accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

La République Dominicaine: un pays à éviter, si possible

Alors que les informations font état de 10 touristes américains morts en République Dominicaine (selon les confirmations du Département d’État Américain), le ministre dominicain du Tourisme, Francisco Javier Garcia, a démenti les rumeurs de vague de meurtres au pays. Intervenant au micro de journalistes dominicains, Garcia a indiqué que le nombre de décès au cours des trois dernières années a diminué de 56%, contrairement aux informations « d’avalanche » de morts qui circulent dans les médias internationaux. Entre temps, au moins deux autres cas de décès, encore une fois confirmés par le Département d’État Américain, ont été signalés. Il s’agit de Marc Hurbult, mort en juin 2018 et de Thomas Jerome « Jerry » Curran, de Bedford, décédé le 26 janvier 2019, alors qu’il se rendait en République Dominicaine avec sa femme Janet, lit-on sur ABC News. Le site du New York Post a aussi révélé, dans un article paru le 21 juin 2019, un autre cas : celui de Donette Edge Cannon. Âgée de 38 ans et mère de quatre enfants, elle est décédée l’an dernier dans un complexe hôtelier (SunscapeBavaro), situé à Punta Cana. Ce qui fait que le nombre de touristes américains morts au pays voisin, leader dans la région en la matière, est passé à 10. Huit Américains avaient été retrouvés morts : Yvette Monique Sport, David Harrison, Robert Wallace, Miranda Schaupp-Werner, Cynthia Day, Nathaniel Holmes, Joseph Allen. Le ministre dominicain du Tourisme, Francisco Javier Garcia, a parlé de rumeurs de « morts suspectes » au pays et a affirmé que le nombre d’Américains décédés en République dominicaine avait en fait diminué cette année et qu’au cours des trois dernières années, le nombre de décès de touristes américains en République dominicaine avait diminué de 56%.

D’autre part, 30 pièces dans lesquelles vivaient environ 100 Haïtiens ont été totalement consumées lors d’un terrible incident survenu dans la région de La Piña, une localité de la ville de Jaibòn, le 20 juin, d’après une information de la police de la République Dominicaine, rapportée par le journal dominicain Listin Diario. Des membres de la police nationale et des pompiers dominicains ont annoncé, le jeudi 20 juin écoulé, que plusieurs habitats dans lesquels vivaient des citoyens haïtiens, dont la plupart d’entre eux en situation irrégulière sur le territoire voisin, ont été complètement ravagés par les flammes d’un incendie accidentel. En effet, d’après la version officielle des sapeurs-pompiers, l’incident malheureux ayant emporté tous les biens des Haïtiens avait été provoqué par un poêle laissé dans l’une des pièces. Le résultat d’une vraie forme de négligence, soulignent les policiers dominicains. Par ailleurs, au sein des débris des articles ménagers calcinés, les policiers rapportent qu’ils ont trouvé sept armes à feu artisanales. Ils annoncent l’ouverture d’une enquête afin de découvrir, entre autres, la provenance de ces armes. Le mercredi 26 juin 2019, 1944 migrants illégaux ont été refoulés sur un total de 2 411 détenus, dans le cadre d’opérations menées par les services de l’immigration à travers 13 provinces, ces derniers jours. Ces compatriotes reviennent sur le territoire, dépourvus de tous leurs biens. La plupart d’entre eux sont des pères et des mères de famille, des femmes enceintes, interceptés dans différents endroits de la république voisine. Certains affirment disposer de pièces légales et vaquaient librement à leurs activités quotidiennes, au moment où ils ont été appréhendés par la police dominicaine. À un moment où le Gouvernement peine à reprendre ses activités, le Président de la République Dominicaine ne fait aucun ménagement et augmente les angoisses de son homologue haïtien, en panne de légitimité depuis quelque temps et qui ne sait à quel saint se vouer pour stabiliser le pays politiquement et économiquement.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: