accueilActualitéCoup d'oeil sur le mondeEn bref

Les aléas de la survie économique

L’Institut Haïtien de l’Énergie (IHE), en partenariat avec le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) et l’Université Quisqueya, a présenté, le lundi 8 juillet 2019, l’agenda d’un atelier de travail sur les Objectifs du Développement Durable (ODD).  Selon les organisateurs, cet atelier entend ouvrir des débats enrichissants sur les enjeux et les défis de la mise en œuvre des énergies renouvelables et durables en Haïti.  La question de l’énergie interpelle beaucoup d’acteurs de la vie nationale.  Lors d’un point de presse donné ce lundi 8 juillet à l’Institut Haïtien de l’Énergie, les responsables ont mis l’accent sur l’importance des énergies durables dans le développement économique d’Haïti.  Selon eux, l’atelier de travail prévu ce mardi sera axé sur l’accès durable à l’énergie en Haïti.  Cette initiative, disent-ils, est une stratégie de promotion de la question de l’énergie, au bénéfice de la population haïtienne.  « Cet atelier se veut un forum de sensibilisation et de promotion, en vue d’atteindre le numéro 7 du développement durable : Énergie propre et un coût abordable pour tous», a déclaré le directeur exécutif de l’Institut Haïtien de l’Énergie (IHE), René Jean-Jumeau.  Ce dernier estime qu’il est nécessaire qu’Haïti fasse une réforme énergétique.  Il croit que l’avancement des énergies renouvelables doit prendre entre 10 et 20 ans pour être effectif et efficace.  René Jean-Jumeau appelle à une manifestation d’intérêt pour la pleine et entière réussite de cette campagne de sensibilisation, relative aux énergies saines, pour le développement durable.  L’ancien ministre chargé de la sécurité énergétique sous l’administration de Michel Martelly, dit œuvrer, par cet atelier, pour réfléchir et travailler à la redynamisation du secteur énergétique du pays.  « Il faut un plan d’action, en vue d’un travail continu dans le secteur énergétique », a-t-il soutenu.

De son côté, la compagnie « Environmental Cleaning Solutions S.A. » (ECSSA) ne travaille plus dans un environnement isolé.  Fort de son expérience, cette entreprise a établi des partenariats avec de grandes marques.  C’est le cas de HP (fabricateur d’ordinateurs) qui produit, à partir du plastique des bouteilles, des cartouches à encre pour les imprimantes.  En partenariat avec ce producteur des outils technologiques de pointe, l’ECSSA tend à renforcer sa capacité de collecter davantage de bouteilles car, a  fait savoir M. Carrié, cette entreprise à la capacité d’acheter toutes les bouteilles en plastique utilisées en Haïti.  Avec «For Ocean» qui lutte pour la protection des océans, l’entreprise de recyclage joue un rôle de représentant.  « Leur objectif est de créer en Haïti des emplois relatifs au nettoyage des océans», a garanti l’entrepreneur.  D’un autre côté, il a indiqué que l’un de ses meilleurs clients est l’usine Tred qui fabrique des tissus ou des maillots avec du plastique.  Cette usine revend ses produits à des géants de la mode comme Ralph Laurent.  En dehors de l’instabilité politique qui entrave la performance de l’entreprise, elle est confrontée à d’autres défis, notamment le manque d’éducation de la population, dans le domaine.  « Le recyclage passe d’abord par le tri, selon la qualité des produits et leurs couleurs.  Une bouteille d’eau est d’une autre qualité, par rapport à une bouteille de shampoing.  Une bouteille d’eau peut être de la même qualité que celle d’une boisson, pourtant, elles diffèrent par leur couleur et ont chacune leur valeur (monétaire)», a détaillé le numéro un de l’entreprise.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Close
%d bloggers like this: