accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

De la modernisation à venir dans le système bancaire

Pour son 40e anniversaire, la Banque Nationale de Crédit (BNC) compte lancer la Banque mobile. Le Sud est le département retenu pour le lancement de ce nouveau produit qui arrivera d’ici quelques semaines. Au 9e Sommet international de la finance, une démonstration a été faite le mercredi 24 avril 2019, où les participants de la troisième journée ont pu expérimenter ce produit destiné particulièrement aux zones reculées du pays. La Banque Nationale de Crédit innove. Au lieu d’attendre que les clients viennent à elle, la BNC décide d’aller à leur rencontre, en apportant la banque dans leur lieu d’activité. La Banque mobile a ainsi la vocation de rouler sa bosse dans divers endroits ; elle offrira ses services, les jours réservés au marché, dans les communes où elle élira domicile, pour exactement une journée. Les marchés publics seront les zones de prédilection de ce produit qui entend rendre effective l’inclusion financière. Les transactions pourront se faire en toute sécurité, nous a confié le directeur du développement commercial de la BNC, Lionel Guillaume. Camp-Perrin, Fond-des-Nègres et Côteaux sont les trois premières communes retenues pour l’instant. «Le choix de Fond-des-Nègres est provisoire, puisque sa succursale a été incendiée récemment», a expliqué Lionel Guillaume. «Les mêmes transactions offertes dans la banque physique de la BNC pourront s’effectuer dans sa banque mobile, a assuré M. Guillaume. Ouverture de compte, dépôts, retraits, attestations… le client aura accès à tous nos produits. Toutefois, pour certaines transactions, ce dernier ne pourra pas avoir la livraison sur place. Il devra attendre le prochain jour de marché pour prendre provision, pour une attestation par exemple», a indiqué Lionel Guillaume. Pour les demandes de crédit, on ne pourra certes pas faire l’analyse mais on pourra monter le dossier et l’acheminer pour le client, a-t-il poursuivi. Après le département du Sud, le cap sera mis sur le Nord. Pour sa part, la Banque de la République d’Haïti (BRH) veut créer un marché financier dans le pays. Cette annonce a été faite le jeudi 25 avril dernier, lors de la 4e journée de la 9e édition du Sommet international de la finance, consacrée au système bancaire. Une équipe de la banque centrale a fait la présentation de cet ambitieux projet. Selon Kemlet Coty, un comité de développement de ce marché financier a été mis sur pied par la BRH. «Ce comité, composé d’experts haïtiens et étrangers, a pour mission de réfléchir sur l’opportunité de développer un marché financier en Haïti. On vient de commencer de travailler sur ce projet. Conscient de l’existence de ce type de marché sur le terrain, notre objectif est de parvenir à la création d’un marché réglementé», a-t-il fait savoir, d’entrée de jeu, précisant que ce marché ne viendra pas concurrencer le secteur bancaire, mais le compléter. Jules Pierre Stuart a fait un état des lieux de l’environnement financier et les décisions à prendre, afin de favoriser la création du marché financier, soulignant que le faible taux d’épargne domestique est une contrainte majeure au développement de ce marché. Il a insisté sur la structure des passifs. «Nous avons surtout des passifs à court terme, tandis qu’il faut des passifs à long terme pour financer des projets d’envergure à long terme. Il est de l’intérêt de la Banque centrale de faciliter l’offre de capitaux à long terme», estime-t-il. Jules Pierre Stuart a également fait état de politiques mises en place par des pays en voie de développement, pour favoriser les marchés de capitaux. «Ces politiques touchent les aspects macroéconomiques et les politiques de l’emploi. Elles concernent aussi des aspects sectoriels tels que: le tourisme, l’agro-industrie, l’assemblage, qui peuvent créer de la richesse. Elles concernent aussi la réforme des institutions d’épargne à long terme », a-t-il fait savoir. Il est toutefois à noter que « 46% des adultes de 15 ans et plus sont exclus financièrement et seulement 11% de la population sont bancarisés en 2018 », révèlent l’étude sur l’inclusion financière : « FinScope Haïti 2018 », dont les résultats ont été présentés, le mercredi 24 avril 2019, au Karibe Convention Center, dans le cadre de la 9e édition du Sommet international de la finance, par M. Abel Motsomi, le représentant de Finmark.

Altidor Jean Hervé

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: