accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Lafito : les conséquences dangereuses

Le pays est devenu super corrompu. Les juges connaissent les règles du jeu. Et, de toute manière, la police hésite à enquêter sur des personnes trop proches du pouvoir. Elles sont donc rarement accusées. En vérité, les dirigeants de ce pays n’ont même pas besoin de faire ces appels. La raison pour laquelle la corruption est si prospère en Haïti est que ce pays possède un système de justice dépendant. Suite à la découverte de 16 bordereaux de douane falsifiés ayant permis la sortie du terminal du Port Lafito, le 14 avril 2019, sans autorisation et sans aucune inspection d’au moins 16 conteneurs, transportant des marchandises non identifiées et l’arrestation de 2 employés, le Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince, Paul Éronce Villard, et Romel Bell, le Directeur Général de l’Administration Générale des Douanes (AGD) avaient annoncé en conférence de presse, que dans le cadre de l’enquête en cours, il a été décidé la fermeture, à titre conservatoire, du Port Lafito. Paul Éronce Villard avait déclaré que les deux employés arrêtés ont livré un grand nombre d’informations et donné les noms d’autres individus qui seraient impliqués, des déclarations qui ont ouvert des pistes très importantes sur la disparition de 16 containers sortis du Port, sans inspection, dont au moins 2 «selon les rumeurs qui circulent» contiendraient des armes et des munitions. Il assure que les auditions vont se poursuivre et que toutes les pistes seront exploitées. Pour sa part, Romel Bell avait expliqué que c’est dans le cadre d’un contrôle que l’AGD avait découvert que deux employés de Lafito, n’ayant ni droit ni qualité, étaient en possession de formulaires AC1, concernant le déplacement et le suivi des containers, réservés à l’usage exclusif de la douane, sans pouvoir expliquer pour l’instant comment ces précieux documents ont pu se retrouver entre les mains de ces deux employés. C’était du bruit, ses deux sbires du pouvoir et la classe des oligarques n’ont pas les moyens de leurs politiques. Voilà pourquoi ni Paul Éronce Villard ni Romel Bell n’ont été en mesure de préciser quand le Port Lafito rouvrira, conscients qu’ils ne pouvaient résister aux mafias du pouvoir en place. Moins de vingt-quatre heures après, le Port Lafito a rouvert ses portes, sans aucun résultat d’enquête. Quelle honte pour ses sbires? En effet, dans une note en date du 25 avril, la Direction du Port Lafito a fait le point. Suite à la décision de justice qui a suspendu temporairement, à titre conservatoire, les activités de livraison de containers du Port Lafito, en raison d’une enquête sur la sortie de 16 containers sans inspection douanière, la Direction de Port Lafito S.A. informe qu’elle a repris ses services le jeudi 25 avril 2019 et regrette profondément tous les inconvénients engendrés par la fermeture temporaire de ses installations et travaille sans relâche pour atténuer les effets néfastes de cette interruption inattendue de ses services. «La Direction tient aussi à apporter un démenti formel et catégorique aux allégations de contrebande et d’importations illégales qui circulent ces derniers jours dans les médias et sur les réseaux sociaux, soulignant que le Port Lafito «continue de travailler en étroite collaboration avec les autorités concernées, afin de faire la lumière sur l’incident survenu et d’établir la vérité des faits. La Direction de Port Lafito S.A. maintient son engagement à améliorer la communication avec les instances étatiques du secteur, dans l’objectif permanent de renforcer toutes les procédures régissantes en la matière. Toutefois, elle souligne que «la suspension brutale des opérations d’entreprises à caractère de service public de ce type, affecte négativement l’investissement de capitaux en Haïti et l’appareil productif national, et génère des pertes substantielles pour le secteur des affaires et le pays», a indiqué les responsables, dans la note.

 

À rappeler que, dans le cadre de l’enquête, au moins deux personnes ont été appréhendées : Nathan Séide et Alex Jérôme, deux employés au service de Yves Marie Carlile Charles, l’un des responsables du terminal du port de Lafito. Après auditions, Éronce Villard, le Commissaire du Gouvernement a ordonné leur mise en détention, les a accusés de falsification de bordereaux de douanes et d’être impliqués dans le détournement de 2 ou 3 conteneurs, suspectés de contenir des armes et des munitions. Yves Marie Carlile Charles a été invité au Parquet de Port-au-Prince, le mercredi 24 avril, par le Commissaire du Gouvernement, afin de fournir des informations sur cette affaire.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: