accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

La semaine en bref

Procès de Clifford Brandt

Dans le cadre du procès de Clifford Brandt et de ses complices, le président du tribunal criminel des Gonaïves, Me Denis Pierre-Michel, a mis fin aux débats généraux, toutes les parties ayant suffisamment défendu leur cause. Au terme de cette dernière audience, le magistrat a ordonné le dépôt de toutes les pièces importantes. Dans un délai raisonnable, le juge a promis de rendre sa décision.

 

INITE: Saurel Jacinthe réagi

Réagissant à l’annonce de la dissolution du Parti INITE dans les médias, le Sénateur de la Grand’Anse, Saurel Jacinthe, élu sous la bannière du Parti, affirme que cette décision n’est pas valide. Il affirme que l’acte constitutif du parti sur sa dissolution est clair. «L’unique façon dont le parti INITE peut être dissout demeure une décision prise par les 2/3 des membres, réunis en congrès national», ce qui n’est pas le cas, affirmant qu’il va écrire au ministre de la Justice pour expliquer que le Parti INITE est toujours fonctionnel.

 

1 510 Haïtiens déportés

La Direction Générale des Migrations (DGM) continue chaque jour de mener des actions de contrôle migratoire sur l’ensemble du territoire dominicain et de traquer, où qu’ils se trouvent, des Haïtiens en situation irrégulière. Dans ce cadre, des opérations de contrôle migratoire ont été réalisées, fin avril, dans 10 provinces : Azua, Duarte, Hermanas Mirabal, Espaillat, La Altagracia, La Vega, Monte Cristi, Santiago de los Caballeros, Valverde et Puerto Plata, ainsi que dans le District national et les municipalités de Santo Domingo Ouest et Est, au cours desquelles 1 911 Haïtiens ont été contrôlés, informe la DGM. Après le processus de vérification à l’aide de lecteurs biométriques et de la base de données centrale, 1 510 compatriotes (79%) ont été déclarés en situation migratoire irrégulière et conduit aux postes frontières de Dajabón et Elias Piña, pour y être enregistrés puis déportés en Haïti.

 

Don au Lycée Fritz Pierre-Louis

Pierre Josué Agénor Cadet, Ministre de l’Éducation Nationale, ancien directeur du lycée, a présidé une cérémonie de remise en don d’équipements audiovisuels devant servir à l’amélioration des pratiques d’enseignement, comprenant, entre autres, un rétroprojecteur, un vidéoprojecteur et un ordinateur. Ces équipements ont été offerts par le Dr Simon Jean Simon (natif de Marfranc, Grand’Anse) ancien élève du lycée (de la 7e à la classe de philo), spécialiste en éducation, évoluant depuis des années aux États-Unis, qui entendait par ce geste, saluer et remercier cette école publique qui a contribué à sa formation pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. Ce geste généreux d’un membre de la diaspora, vient renforcer les actions du Ministère qui souhaite équiper tous les lycées de la République de matériels pédagogiques et technologiques, en vue d’améliorer les pratiques pédagogiques et d’apprentissage.

 

Douanes: recommandations

En mars dernier, à Washington, le « Center for Strategic and International Studies » (CSIS) a publié ses recommandations à Haïti et à la République Dominicaine, dans la lutte contre la contrebande des deux côtés de la frontière haïtiano-dominicaine. Lors de cette présentation, plusieurs personnalités haïtiennes dont le Président Georges B. Sassine de l’Association des Industries d’Haïti (ADIH), Laurent Saint-Cyr, le Président de la Chambre de Commerce américaine (AmCham – Haïti), des représentants de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti (CCIH) et de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Ouest (CCIO), entre autres, étaient présents, alors que l’absence d’officiels haïtiens et du secteur privé dominicain a été très remarquée. Les parties présentes se sont entendues sur l’urgence de lutter contre la contrebande au niveau de la frontière haïtiano-dominicaine. Pour cela, le processus devra être entamé des deux côtés, avec le support de la communauté internationale. La priorité pour la réussite de ce plaidoyer est d’impliquer la volonté politique que doit avoir chacun des deux pays de l’île. L’ambassadeur dominicain en Haïti, Alberto Despradel, a rappelé que son pays accordait une grande importance au dialogue dans tous les domaines, spécialement dans la lutte contre la contrebande. Toutefois, sur le terrain, au-delà des déclarations politiques haïtiennes sur la perte de près de 350 millions de dollars américains par an de recettes fiscales, causées par la contrebande et des appels du secteur privé qui ne cesse de réclamer le renforcement des capacités de contrôle à la frontière, il faut constater que les agences de douanes haïtiennes collaborent peu avec les douanes dominicaines, favorisant ainsi l’augmentation de la contrebande.

 

Accident de la route

L’ancien directeur du Centre Ambulancier National, Garnel Michel, Coordonnateur de l’organisation haïtienne : Services Techniques et Opérationnels pour Pallier les Accidents (STOP-Accidents), nous informe que durant la journée du 1er mai 2019, 14 accidents de la route ont fait 36 victimes dont 25 blessés parmi lesquels figurent plusieurs avec des traumas crâniens et 11 morts dont 100% sont des jeunes. Garnel Michel qui réitère son appel à la prudence, envers les usagers de la route, précise que ces accidents sont survenus notamment à Petit-Goâve (Tapion), Lilavois, Gérald Bataille, Montagne Noire, Bon Repos, Arcahaie, La Saline, Meyer, Léogâne et Turgeau. Ce bilan a été réalisé en partenariat avec le Centre Ambulancier National et la Croix-Rouge haïtienne. Toutefois, faute de moyens, l’organisation STOP-Accidents n’est pas en mesure de faire le suivi de l’état de santé des blessés dont certains décèdent des suites de leurs blessures et ne sont pas comptabilisés.

 

Un Haïtien, Commandeur de l’Ordre de Montréal

Deux professeurs de la Faculté de Médecine de l’Université de Montréal (UDM) ont été nommés Commandeurs à l’Ordre de Montréal, le titre le plus élevé de l’Ordre. Il s’agit du Dr Jean-Claude Fouron, pionnier de la cardiologie fœtale, d’origine haïtienne, et du Dr. Trang Hoang, chef de file de la lutte contre la leucémie. Les récipiendaires recevront leur insigne au cours d’une cérémonie qui se déroulera à l’hôtel de ville le 17 mai prochain, jour de la fondation de Montréal il y a 375 ans.

 

Projet de formation professionnelle pour 150 jeunes

Dans le cadre de son Programme de réduction de la violence communautaire (RVC), la Mission des Nations Unies pour l’Appui à la Justice en Haïti (MINUJUSTH) et ses partenaires ont clôturé avec succès un projet de formation professionnelle et d’auto-emploi, destiné à améliorer les conditions socio-économiques et de sécurité de 173 jeunes à risque de 17 à 28 ans (dont 80 femmes), dans des communautés de Cap-Haïtien et des périphéries du centre-ville de Port-au-Prince (Cité-Soleil et Martissant). Ils ont lancé un nouveau projet d’une durée de 6 mois en faveur de 150 autres jeunes, dont 45 femmes, de Cité-Soleil, de La Saline et de Martissant. Soulignons que ces deux projets se concentrent sur la formation professionnelle, la création d’activités génératrices de revenus et la canalisation vers l’auto-emploi pour les jeunes, ainsi que la promotion de la culture de la paix, afin de réduire la vulnérabilité économique, le risque de déviance vers des actions criminelles et l’exclusion sociale. Dans le cadre du projet clôturé, 156 jeunes (dont 50% femmes) ont suivi un stage professionnel de 3 mois en cosmétologie, couture, ébénisterie, réfrigération, soudure ou électricité dans des entreprises de la capitale. À la suite du stage, 24 jeunes (dont 10 femmes) ont été retenus par les entreprises, et 43 (dont 17 femmes) ont créé leurs propres activités génératrices de revenus. Les 156 participants ont également reçu des kits professionnels pour les aider à se consolider dans leurs métiers.

 

PNH : saisie d’armes

Dans le cadre d’une opération policière, le chef de bande Sony Jean, alias «Ti Je» a été abattu. Ce dernier est indexé comme responsable du massacre à l’impasse Eddy (Carrefour-feuilles) qui a fait 20 victimes le 24 avril 2019. Au cours de cette opération, la police a découvert une cache et a saisi 5 armes à feu automatiques dont un Galil, un T-65 et des munitions, selon l’inspecteur Michel-Ange Louis-Jeune, porte-parole de la PNH.

 

La DINEPA travaille dur dans le Nord-Ouest

Si la DINEPA a longtemps tardé à intervenir dans le Nord-Ouest, c’est en raison d’un problème de financement, a fait savoir le D. G. de l’institution qui dit être conscient du grand problème auquel est confrontée la population de ces régions qui s’alimentent pratiquement à l’eau des rivières ou des sources, hormis les résidents de la ville de Port-de-Paix qui disposent de l’eau potable 24/24 chez eux. «Notre rôle est d’apporter de l’eau potable dans les zones les plus reculées », souligne Guiton Édouard. Toutefois, sans les bailleurs pour financer nos projets, on a les mains liées, a fait remarquer le responsable. Le directeur en a profité pour lancer un appel pour une bonne gestion de l’eau. «Pas de défécation à l’air». St-Louis-du-Nord, Port-de-Paix et l’île de la Tortue ont été les différentes communes visitées par cette délégation de la DINEPA. Le sénateur du Nord-Ouest, Kédlaire Augustin, était également de la partie. Il s’est évertué, comme s’il était en campagne, à convaincre les populations sur la bonne volonté de cette institution étatique et son engagement à ce que son département puisse avoir accès à l’eau potable. Pari qu’il a pratiquement gagné à St-Louis-du-Nord, lors de la rencontre réunissant le gratin de cette ville. ETRECO est la firme haïtienne responsable de l’étude sur la faisabilité d’accès au Système d’Alimentation à l’Eau Potable (SAEP), dans la commune Saint-louisienne. Devant l’urgence de cette ville qui commence déjà à enregistré des cas de vomissements, diarrhées et maladies cutanées, en raison de l’utilisation des eaux des rivières, la compagnie s’est mise au travail, juste après la rencontre marquant le lancement. D’un montant estimé à 3,26 millions de gourdes, cette étude est financée par la Banque Mondiale mais l’exécution du projet en soi sera assurée par la Banque interaméricaine de développement (BID), dans le cadre du programme du grand Nord.

 

L’ANMH et l’AMIH saluent tous les journalistes et tous les médias

L’ANMH et l’AMIH, en cette Journée mondiale de la liberté de la presse, rappellent aux journalistes et aux médias, l’importance de travailler chaque jour avec la même rigueur pour continuer de mériter la confiance de la population, en diffusant une information vérifiée et crédible et pour continuer d’être la principale référence dans une réalité en mouvement, où les médias conventionnels ne sont plus les seules sources d’information. L’Association Nationale des Médias Haïtiens (ANMH) et l’Association des Médias Indépendants d’Haïti (AMIH) croient que médias et journalistes doivent tenir compte des changements profonds dans le domaine de la circulation de l’information où, désormais, chaque individu est un médium en puissance qui diffuse et propage des contenus qui ne sauraient être considérés comme de l’information, mais qui circulent en temps réel sur les médias sociaux, sans respecter aucune norme, sans aucune conformité avec les principes et la déontologie qui s’appliquent aux médias et aux journalistes professionnels. Tout ce qui circule sur les téléphones, sur les réseaux sociaux et sur Internet en général, ne provient pas des médias ni du travail des journalistes. Les auditeurs, les téléspectateurs et les internautes doivent être très perspicaces et faire très attention avant de croire et de partager une photo, une vidéo ou un extrait sonore. La bonne santé de notre société est à ce prix. En cette Journée mondiale de la liberté de la presse, l’Association Nationale des Médias Haïtiens (ANMH) et l’Association des Médias Indépendants d’Haïti (AMIH) appellent les consœurs et les confrères de la presse à redoubler de professionnalisme, pour que la liberté de la presse ne soit pas utilisée comme une arme de chantage qui pourrait finir par tuer cette conquête au service de la liberté d’expression de l’ensemble des citoyennes et des citoyens.

 

La maladie des porcs

Un cri d’alarme est lancé par l’agronome Pierre Charite Jean et Owell Théock, un ex-délégué départemental du Nord-Ouest, au ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), sur la maladie de Teschen qui cause actuellement la mort des porcs dans plusieurs régions du pays. «Il n’y a pas de vaccins actuellement disponibles contre cette épizootie au niveau du MARNDR», a affirmé l’agronome Pierre Charite Jean, propriétaire d’un élevage à Lilavois, une localité de Croix-des-Bouquets. Faute de vaccins, la campagne de vaccination contre la maladie de Teschen tarde encore cette année. «La campagne de vaccination contre la maladie de Teschen, connue dans la langue vernaculaire sous le nom de «ren kase», doit s’effectuer annuellement. Par ailleurs, il faut procéder à un rappel de vaccination tous les six mois», a expliqué Pierre Charite Jean, rappelant qu’une vaste campagne de vaccination contre la peste porcine et la maladie de Teschen avait été menée par le ministère de l’Agriculture, l’année dernière. Sans une campagne de vaccination, le risque pour que les éleveurs perdent leurs porcs devient imminent. L’économie paysanne repose sur l’élevage et l’agriculture, le porc est un pilier de ladite économie. Haïti est le seul pays de la région où la maladie de Teschen est observée, a soutenu M. Jean, qui compte environ 200 porcs.

 

Me Wando Saint-Villier exige

Le président de l’Association Professionnelle des Magistrats (APM), Me Wando Saint-Villier, exprime ses plus vives préoccupations par rapport au refus persistant du Pouvoir exécutif de nommer les juges qui ont bénéficié d’un avis favorable du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ). Le magistrat s’insurge contre des marchandages politiques entourant la nomination des juges. Il a fait part de l’intention de l’APM de mobiliser la magistrature, dans l’objectif de contraindre l’Exécutif à accorder le bénéfice de l’urgence aux dossiers des juges qui ont été acheminés par le CSPJ au Palais national. Le nouveau doyen près le tribunal de première instance de la ville de Jacmel, dénonce également l’attitude du CSPJ. Selon Me Wando Saint-Villier, l’organe régulateur du système judiciaire n’a rien fait pour contraindre le Président de la République, Jovenel Moïse, à donner suite aux requêtes que lui a adressées, à cet effet, le CSPJ.

 

Youri Latortue conteste la nomination d’un juge

Après le coordonnateur du Réseau National de Défense des Droits Humains, Pierre Espérance, c’est autour du sénateur de l’Artibonite, Youri Latortue, de contester la nomination de Me Patrique R. Métellus, au poste de Président de la Cour d’appel de Port-au-Prince. Le parlementaire soutient que cette nomination s’est effectuée en violation de la loi portant création du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire qui veut que le CSPJ donne son avis favorable à la nomination d’un juge, avant que celle-ci ne soit effective. De plus, Youri Latortue dit croire que cette nomination participe d’une tentative de l’administration du Président Jovenel Moïse, de contrôler l’appareil judiciaire pour, entre autres, empêcher la tenue en bonne et due forme, du procès PetroCaribe, ce vaste scandale de corruption dans lequel les noms de deux entreprises ayant appartenu au président Moïse sont frappés de suspicion. Il faut dire que le coordonnateur du RNDDH, Pierre Espérance, a récemment dénoncé la nomination de Me Metellus qu’il considère comme un juge «Clément» envers le pouvoir, comme Président de la Cour d’appel. La Cour d’appel est également appelée à plancher sur un autre dossier de corruption et de blanchiment d’argent impliquant le président Jovenel Moïse.

 Youri Latortue donne des conseils au D G de la PNH

Le sénateur Youri Latortue incite le Directeur Général de la PNH à adopter des mesures pouvant contribuer à contrecarrer l’action des bandits et à freiner le phénomène de la criminalité qui sévit en Haïti, ces derniers jours. Établir des barrages filtrants de police dans toutes les zones instables, faire l’inventaire de toutes les armes achetées par l’État haïtien, identifier, révoquer et procéder à l’arrestation des policiers impliqués dans les activités de gangs: ce sont quelques-unes parmi les douze mesures qu’il soumet à l’appréciation de l’institution policière. La liste est subdivisée en trois grandes catégories. L’objectif, selon le sénateur Latortue, est de réduire la criminalité et de protéger la population.

 Carrefour célèbre son 206e anniversaire

Le mercredi 1er mai, le maire de Carrefour, Jude Édouard Pierre, a lancé deux projets d’infrastructures à l’occasion du 206e anniversaire de la fondation de la ville. Il s’agit de la construction du centre culturel « Emmanuel Charlemagne », dans le quartier de Thor et du jardinage sur la route des rails. Plus d’un millier d’écoliers, venus de plusieurs établissements scolaires de la commune, ont participé à ces activités réalisées également à l’occasion de la fête de l’agriculture et du travail. Ils ont participé à la mise en terre de plus de 1 500 plantules dans une perspective de réaménagement du territoire avec, notamment, la plantation d’arbres forestiers, se félicite le maire Jude Édouard Pierre. Un peu plus tard dans la journée, le premier citoyen de la commune a participé à la pose de la première pierre de la construction du Centre culturel «Emmanuel Charlemagne», cet éminent auteur-compositeur, interprète et musicien haïtien, décédé en décembre 2017, à l’âge de 69 ans. Ce centre culturel devrait héberger la bibliothèque municipale de Carrefour ainsi qu’une salle de cinéma d’une capacité de 250 sièges, informe Jude Édouard Pierre.

Altidor Jean Hervé

 

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: