accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Michel-Ange Gédéon: le sang coule à Martissant

Alors que les regards sont fixés sur le dossier de l’arrestation du chef de gang Arnel Joseph dit «Arnel J», les bandits armés sèment la terreur dans divers quartiers populeux, notamment à Grand-Ravine et à Martissant (périphérie sud de la capitale, Port-au-Prince). En effet, les hommes armés d’un chef de gang de Grand-Ravine dénommé «Bougòy», sèment le deuil, la terreur à Martissant et dans ses environs. Ces bandits, sans scrupules et sans état d’âmes, assassinent de paisibles citoyens en toute quiétude. Dans leur liste de mort, ils ne font pas exception. Le mardi 30 juillet, une infirmière qui traversait la zone de Martissant pour épargner l’embouteillage, a été criblée de balles par les malfrats, du fait qu’elle refusait de s’arrêter. Dans le même quartier, un homme a été abattu par balle dans son véhicule, en présence de sa femme, alors qu’il essayait de traverser ce quartier pour éviter encore l’embouteillage à Martissant. Dans la même période, Salomon Saint-Louis, un agent de la 26e promotion de la Police nationale d’Haïti (PNH), a été tué par balle, le mardi 30 juillet 2019, à Martissant 7, par des individus armés. Le jeudi 25 juillet 2019, des individus, circulant à motocyclette, ont assassiné Klébert Jean-Baptiste, agent 1 de la PNH, dans la zone de Turgeau, à Port-au-Prince. Du début du mois de janvier au 11 juillet 2019, 25 policiers assassinés ont été recensés, alors que, durant l’année 2018, un total de 17 policiers abattus a été dénombré. En plus, Peterson Paul, employé de la banque commerciale Unibank, a été retrouvé mort, criblé de balles, le vendredi 2 août, dans la localité de Grand-Ravine (3e circonscription de Port-au-Prince). Le corps sans vie de Peterson Paul a été découvert par des agents de la Brigade d’Opération et d’Intervention Départementale (BOID), une entité de la police nationale. Père d’une fillette de 3 ans, Peterson Paul, a été séquestré au niveau de Martissant 5 par des individus qui escamotaient les passants dans cette localité réputée zone à risque. La victime se trouvait à bord de sa voiture, en compagnie de son épouse, lorsque des hommes armés sont arrivés pour l’emmener avant de l’abattre de plusieurs cartouches. Rappelons que Grand-Ravine est un repère d’hommes armés qui y sèment la terreur, la mort, sans aucune crainte. C’est dans ce même quartier que le photojournaliste Vladjimir Legagneur est porté disparu depuis plus d’un an, alors qu’il s’y était rendu pour un travail de reportage. Du Bicentenaire, au Village de Dieu, de la 5e Avenue et Sainte Bernadette à Martissant, les hommes armés contrôlent ces quartiers, imposent leur loi, sans crainte. Ils séquestrent les camions de marchandises, éliminent de paisibles citoyens, sèment la panique, sans crainte. De fortes détonations d’armes de gros calibre sont entendues dans ces zones situées à l’entrée Sud de la Capitale, précisément entre le Bicentenaire, la 5ème Avenue et Sainte-Bernadette à Martissant. Ces zones sont le théâtre d’affrontements entre groupes armés, pour la plupart, spécialisés dans le détournement des camions de marchandises se dirigeant vers le Grand Sud (Sud-Est, Nippes, Sud et Grand-Anse). En outre, le dimanche 4 août 2019, les portes de l’Église Baptiste de Bolosse (Fondée par le Pasteur, Docteur Fritz Noë, en 1958) sont restées fermées, du fait de la domination des gangs armés de Grand-Ravine et de Village-de-Dieu. Cela n’était jamais arrivé depuis plus de 20 ans. Me Osner H Févry a exprimé sa désolation, face à cette situation. Avocat, théologien, politologue et journaliste, Me Févry, l’homme à plusieurs chapeaux, encourage les fidèles à implorer la miséricorde du Divin Créateur, afin qu’il puisse faire son intervention magistrale. Le député Printemps Bélizaire a fait part de sa préoccupation, face au climat d’insécurité qui s’installe dans la 3e circonscription de Port-au-Prince, particulièrement à Martissant. Il exige l’adoption de mesures visant à garantir la sécurité des résidents ainsi que des automobilistes. Ceux-ci sont pris entre l’embouteillage et l’insécurité, entre les eaux boueuses et des tonnes de fatras. Les usagers de la route la 3e circonscription de Port-au-Prince ont connu le calvaire, durant cette semaine. C’est un tableau sombre, une triste réalité qui préoccupe au plus haut point le député de cette circonscription. «Depuis plusieurs jours, l’avenue Bolosse est complètement déserte. Des citoyens ont abandonné leur domicile, face à la terreur des gangs », a lamenté Printemps Bélizaire. Le parlementaire appelle les autorités policières à prendre toutes les mesures nécessaires, en vue de garantir la sécurité des vies et des biens dans le sud de Port-au-Prince. Bélizaire espère la fin de cette situation de peur et de violence. «Fòk van san sa a fèmen nan 3e sikonskripsyon an», a conclu le député Bélizaire.

Par ailleurs, six (6) chefs d’accusation ont été maintenus contre Arnel. Le vendredi 2 août 2019, Me Paul Éronce Villard, Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince, a indiqué que l’ex-chef de gang, Arnel Joseph, arrêté le 22 juillet 2019, fait l’objet de 6 chefs d’accusation qui sont : évasion, association de malfaiteurs, détention illégale d’armes de guerre, assassinat, enlèvement et séquestration contre rançon, et devrait être déféré au Parquet de Port-au-Prince, avant d’être auditionné au cabinet d’instruction, à une date inconnue pour le moment.

Emmanuel Saintus

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: