accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Réduire l’insécurité au lieu de l’exploiter

L’insécurité n’en finit pas de faire des victimes au sein des forces de l’ordre en Haïti. En effet, le jeudi 25 juillet vers 11h00 p.m., alors que le policier Kléber Jean-Baptiste, affecté au Commissariat de Port-au-Prince, s’apprêtait à rentrer chez lui sur une moto de la PNH, des individus non identifiés l’ont mortellement atteint de plusieurs balles, avant de s’enfuir avec sa moto. Le policier identifié au numéro 16-2611-14868 a été criblé de balles, alors qu’il rentrait chez lui, à Turgeau, à bord d’une motocyclette de la PNH. En plus, la Police nationale d’Haïti (PNH) a procédé, le jeudi 25 juillet 2019, à l’arrestation de Choubert Joseph, pour son implication présumée dans l’assassinat de l’inspecteur de police Johnny Buissereth, abattu par des individus armés, le 6 juillet 2019, à Bassin-Bleu, à l’intérieur du sous-commissariat. Atteint de plusieurs projectiles, il avait été transporté à un centre hospitalier aux Gonaïves (Artibonite), où il a rendu l’âme le 7 juillet 2019. Ledit suspect a été arrêté en possession d’une arme à feu de calibre 9mm, entre autres. L’arrestation du chef de gang, Arnel Joseph, continue de faire couler beaucoup d’encre. En mettant sous les verrous Arnel Joseph, en fuite depuis quelques mois, la police nationale a réussi un bon coup. Ce coup de filet de la police a été salué par tous, sauf ceux pour qui Arnel Joseph étaient au service. «Les bandits doivent être toujours inquiétés, quelle que soit leur chapelle politique», a dit, le samedi 27 juillet, le directeur général de la police, Michel-Ange Gédéon, sur son compte Facebook. «Policiers, Policières, Ne soyez jamais les hommes et les femmes d’une conjoncture ou d’un système politique. Soyez les hommes et les femmes d’Haïti ! Vous devez être les protecteurs des gens de bien, tout en inquiétant les malfrats qui sèment le deuil dans les familles. Ne leur donnez pas le temps d’inquiéter les autres. Sous mon leadership, les bandits doivent être toujours inquiétés, quelle que soit leur chapelle politique, car la force doit être à la loi » a déclaré Michel-Ange Gédéon, Directeur Général de La police Nationale d’Haïti (PNH). Le chef de la PNH a indiqué que l’arrestation du chef de gang très recherché était devenue une obsession pour les 15 000 policiers de l’institution qu’il dirige. «Les policiers ont estimé qu’il n’était pas normal de réduire le mandat de quelqu’un (NDLR: son mandat comme directeur général) à l’interpellation de quelqu’un. Ils étaient on ne peut plus déterminés jusqu’à ce qu’ils soient parvenus à appréhender Arnel Joseph », se réjouit Gédéon. Arrêté le lundi 22 juillet 2019, aux Cayes, plus précisément à Cavaillon, le chef de gang, Arnel Joseph, a été transporté sous haute protection à Port-au-Prince, moins de 24 heures après son arrestation. Un hélicoptère de l’Organisation des Nations-Unies a été utilisé à cet effet. Selon une source de la PNH, le prévenu a été transféré à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) où il doit être auditionné. Le directeur général de la PNH, Michel-Ange Gédéon, a assuré qu’Arnel Joseph, touché à la jambe lors d’un affrontement avec un gang rival dans l’Artibonite, recevra tous les soins médicaux que nécessite son cas. Pour sa part, le président de la République, Jovenel Moïse, a salué le travail de la PNH qui a mis la main au collet de celui qui terrorisait les habitants de Village-de-Dieu et de Marchand-Dessalines. «Je salue le travail acharné de la Police nationale d’Haïti (PNH) qui, entre autres, a débouché sur l’arrestation du présumé chef de gang, Arnel Joseph. Mon administration s’engage à continuer à soutenir les efforts de la PNH afin qu’elle puisse remplir efficacement sa noble mission», écrit le chef de l’État sur son compte twitter.

Par ailleurs, le samedi 27 juillet, dans la matinée, à proximité de la communauté de Sainte-Marie (haut du Canapé-vert) une bonbonne de gaz propane a explosé dans une maison, pour une raison inconnue, déclenchant un violent incendie qui s’est rapidement propagé aux autres maisons, en raison de leur proximité, semant la panique dans la zone. Le souffle de l’explosion et l’incendie ont détruit totalement 18 maisons et fait au moins 4 blessés dont 3 enfants et une personne âgée, brûlés au second degré. Les victimes ont été prises en charge par les autorités communales et transportées d’urgence à l’hôpital. Aucun décès n’a été rapporté. L’intervention rapide du Comité communal de la Direction de la Protection Civile de la zone puis des sapeurs-pompiers ont permis de circonscrire et d’éteindre l’incendie.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: