accueilActualité

50e anniversaire du massacre de Cazale

 

Le mercredi 27 mars 2019, la Fondation Devoir de Mémoire, GAD Cazale et la Fondation Lorquet pour une Nouvelle Haïti (FOLONHA) se sont associées pour commémorer le 50e anniversaire du massacre perpétré à Cazale par les sbires de Duvalier, le 27 mars 1969. Une délégation de la FOLONHA, composée de: Joël Lorquet, membre fondateur et conseiller; Makendy Pierre, membre, et Amos Cincir, président, a pris part à cette cérémonie. Des manifestations ont été organisées avec un grand rassemblement à Grand Chemin, d’où est partie une procession vers l’église catholique de la localité. À la suite de la célébration eucharistique, les Cazalais ont marché jusqu’à la place Résistance, lieu où ont été fusillés 13 opposants à la dictature de François Duvalier, où La Dessalinienne a été entonnée avec la pause de gerbe de fleurs, suivie d’une minute de recueillement. L’exécution d’une musique instrumentale pour l’occasion a été suivie d’un sketch présenté par un groupe de jeunes du Centre Culturel de Cazale. Dans son discours de circonstance, Gelium Nonon, un natif de Cazale, a retracé le fil des événements en détails. Son intervention a été suivie de celle de M. Leguenson Jules-Saint, animateur à la Fondation Devoir de Mémoire (DDM-H) qui a rappelé l’importance de commémorer un tel événement. Monsieur Jules-Saint a profité pour sensibiliser les Haïtiens, afin que cette jeunesse montante ne reproduise pas les mêmes erreurs que leurs prédécesseurs. Joël Lorquet, membre fondateur et conseiller de la Fondation Lorquet pour une Nouvelle Haïti (FOLONHA), a, pour sa part, rappelé les citations de Winston Churchill : «Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre» ; «Un peuple qui oublie son passé n’a pas d’avenir». Plus que jamais, ces phrases résonnent fortement aujourd’hui car nous devons regarder le passé et dire: JAMAIS PLUS. Jamais, Cazale ne doit connaître de telles atrocités, de telles barbaries. Voilà pourquoi, dit-il, les Haïtiens doivent continuer à combattre pour l’instauration d’une vraie démocratie pouvant nous conduire sur la voie du développement véritable et durable. Une Haïti où existe le vivre ensemble, sans considération de race, d’origine ou de couleur », a conclu Joël Lorquet. Du 27 mars au 12 avril 1969, Cazale, qui est la 4e section communale de Cabaret, a fait face à une série d’événements de couleurs sombres qui, jamais ne s’effaceront dans l’esprit des survivants, tous des ressortissants Cazalais. Les événements de 1969 sont considérés par plus d’un comme une première dans l’histoire nationale : un mouvement incluant les paysans comme base de la manifestation contre un régime autoritaire. Cette commémoration des 50 ans du massacre de Cazale a été rendue possible grâce au support financier de la Fondation Devoir de mémoire (DDM-H), en collaboration avec GAD Cazale et la Fondation Lorquet pour une Nouvelle Haïti (FOLONHA).

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Check Also

Close
Close
%d bloggers like this: