accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Quelle alternative aux manifestations démocratiques?

Les manifestations représentent une forme d’expression dite démocratique et contemporaine des masses populaires. Chez nous, en Haïti, les raisons pour prendre les rues vont des plus patriotiques, des plus nobles, des plus humaines aux plus mesquines, immorales voire banales. On prend les rues pour dénoncer les injustices sociales, la misère, l’inflation, le chômage ou pour célébrer une victoire après un match de football, les résultats des élections, pour annoncer une campagne électorale, pour organiser une cérémonie religieuse, pour profiter de la période carnavalesque, etc. D’un côté, on dit tout, on casse, on brûle, on détruit tout sur le passage d’une manifestation. D’un autre, on bastonne, on arrête, on emprisonne et, pire, on tue ses propres frères. Et quand on demande pourquoi agir de la sorte? La réponse est unanime : «Se demokrasi, nou di sa nou vle, nou fè sa nou vle».

Malheureusement, nous, les Haïtiens, sommes un peuple tellement docile, religieux et à la fois superstitieux, nous avons décidé, contre nos propres intérêts, d’adopter la démocratie comme une autre forme de religion importée de nos anciens colons. Par ignorance ou par excès de zèle, on se sert de la démocratie pour se faire passer comme des sauveurs ou des saints, et tout autre leader, avec des opinions différentes des nôtres, comme des monstres ou des démons.

 

La peur de manifester

haiti police
haiti police

Nombreux sont les citoyens qui hésitent et souvent refusent de manifester, en dépit de leurs colères et de leurs frustrations face à la situation chaotique et aux injustices sociales de toutes sortes. En conséquence, on laisse cette tâche si importante aux plus pauvres parmi lesquels, les vulnérables ou malchanceux finissent leurs parcours au Pénitencier national, en détention prolongée ou allongés sans vie dans un coin de rue. Les plus braves se font payer par les sales politiciens et commerçants pour tout piller et briser sur leurs passages. On arrive au carrefour où la lutte contre la corruption est menée par des bandits corrompus, payés par certains corrupteurs pour neutraliser toute compétition ou pour faire avorter toute poursuite légale. Ce qui expliquerait peut-être que les semaines, les mois et les années de manifestations ne donnent plus les résultats espérés. Les manifestations multiples et périodiques au pays et à l’étranger contre le gaspillage du fonds PetroCaribe tardent à accoucher des résultats substantiels. Les accusés, apparemment intouchables, menacent leurs accusateurs inoffensifs car ils sont les mêmes à nommer et à approuver nos juges. Ils jouissent d’une immunité digne de tyrans stalinistes. Peut-être, nous sommes une nation trop jeune pour adopter les principes démocratiques?

 

Faut-il manifester sans fin?

Le peuple haïtien se lasse des manifestations indéfinies qui troublent la paix publique sans apporter les changements espérés. Il semblerait que les vrais bénéficiaires de ces longues manifestations et grèves générales sont les propriétaires des radios et télévisions qui trouvent, dans ces mouvements, de riches arguments polémiques pour entretenir leurs audiences. Et surtout, les politiciens qui y puisent leurs excuses et promesses vides. Les longues manifestations au Venezuela, au Soudan et en France avec les gilets jaunes, n’ont pas non plus atteint leurs objectifs. Comment peut-on continuer à manifester avec des objectifs qui sont parfois flous et, surtout, quand les résultats restent peu prometteurs?

Contraintes légales contre les manifestations

La manifestation de l’opposition dispersée par la PNH4
La manifestation de l’opposition dispersée par la PNH4

Une manifestation selon la loi doit être au préalable annoncée par des responsables connus, avec un parcours défini, pour être autorisée par la Justice et la Police. C’est pareil à une personne séquestrée qui demande à son bourreau la permission de dénoncer les coups, la torture et les abus qu’elle subit. Ce serait absurde, n’est-ce pas ? Selon la loi, le gouvernement a pour devoir de garantir la sécurité des vies et des biens. Bizarrement et tristement, les hommes et femmes au pouvoir protègent uniquement leur vie et les biens de leurs partisans. Et ce, au détriment du bien-être et de la paix commune. De ce fait, la répression ou l’oppression contre tout opposant politique est devenue un instinct naturel de nos gouvernants. La loi est de leur côté car ils font la loi. Et ils sont la loi. Les fléaux de détention prolongée et de prison préventive sont des armes persuasives et efficaces contre tout militant qui prennent les rues pour dénoncer la méchanceté, l’irresponsabilité, la corruption de nos dirigeants. Il faut se demander à qui adresser les plaintes quand les pertes matérielles sont causées par des faux militants et manifestants. Et, peut-on confier aux forces de sécurité la tâche d’investigation à l’égard des victimes fatales de leurs fusillades négligentes parmi les manifestants?

Un changement de stratégie nécessaire

Autrefois en Haïti, quand un voleur apercevait une foule, il courrait pour sauver sa peau. Aujourd’hui, c’est plutôt la foule qui crie: sauve qui peut! Car les voleurs assassins sont sans pitié et font peur même aux policiers. Il est temps de changer nos fusils d’épaule. À mon avis, il semble trop naïf de continuer à manifester dans les rues sales et dangereuses, remplies de bandits armés qui débarquent parfois en uniforme de police. Et qui viendra à nos secours quand on tombe sous les balles assassines? Il est vrai que les manifestations représentent une solution pacifique et morale pour trouver une issue à cette crise politique. Mais, quels résultats peut-on espérer avec cette bataille morale contre des voleurs et des bandits sans scrupules?

Le Marron Inconnu Haiti 2012
Le Marron Inconnu Haiti 

Partout dans le monde, les vrais leaders sont ceux-là qui se disent prêts à donner leurs vies pour leur patrie. Malheureusement, en Haïti, nos leaders n’hésitent pas à sacrifier tout une nation pour s’accrocher à leur mandat. Ouvrons grands nos yeux pour découvrir à temps ces politiciens sacrificateurs qui convoquent sans cesse le peuple à ces manifestations meurtrières. Sachons quand, comment et pourquoi nous devons passer à l’action? Notre histoire nous rappelle que les manifestations et les dialogues pacifiques de Toussaint Louverture, lui ont valu une condamnation à mort dans la Cité de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cependant, notre empereur Jacques 1er avait bien compris qu’aucun de nos assassins tirailleurs ne pouvait se permettre de faire la sourde oreille aux sons de nos canons. De plus, il savait qu’il ne fallait surtout pas négocier avec ceux-là qui nous menaçaient avec leurs baïonnettes, sans leur montrer nos machettes. Finalement, seules les actions concrètes et décisives de nos héros de Vertières, sous le leadership du magnanime, Son Excellence, Jean-Jacques Dessalines, avaient donné naissance à cette nation libre et indépendante: Haïti. Suivons les vrais modèles. De nos rangs, débarrassons-nous des traîtres: ces gros voleurs et corrupteurs protégés par le pouvoir actuel, et de ces petits voleurs corrompus qui démocratiquement dénoncent leurs camarades dans les manifestations contre la corruption. Il est temps d’adopter une nouvelle stratégie plus inclusive et plus efficace, si on veut vraiment sauver cette nation.

 Rodelyn Almazor

Haïti Progrès

Juillet 2019

Related Articles

Close
%d bloggers like this: