Protection Civile, sous tension

Des agents de sécurité de la Direction de la Protection Civile (DPC) ont lancé un mouvement de protestation à Delmas, le mercredi 21 août, pour réclamer plusieurs mois d’arriérés de salaire. Les protestataires ont paralysé le fonctionnement de l’institution.

 

Grève au centre de transfusion sanguine de Jacmel

Les employés du centre de transfusion sanguine de Jacmel sont en grève depuis le vendredi 16 août 2019 pour réclamer entre autres le paiement de 8 mois d’arriérés de salaire. Les protestataires disent maintenir l’arrêt de travail, jusqu’à ce qu’ils obtiennent satisfaction.

 

Grève des employés de la Croix-Rouge aux Cayes

Les employés de la Croix-Rouge des Cayes ont fermé les portes de l’institution, le mercredi 21 août 2019, pour réclamer huit mois d’arriérés de salaire. Ceux qui ont besoin de sang sont transférés à l’hôpital Bonne-Fin de Cavaillon, selon un responsable de ladite institution.

 

Des funérailles converties en manifestation à Ouanaminthe

Dans le Nord-Est d’Haïti, à Ouanaminthe, les funérailles de Jenniflore Rémilien, abattue dans la nuit du 9 au 10 août 2019, ont été transformées en manifestation, le mardi 20 août. Les protestataires, des proches de la défunte, réclament justice et exigent l’arrestation du présumé meurtrier. Ce dernier serait l’un des gardes du corps du maire principal de Ouanaminthe, Luma Démétrius.

 

Cessation de travail au parquet de Hinche

Les portes du parquet près le tribunal de première instance de Hinche sont fermées, depuis le lundi 19 août 2019, par les praticiens en droit de cette juridiction, dans le cadre d’une protestation. Ils réclament le départ du commissaire du gouvernement, Me Serge Desrameaux, à qui ils reprochent des fautes administratives graves et des abus de pouvoir.

 

Louis Gérald Gilles quitte Fanmi Lavalas

L’ancien défenseur farouche de Jean Bertrand Aristide et de son parti, Fanmi Lavalas, a tourné le dos à cette «famille» pour former une structure politique dénommée « Nouvelle orientation unifiée pour libérer Haïti» (NOULHA). Ce dernier a fait cette rupture parce qu’il est, entre autres, «déçu de certaines choses» au sein du parti Fanmi Lavalas. Louis Gérald Gilles révèle que le parti « Nouvelle orientation unifiée pour libérer Haïti (NOULHA) » entend parvenir à une douce révolution, devant bousculer le système, explique l’ancien militant de Fanmi Lavalas, qui s’engage à maintenir sa lutte pour la justice sociale et contre l’inégalité dans le pays. NOULHA est contre le renversement du président Jovenel Moïse du pouvoir et pour la transcendance de tous les citoyens haïtiens. «Au niveau de NOULHA, nous n’appuyons aucune logique exigeant le renversement d’un pouvoir établi, puisque, nous autres, avons été victimes de deux coups d’État. S’en est suivi un chaos total. Donc, en principe, nous ne partageons pas la logique de réclamer le départ de Jovenel Moïse du pouvoir», martèle le responsable politique.

 

Sept personnes électrocutées à Port-au-Prince

Environ 7 personnes (cinq hommes et deux femmes) ont été victimes d’électrocution dans la soirée du mardi 21 août 2019, à la rue Dr Aubry, centre-ville de Port-au-Prince. L’incident est survenu après qu’un câble électrique défectueux a percuté les usagers de cette route. Les victimes ont été transportées d’urgence à l’hôpital.

 

Jude Édouard Pierre rencontre des représentants d’écoles

Le maire de Carrefour, Jude Édouard Pierre, s’est entretenu, le lundi 19 août 2019, au local de la mairie, avec une trentaine de représentants d’écoles, participant au programme de parrainage communal pour l’année académique 2019-2020. L’objectif était de discuter du déroulement du programme, en vue d’en identifier les failles et d’apporter les corrections nécessaires.

 

Les responsables de la BNC satisfait

La Banque Nationale de Crédit a profité du brunch organisé le 14 août dernier, au Karibe, à l’occasion de son quarantième anniversaire, pour présenter au grand public le rapport de l’exercice 2017-2018. Tout indique que la performance de l’institution répond aux attentes de ses dirigeants. Des progrès ont été réalisés à bien des égards, si ce n’est à tous les niveaux, malgré la situation économique difficile que connaît le pays au cours de cette période. Sur le plan financier, la banque se porte très bien. Les dépôts sont en augmentation de 7%, par rapport à l’exercice précédent. Ainsi, la banque conserve une part de 20% du marché. Les dépôts, toutes devises confondues, ont été estimés à environ 52,7 milliards de gourdes. Les chiffres sont encore plus intéressants, si l’on tient compte des dépôts d’épargne et des dépôts à terme. Le rapport en question parle d’une augmentation respective de 14 et de 15,4%. Comme une bonne nouvelle vient rarement seule, la performance de la banque au niveau des dépôts n’est pas différente de celle au niveau des fonds propres. Les fonds propres comptables ont crû de 23% et les réserves et les bénéfices non répartis augmentent respectivement de 46 et de 63%. Ces résultats confirment la bonne forme de la banque. Une forme qui s’explique par sa couverture nationale et les produits et services offerts. Le crédit est l’un des services-phares de la banque. Le portefeuille du crédit a fait un bond de 15% comme pour l’exercice précédent. En valeur absolue, le portefeuille est passé de 14,3 à 16,5 milliards de gourdes. À ce niveau, les prêts à la consommation continuent sa tendance à la baisse, au contraire de ceux des secteurs commerciaux et de logement qui ont augmenté de 16 et de 20% respectivement. Le plus important est que la banque multiplie ses efforts, afin de diminuer de plus en plus le ratio des improductifs.

 

 

Les autorités américaines interceptent 146 migrants haïtiens

Le mercredi 14 août 2019, la garde côtière américaine a informé avoir intercepté 146 migrants haïtiens, le dimanche 11 août dernier, à bord d’un cargo, à environ 111 km au nord de l’île de Tortuga.  Elle a précisé que 120 d’entre eux seraient rapatriés en Haïti, dont 22 femmes et 4 mineurs.  Depuis le 1er octobre 2018, 3 414 migrants haïtiens ont tenté de joindre la côte américaine par voie maritime, via le détroit de Floride, les Caraïbes et l’Atlantique.

 

Augustin Saint-Clou, braqué

Le «houngan», Augustin Saint-Clou, roi de la communauté Vodou, a été attaqué par des hommes armés appartenant au gang de Savien, le mercredi 14 août 2019, sur la route nationale #1.  Selon les informations, ses assaillants sont partis avec sa voiture et ce qu’il y avait dedans, comme son téléphone portable.  Toutefois, les autres passagers qui l’accompagnaient et lui, en sont sortis sains et saufs.  L’incident s’est déroulé, tandis qu’il revenait des Gonaïves où il a pris part à la première édition du Festival International de Vodou.

 

Deux personnes tuées dans un conflit terrien

À Carriès, commune de l’Arcahaie, deux personnes ont perdu la vie.  L’une a été décapitée à cause d’un conflit terrien, le lundi 12 août 2019, selon ce qu’a rapporté la mairesse principale de cette ville, Rosemila Petit-Frère.  D’abord, l’édile de la ville historique dénonce un groupe d’habitants de Fond-Baptiste qui revendiquent des terres à Carriès, sans pouvoir apporter des pièces justificatives, comme des titres de propriété.  De surcroît, les parcelles de terre, que ces gens réclament, appartiennent à l’État haïtien, selon la Direction générale des impôts.

 

Des égouts en plein cœur de la ville

Entre les ruelles Rivière et l’avenue Martin Luther King, on peut dénombrer huit égouts à ciel ouvert. Ces égouts à ciel ouvert constituent un danger pour les piétons et les usagers de la voie publique.  Pour éviter d’éventuels accidents de la circulation, surtout en période pluvieuse, des habitants de ces zones demandent au MTPTC de faire le nécessaire pour remédier à la situation.

 

Des secousses ressenties à Fonds-Verrettes

Selon la Direction de la Protection Civile (DPC), la terre a tremblé à trois reprises, à Fonds-Verrettes, dans la nuit du 13 au 14 août 2019.  La première secousse a été ressentie aux environs de 8 heures du soir, la deuxième à 11 heures 24 minutes le 13 août 2019 et la troisième, à 2 heures 30 minutes le 14 août 2019.  Néanmoins, la DCP a tenu à souligner qu’aucun dégât matériel ou humain n’a été enregistré.

 

Un plan sécuritaire estival  pour Ouanaminthe

La Police nationale d’Haïti (PNH), spécialement celle du Nord-Est, a établi un plan de sécurité à l’occasion de la fête patronale de Ouanaminthe, le jeudi 15 août 2019. Bio Moncher, commissaire de police dans cette ville, a annoncé 30 interpellations et des saisies d’armes à feu, dont l’une est de fabrication artisanale, dans le cadre de l’exécution de ce plan.  « Les individus interpellés sont, entre autres, accusés d’association de malfaiteurs, de vol, de viol et de détention illégale d’arme à feu », souligne le commissaire.

 

Les félicitations de l’Ambassade de France vont à  Énomy Germain

Dans une note, l’Ambassade de France en Haïti, a félicité l’ancien boursier du programme de bourses du gouvernement français et de la BRH – Groupe d’Amitié Haïti-France, Énomy Germain, détenteur d’un master en économie du développement, de l’Université Paris 1, Panthéon Sorbonne, pour son essai d’économie politique « Pourquoi Haïti peut réussir ».  Son ouvrage fait le diagnostic de la situation socioéconomique du pays et plaide en faveur d’une nouvelle offre politique, portée par des acteurs novateurs et capables de relever les défis pour sortir Haïti de la situation actuelle.  Cet essai porte également un regard neuf sur les atouts dont dispose Haïti pour amorcer son processus de réussite.

 

Des bourses aux USA pour 25 candidats diplômés de l’enseignement supérieur

Dans le cadre du projet AREA de l’USAID Haïti, 25 candidats diplômés de l’enseignement supérieur ont reçu des bourses de l’Université de Floride et de l’Université d’État de Louisiane, pour commencer des études supérieures dans presque tous les domaines des sciences de l’Agriculture, y compris l’horticulture, le génie biologique et l’entomologie

 

Alerte au SMCRS

Les habitants de la commune de Carrefour, notamment de Juvénat, Paloma ainsi que dans les parages de la paroisse Saint-Charles, sont confrontés à une situation d’insalubrité, en raison des détritus éparpillés un peu partout dans la zone, quotidiennement. Par conséquent, ces derniers lancent un cri d’alarme au Service Métropolitain de Collecte de Résidus Solides (SMCRS), pour remédier à la situation.

 

Mécontentements des riverains de Bois-Patate

Des riverains de Bois-Patate ont affiché leur grogne contre la lenteur des travaux de réhabilitation du tronçon de route jouxtant le Super Market TAG.  Soulignant les sérieux préjudices que leur cause cette situation, ils se disent prêts à bloquer une nouvelle fois la route du Canapé-Vert, comme ils l’avaient fait le samedi 10 août 2019, si aucune mesure n’est prise par les autorités pour pallier la situation.

 

Le programme de protection sociale, Kore Lavi, clôturé

L’Ambassade des États-Unis à Port-au-Prince annonce, qu’après six ans, le programme de protection sociale, Kore Lavi, est arrivé à sa fin.  Dans le cadre de ce programme, l’USAID a aidé le ministère des Affaires Sociales à élaborer une stratégie qui améliore l’accès des ménages vulnérables aux aliments nutritifs, produits localement.  Selon une note de l’ambassade, Kore Lavi a conçu SIMAST, un outil de cartographie de la vulnérabilité et de suivi des bénéficiaires, qui a servi de modèle à la nouvelle politique de protection sociale du gouvernement haïtien, en cours d’élaboration depuis six mois et qui vient de terminer un processus rigoureux de consultation publique.  Kore Lavi a bénéficié à près de 86 500 personnes en situation d’insécurité alimentaire, dans les départements de l’Artibonite, de l’île de La Gonâve, du Nord-Ouest et du Sud-Est.  En outre, 1 241 groupes d’épargne ont été créés, générant des économies de plus de 1,9 million de dollars.

 

OCHA alerte sur la détérioration de l’insécurité alimentaire

La situation de la sécurité alimentaire en Haïti se détériore, en raison d’une dégradation rapide de la situation économique et de la baisse importante de la production agricole, causée par des périodes prolongées de déficit pluviométrique, indique le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires de l’ONU, dans son rapport en juillet 2019.  Le manque d’eau a affecté la saison agricole printanière de cette année, dans la majeure partie du pays.  La récolte de printemps de cette année – qui doit normalement couvrir environ 60 % de la production nationale – devrait être très faible.  La baisse des disponibilités alimentaires est exacerbée par la hausse des prix des produits de base (+19% sur un an), ainsi que par la combinaison d’une inflation élevée et de la dépréciation de la monnaie nationale, face au dollar américain (40% sur un an).  Selon l’OCHA, la détérioration de la situation économique et de la sécurité alimentaire ne fait qu’aggraver l’état nutritionnel des enfants haïtiens.  Le secteur de la nutrition a estimé, qu’en 2019, 39 000 enfants de moins de cinq ans souffriront de malnutrition aiguë.

 

9 millions d’euros mobilisés  pour la crise alimentaire en Haïti

L’Union Européenne a débloqué 9 millions d’euros d’aide humanitaire, en réponse à la détérioration de la situation alimentaire et nutritionnelle en Haïti.  Les Responsables de l’UE ont indiqué que l’aide humanitaire permettra de couvrir les besoins alimentaires et nutritionnels essentiels de plus de 130 000 personnes vivant dans les zones les plus affectées. « Pour l’UE, la situation humanitaire à Haïti n’est pas une crise oubliée. Nous sommes déterminés à apporter un soutien vital aux populations victimes de la crise alimentaire et nutritionnelle qui sévit dans le pays. Cette enveloppe vient s’ajouter aux 12 millions d’euros alloués en 2018 pour répondre aux besoins alimentaires et nutritionnels urgents des Haïtiens », a déclaré Christos Stylianides, commissaire chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises.  Les fonds alloués bénéficieront aux familles vivant dans les zones les plus touchées par la crise ainsi qu’aux enfants souffrant de malnutrition aigüe. Une aide nutritionnelle vitale sera également fournie à plus de 5000 enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition aigüe.  Parallèlement, l’UE soutiendra des actions visant à renforcer l’analyse de la situation alimentaire et à améliorer la qualité de la réponse humanitaire.

 

Diminution insignifiante des prix des produits alimentaires

Les prix mondiaux des produits alimentaires ont connu une légère baisse en juillet, a annoncé, jeudi, l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).  Cette situation s’explique par la faiblesse des prix des céréales, des produits laitiers et du sucre, qui a notamment permis de compenser les prix de la viande et des huiles.  L’Indice FAO des prix des produits alimentaires – un indice pondéré par les échanges commerciaux permettant de suivre l’évolution mensuelle des principaux groupes de produits alimentaires – a affiché une moyenne de 170,9 points en juillet 2019, soit en baisse de 1,1% par rapport à son niveau de juin mais en hausse de 2,3% par rapport à l’année dernière, au même moment.  L’Indice FAO du prix des céréales a baissé de 2,7% depuis juin mais a augmenté de 4,1% par rapport à son niveau enregistré en juillet 2018. Cette baisse s’explique par la faiblesse des prix du maïs et du blé, due, entre autres, aux larges stocks disponibles à l’exportation.  L’Indice FAO des prix de l’huile végétale a augmenté de 0,8% en juillet, grâce à la légère hausse des prix de l’huile de soja et de l’huile de tournesol qui a permis de compenser la baisse de la valeur de l’huile de palme.  La baisse de la valeur de l’huile de palme est en grande partie due à l’augmentation saisonnière de la production agricole en Asie du Sud-Est et à la faiblesse de la demande en importation.  L’Indice FAO des prix de la viande a augmenté de 0,6% depuis juin, marquant ainsi une nouvelle hausse pour le sixième mois d’affilée.  Les prix de la viande ovine et bovine ont de nouveau augmenté en juillet, stimulés par une forte demande en importation en provenance d’Asie et par la réduction des stocks dans la région océanique, due à une baisse saisonnière.  D’un autre côté, les prix de la viande porcine ont légèrement baissé après quatre mois de hausse, en raison de larges stocks disponibles à l’exportation au Brésil et aux États-Unis.

 

Jovenel Moïse présente son armée forte de 400 membres

L’article 143 de la Constitution haïtienne est claire : « Le Président de la République est le Chef nominal des Forces Armées, il ne les commande jamais en personne. » N’empêche que le Président de la République continue sur sa lancée…  Avec la remise des diplômes, le mercredi 14 août 2019, à la base militaire Anacaona, à Léogâne, à 15 officiers, 50 aspirants sous-officiers et 250 soldats, le président Jovenel Moïse est désormais à la tête d’une nouvelle version des Forces Armées d’Haïti (FAd’H), fortes de 435 membres.  120 militaires ont été déjà formés en Équateur et déployés sur le terrain.  « Je jure et promets solennellement fidélité à la République d’Haïti.  Je jure de la servir, selon mon honneur et ma conscience, et de la défendre contre tous ses ennemis, quels qu’ils puissent être.  Je jure allégeance et respect à la Constitution et au drapeau.  Je jure et promets obéissance aux ordres de mes supérieurs hiérarchiques, et ce, conformément aux règlements des Forces Armées d’Haïti… ».  La tête altière et hauts les fronts, fiers dans leurs treillis à peine sorti de chez le couturier, ces 15 officiers, 50 aspirants sous-officiers et 250 soldats ont prêté serment d’allégeance, ce qui consacre leur entrée définitive dans les Forces Armées d’Haïti (FAd’H).  Exhibition, défilé, parade… ces nouveaux militaires ont tout fait pour charmer le chef de l’État, le Premier ministre démissionnaire, le haut état-major de l’armée, les membres du gouvernement, les membres de leur famille et d’autres personnalités qui assistaient à la cérémonie.  « La remobilisation de l’armée n’est pas seulement une promesse de campagne, c’est une exigence constitutionnelle.  C’est aussi un moyen d’aider le peuple à se réconcilier avec son histoire », a déclaré Jovenel Moïse qui, pour une fois, n’a pas profité de l’occasion pour faire des déclarations sur la crise politique qui secoue le pays depuis son accession au pouvoir.  Selon le chef de l’État, la remobilisation des Forces armées a été faite dans le respect de la Constitution.  Pour le locataire du Palais national, il s’agit d’une armée moderne, au service du peuple, « une force de défense qui va aider dans les catastrophes naturelles, dans la surveillance des frontières maritime et terrestre. Une force de défense qui sera là pour protéger le peuple, participer à la construction d’infrastructures routières… »  Alors que le lieutenant général Jodel Lesage a souligné, dans son intervention, que les FAd’H n’ont pas de moyens pour fonctionner, le chef de l’État a annoncé que les moyens allaient venir.  « Des instructions ont été déjà passées au Premier ministre pour doter, surtout le corps du génie, d’équipements neufs, dans le prochain arrivage d’équipements dans le pays », a promis Jovenel  Moïse, faisant référence aux 123 millions de dollars d’équipements commandés par l’État auprès de concessionnaires haïtiens.

 

La présence des femmes, une révolution dans l’armée

Deux ans après la remobilisation des Forces Armées d’Haïti, (FAD’H), un premier bataillon de 250 soldats et une classe de 15 officiers ont prêté serment et sont désormais prêts à servir.  La présence des femmes dans les rangs de cette nouvelle cohorte de militaires est plus que remarquée.  Les autorités ont mis un point d’honneur à souligner la nouvelle politique d’équité de genre dans les FAD’H.  Près de la moitié des officiers diplômés et 50 soldats de ligne (20%) sont des femmes.  Certaines d’entre elles ont terminé lauréates de leur promotion.  Ces statistiques ont été soulignées à l’encre forte par le haut état-major et par le ministre de la Défense.  Elles ont constitué un peloton à part et ont défilé sous les applaudissements du public.  La parade militaire qu’elles ont exécutée a suscité l’admiration de plus d’un.  « Nous sommes très heureux de recevoir des femmes médecin, ingénieur, agronome et soldat dans la nouvelle force de défense du pays.  Elles représentent le visage d’une armée en complète mutation», a déclaré le président de la République qui a remobilisé les FAD’H en 2017.  Le chef de l’État les a invitées, ainsi que les autres, à accepter, avec abnégation et courage, les risques du métier car être militaire est un sacerdoce.  Dans son discours, le ministre de la Défense, Enold Joseph, a assuré que cette armée mettra l’accent, entre autres, sur les droits de l’homme, l’équité de genre et le support en cas de désastre.  Il dit exhorter le « peloton Marie Jeanne » à se montrer exemplaire car c’est la première fois que l’armée d’Haïti accueille officiellement des femmes comme soldats de ligne.»  L’objectif fixé dans cette nouvelle armée est de 50% de femmes, a-t-il confié.  Le ministre de la Défense, qui s’est dit fier de ces femmes officiers-cadres, a indiqué que « l’armée d’Haïti a longtemps contenu des femmes dans les tâches administratives et techniques ».

 

Détérioration du climat sécuritaire à Port-au-Prince

Au cours des derniers jours, les gangs armés ont accentué les violences à Martissant, quartier populeux au sud de la capitale.  Le weekend écoulé, 3 personnes, dont un policier, ont été tuées par les bandits.  Le policier assurait la sécurité d’un jeune migrant au Chili qui rendait visite à ses parents.  Des résidents déplorent l’absence de réaction des forces de l’ordre.  Des parents d’un syndicaliste n’avaient pu bénéficier de l’appui d’une patrouille de police pour qu’un juge puisse dresser le procès-verbal du décès.  Les gangs armés ont resserré l’étau sur les résidents de Martissant, pratiquement livrés à eux-mêmes.  Les autorités avaient pourtant fait état d’un dispositif sécuritaire durant la période estivale.  En même temps, au Bicentenaire, les bandits armés font régner la terreur.  Riverains et utilisateurs de la voie publique figurent parmi les victimes des affrontements entre les gangs rivaux.

 

Une dizaine de policiers agents 4 perturbent un concours

Alors que 1 078 policiers agents 4 s’apprêtaient, lundi, à participer à un concours à l’Académie de police, en vue d’obtenir le grade d’inspecteur, une dizaine de policiers ont fait irruption dans la salle, renversant tout sur leur passage.  Ces agents 4 estiment que le concours devrait se faire sur la base d’ancienneté à l’institution policière.  Le directeur de l’Académie de police condamne ce comportement, assurant que le choix des postulants respectent les principes de la PNH. Francène Moreau indique que l’inspection générale de la PNH a été saisie de l’affaire pour les suites disciplinaires.  « Le concours a été organisé pour environ 1 078 agents 4. Avant le début de l’examen, une dizaine d’entre eux ont fait irruption dans l’un des sièges, en renversant les chaises… », a expliqué au Nouvelliste, le directeur de l’Académie de police.  Au moment de l’interview, Francène Moreau ne pouvait pas donner d’explications sur la motivation de ces policiers en colère.  Toutefois, il a fait savoir que ces fauteurs de troubles ont été isolés et le concours a eu lieu et s’est achevé dans le calme.  M. Moreau a souligné que l’inspection générale, chargée d’assurer l’ordre et la discipline nécessaires au bon fonctionnement de l’institution policière, a été saisie, d’office, du dossier.  « Elle va mener son enquête et fera des recommandations », a annoncé Francène Moreau.  « Au sein de la PNH, nous ne transigeons pas sur l’ordre et la discipline », a-t-il fulminé.

 

Ouverture de l’instruction du dossier du chef de gang, Arnel Joseph

L’instruction du dossier du puissant chef de gang, Arnel Joseph, a été confiée au juge Merlan Bélâbre, a informé le doyen du tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Bernard Sainvil.  Le magistrat instructeur a déjà débuté son instruction et auditionné plusieurs personnes. Il se prépare à effectuer des transports sur lieux, dans le cadre de son investigation, précise le doyen qui dit miser sur la capacité du juge Merlan Bélâbre, à produire un bon travail, afin que toute la lumière soit faite sur le dossier du chef de gang.  Arnel Joseph a été appréhendé  par des agents de la police, le 22 juillet dernier, alors qu’il  se trouvait à l’hôpital Bonne-Fin, à Cavaillon, dans le sud du pays, pour se faire soigner pour des blessures à la jambe.  Le chef de gang avait été blessé par balles, lors d’affrontements avec ses homologues à Marchand-Dessalines où il se refugiait, après s’être enfui de la capitale où il  imposait sa loi.  Plusieurs chefs d’accusation pèsent sur le  chef de gang du Village-de-Dieu.  Il s’agit, entre autres : d’évasion, d’association de malfaiteurs, de détention illégale d’armes de guerre, d’assassinat, d’enlèvement, de séquestration contre rançon et de viol.

 

À l’Estère, des bandits armés déshabillent des passagers

Ce mardi 13 août, aux environs de 10 heures du matin, des bandits armés circulant à motocyclette, ont intercepté, au niveau de l’Estère (Artibonite), plusieurs véhicules de transport public, afin de rançonner les passagers.  Des individus lourdement armés, selon plusieurs passagers contactés par notre rédaction, sont allés jusqu’à forcer certaines personnes à se déshabiller complètement, pour mieux les dépouiller de leur argent et leurs bijoux.  Des témoins font état de plus d’une dizaine de motocyclettes transportant chacune au moins deux hommes ayant en leur possession des armes, pour la plupart “de la taille d’une guitare”.  “Ils nous ont fait descendre de l’autobus et nous ont placés au milieu d’un cercle”, nous a dit une victime.

 

Les résultats des examens de 9e année fondamentale sont connus

Après la publication des résultats des examens de 9e année fondamentale pour le département de l’Ouest, le ministère de l’Éducation et de la Formation professionnelle (MENFP) a publié ce matin ceux des Nippes pour l’année académique 2018-2019.  78% de réussites pour les Nippes, soit 2% de plus par rapport au département de l’Ouest qui n’en a enregistré que 76%. Sur 7007 participants dans les Nippes, 5449 ont été admis, selon les chiffres communiqués par le MENFP ce 14 août. La commune d’Anse-à-Veau affiche le plus grand taux de réussite avec 2222 élèves admis sur 2775 candidats.  Rappelons que, pour le département de l’Ouest, c’est la commune de Cité-Soleil qui a le meilleur taux de réussite avec 93%, loin devant la commune de Carrefour, 2e avec 87 %.

 

Un agent de police jugé pour avoir violé sa fille

Le scandale a éclaté en juillet 2016.  Sergot Guersaint, un agent de l’Unité spécialisée de la Police nationale d’Haïti (USGPN), a abusé sexuellement de sa fille de 13 ans.  Alors qu’elle était à un hôtel situé à carrefour Rita avec son père, la fille s’est enfuie et a porté plainte à la DCPJ qui a procédé par la suite à l’arrestation de Sergot Guersaint.  Trois ans plus tard, l’accusé a comparu devant le tribunal pour répondre de son forfait.  Il a été entendu, ce mardi 13 août, par le tribunal criminel siégeant sans assistance de jury.  À la demande du ministère public, on a fait appel à l’un des enquêteurs de la DCPJ, afin de retracer les moments de l’enquête de la police judiciaire sur le dossier.  Le policier Jacques Ebens Jeudy a répondu à l’appel du tribunal.  La DCPJ, après son investigation, a dressé trois rapports sur cette affaire, indiquant que la Brigade de protection des mineurs a été instruite de porter secours à la mineure en danger.  Lors de son audition, l’accusé, Sergot Guersaint, avoue avoir eu des rapports sexuels avec sa fille, à maintes reprises. Toutefois, il indique avoir été manipulé par cette dernière.  « Elle avait son plan en tête.  Moi, je cherchais à lui inculquer des notions de principe.  Pourtant, elle m’a piégé.  Si aujourd’hui, je suis par devant ce tribunal pour y être jugé pour crime de viol, c’est parce que j’ai voulu soutenir ma fille.  Il y a surement une main cachée derrière ce qui m’est arrivé », raconte Sergot.  Sergot Guersaint, est-ce que vous jugez normal que vous abusiez sexuellement de votre fille ? Non, a-t-il répondu au ministère public, lui adressant cette question.  L’accusé a déclaré au tribunal qu’il a des étourdissements chroniques et récurrents. Ce qui, selon lui, lui fait perdre le contrôle.  Au beau milieu du procès, Sergot s’est jeté par terre en se tordant de douleurs au ventre.  Ce qui a contraint le juge de siège, Jean Wilner Morin, à suspendre l’audience qui sera reprise le 26 août.

 

Détonations au Bicentenaire et ses environs

Un vent de panique souffle quotidiennement, à Portail Léogâne et au Bicentenaire. Des tirs nourris ont été entendus, créant ainsi une situation de tension dans plusieurs coins. Cette situation de tension est devenue le quotidien des usagers de cette voie, qui continuent d’appeler à un renforcement de la présence policière.  Il était aux environs de 1 heure de l’après-midi, quand les détonations ont été entendues dans toute la zone du Bicentenaire, à Portail Léogâne et à Martissant.  Automobilistes, marchands et passants, les usagers de cette voie couraient dans tous les sens. Cette situation devient de plus en plus courante à l’entrée sud de la capitale haïtienne, où les gangs armés ne cessent d’imposer leur loi.  L’écho des tirs dans la zone du Bicentenaire et dans ses environs fait partie désormais du quotidien des usagers de cette voie qui mène à au moins quatre départements du pays.  « Nous sommes habitués à ce genre de situation.  L’endroit est certes dangereux, mais on est obligé de s’y adapter », déclare un employé du Parquet de Port-au-Prince, situé à quelques pas du Village de Dieu, ancien fief du puissant chef de gang, Arnel Joseph. Pendant plusieurs heures, la zone était presque déserte. Prudents, les automobilistes, évitent cette voie pour se protéger.

 

Un vacancier retrouvé mort sur une plage à Cayes-Jacmel

Le cadavre de Colby Manuchki, 18 ans, a été découvert ce lundi 12 août, dans la matinée, sur la plage de « Raymond-les-Bains », à Cayes-Jacmel, a constaté notre collaborateur, Joël Pierre. Colby Manuchki, c’est le nom d’un jeune garçon originaire de Port-au-Prince, dont le corps sans vie a été retrouvé sur la plage Raymond-les-Bains, très prisée dans la commune de Cayes-Jacmel.  Selon le juge de paix, Colin Joseph Jeanty, la victime serait morte noyée dans la mer.  Le cadavre a été transporté à la morgue privée « Saint-Michel de Jacmel », sur ordonnance du juge de paix, en attendant l’arrivée de ses parents.  Soulignons que Colby Manuchki, qui vient de subir les examens de fin d’études secondaires (philo), a été déclaré disparu, le 11 août, par ses proches.

Altidor Jean Hervé

 

                                                                                                       

Related Articles

Close
%d bloggers like this: