accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Le MENFP signe un protocole d’accord avec son syndicat

À la suite de la rencontre tenue entre les deux parties, le 27 juin 2019, Meniol Jeune, le Directeur Général du ministère de l’Éducation Nationale, Jacquelin Lirisemond, Secrétaire exécutif du «Syndicat des Employés du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle» (SEMENFP) et Janvier Estatin, Secrétaire général Syndicat du Personnel du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (SPEMENFP), ont paraphé, en début de semaine, en présence des médias, un Protocole d’accord portant sur les cahiers de charges des syndicats et certaines préoccupations du Ministère concernant son bon fonctionnement. Faisant référence à la législation nationale et internationale en matière de droits et de devoirs des travailleurs, l’accord stipule clairement, dans ses considérants, l’objectif et la vision qui est à la base de la démarche : « Renforcer la motivation des employés et cadres de l’institution afin d’améliorer la qualité des services offerts à la population et dans la perspective de renforcer l’équité, l’efficacité et l’efficience du Ministère». Cet accord porte sur une issue à la crise au MENFP provoquée, notamment, par plusieurs semaines de grève observées par les syndicalistes qui réclamaient, entre autres, la nomination des contractuels et l’octroi de cartes de débit à tous les employés de l’institution. La cérémonie de la signature de cet accord a eu lieu dans les locaux du MENFP à Delmas 83. Dans l’article 5 dudit document, il est prévu la création d’un comité bipartite, appelé à faire le suivi des revendications des employés grévistes du MENFP. Le directeur général du ministère de l’Éducation Nationale, Meniol Jeune, se réjouit du fait que les deux parties ont pu trouver une entente pour faciliter le fonctionnement des activités au sein du MENFP. Pour le secrétaire exécutif du syndicat du personnel du MENFP, Jacquelin Lirisemond, cet accord témoigne de la volonté des membres des syndicats dudit ministère, de résoudre les problèmes auxquels celui-ci se trouve confronté. Il s’engage à motiver les syndicalistes, afin de faciliter la reprise du travail dans toutes les annexes du ministère et les directions départementales. Les représentants des deux syndicats des employés ont salué cet accord qui reprend certains aspects légaux portant notamment sur la responsabilité sociale des organismes publics en regard, entre autres, à l’accès à la fonction publique, à l’impartialité et à l’équité des décisions se rapportant aux fonctionnaires et à l’impartialité et la neutralité des fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions. Dans le cadre de cet accord, un comité bipartite (MENFP-Syndicats) sera créé, qui aura pour mission de faire le suivi de certains dossiers relatifs à l’alignement salarial et à l’octroi d’autres avantages sociaux. Une Commission spéciale étudiera également les possibilités de promotion méritante, tout en travaillant à la formation d’agents du ministère pour qu’ils soient éligibles aux programmes de formation offerts par les Universités Publiques en Région, le Centre de Formation des Cadres de l’Éducation ou d’autres programmes qui seront développés au besoin. Par ailleurs, à l’initiative de la Direction de l’Enseignement Secondaire (DES) du Ministère de l’Éducation Nationale, une formation de deux jours (4 au 5 juillet) s’est déroulée au lycée Alexandre Pétion, à l’intention de 476 enseignants, correcteurs des copies des candidats du Secondaire rénové. Maxime Mésilas, le Directeur de la DES, a souligné: « il s’agit de permettre à ces correcteurs de bien maîtriser les outils d’évaluation qualitative des copies, liés à l’approche par compétence utilisée pour le secondaire rénové». Ajoutant qu’il n’y aura plus de remédiations à la publication des résultats et que le candidat qui échoue à ces examens devra reprendre les matières dans lesquelles il n’aura pas obtenu sa moyenne, Mésilas explique: «la correction des copies du Secondaire rénové est différente de l’évaluation des copies du Secondaire traditionnel qui se base sur le cumul de notes. Cette formation doit aider les correcteurs à mieux apprécier qualitativement les copies des candidats, dont les critères d’évaluation tiennent plutôt compte de la capacité de compréhension de l’évalué.»

Altidor Jean Hervé

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: