accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

La PNH sert d’abat-voix à Jovenel Moïse

Jovenel Moïse a minimisé les démarches des députés de l’opposition, visant sa mise en accusation pour crime de haute trahison. Celui que la population haïtienne chahutait partout où il passe, profitait ces derniers temps des activités au sein de la Police nationale d’Haïti pour déblatérer. «La République d’Haïti a besoin d’un gouvernement pour adresser les urgences de l’heure, dont la rentrée des classes, la lutte contre l’insécurité et la précarité », a dit le Président Jovenel Moïse. Il s’était exprimé ainsi, lors de la cérémonie de graduation de 656 nouvelles policières et nouveaux policiers, dont 516 hommes et 140 femmes, de la 30e promotion de la Police nationale d’Haïti (PNH), le jeudi 8 août 2019. Également, lors de cette cérémonie, il n’a pas manqué de lancer, de nouveau, son faux appel au dialogue. «La PNH, à elle seule, ne pourra donner de résultats que si nous parvenons à conceptualiser et à agir ensemble, sur les problèmes. Et, pour ce faire, nous devons nous asseoir autour d’une même table pour discuter et négocier sur ce que nous voulons et devons faire. Je réitère mon appel au dialogue à tous les secteurs, autant les partisans que les opposants. Le pays en a besoin. Autant qu’il a besoin aujourd’hui d’un Gouvernement pour adresser les urgences de l’heure dont la rentrée des classes, la lutte contre l’insécurité, contre la précarité, entre autres. Je constate avec satisfaction que la Chambre des Députés a créé une Commission chargée de procéder à l’étude des dossiers du Premier Ministre nommé et des membres de son Cabinet. Un pas dans la bonne direction que j’invite le Sénat à emboîter », a lancé Jovenel Moïse. À rappeler que le jeudi 1er août 2019, lors de la cérémonie de graduation de 67 nouveaux commissaires de police, Jovenel Moïse avait déjà demandé à tous les élus de s’unir, en vue de doter le pays d’un nouveau gouvernement, capable d’adresser les problèmes urgents, tels l’insécurité et la crise socio-économique, auxquels fait face la population. La cérémonie de graduation de la 30e promotion de la PNH s’était déroulée à l’École Nationale de Police sise à la route de Frères (Pétion-Ville), en présence, entre autres, du Président Jovenel Moïse, des membres du Haut Commandement en chef de la PNH et de l’Armée d’Haïti, du Premier ministre démissionnaire Jean Michel Lapin, du Secrétaire d’État à la Sécurité publique, Ronsard Saint-Cyr et des ambassadeurs de plusieurs pays amis d’Haïti. Dans sa prise de parole, le Directeur général de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Michel-Ange Gédéon, a rappelé aux 656 nouveaux gradués l’ensemble des défis qui les attendent, en vue de garantir la sécurité publique. Le numéro 1 de l’institution policière a encouragé ses agents à remplir leurs missions dans le respect des lois. «Être policier ne s’agit pas seulement de porter une uniforme et une arme, mais plutôt de travailler dans un esprit de service utile à la population et de mettre son expérience au bénéfice de toute la communauté. Vous devez utiliser vos armes à bon escient sinon au cas de self-défense. Aucun policier ne doit avoir de patron. Évitez d’être de mèche avec des corrompus et des trafiquants de drogue. Ne vous laissez pas influencer. Travaillez toujours en collaboration avec tous les acteurs de la chaîne pénale haïtienne», a déclaré Michel-Ange Gédéon. En plus, le Président Jovenel Moïse a rappelé aux nouveaux agents que cette nouvelle page dans leur vie est le fruit de leur travail et de la discipline qu’ils ont fait montre durant leur période de formation. Ainsi, il les a encouragés à travailler pour combattre la délinquance et la criminalité dans le pays. Cependant, le chef de l’État leur a conseillé de faire preuve de prudence dans leurs interventions. Il a également promis tout son support à l’institution policière, tout en remerciant les partenaires qui ont contribué grandement à la réussite de cette nouvelle promotion.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: