accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Haïti: l’inflation atteint 17%

En février 2019, l’inflation mensuelle en Haïti a connu une nette accélération en hausse de +1,5%, pour atteindre 17,0% (11% en février 2018) sur une base annuelle, contre 15,5% en janvier 2019, selon le nouvel Indice des Prix à la Consommation (IPC base 100, 2017-2018). Cette aggravation de l’inflation est due, notamment, au comportement des fonctions telles que:

Produits alimentaires et boissons non alcoolisées: (+1,9% sur un mois et 20% sur un an),

– Articles d’habillement et chaussures: (+1,7% sur un mois et 18,1% sur un an),

– Meubles, articles de ménage et entretien courant du foyer : (+2.2% sur un mois et 21,6% sur un an),

et Santé: (+2,2% sur un mois et 22,3% sur un an)

 

Produits qui ont connu les hausses les plus fortes en un an :

Alimentation : Riz importé : +22,7%, viandes : +20,7%, morue : +24,4%, lait en poudre: +25,9%, chadèque : +30,4%, banane : +27 %, manioc : +43,2 %, ‘’lam veritab’’ : +41,1 %. Articles d’habillement et chaussures : Culottes, gaines : +21,1 %, chemises : +20 %, vêtements pour enfants +21,6 %.

Logement : eau, gaz, électricité et autres combustibles : Gaz propane : +19,6 %, charbon de bois : +12,2 %. Meubles, articles de ménage : Inverteur : +29.3%, réchaud : +21.8%, insecticides : + 36.8%.

Santé : médicaments : +33,8 %, lunettes : +16,5 % et frais d’hospitalisation : +16,7 %.

 

L’indice des Produits Importés, en glissement annuel, s’établit à 19,0%, tandis que l’Indice des prix des Produits Locaux est à 15.9 %.

IPC par région géographique (février 2019) :

Au niveau régional, des variations mensuelles positives de l’IPC sont constatées au niveau de toutes les régions géographiques du pays pour le mois de janvier. Toutefois, les variations les plus significatives sont enregistrées au niveau des régions : Nord (16,8%), Sud (17,9%) et transversale : +17,4%. Aire Métropolitaine, pour le mois : + 1.7%, année : +16,6%
(Port-au-Prince, Delmas, Pétion-ville, Carrefour et Croix des Bouquet) ; le reste d l’Ouest : pour le mois : + 1,7%, année +16,7% ; (Départements du Sud-Est et de l’Ouest sans l’aire métropolitaine) ; Nord : mois + 1.5%, année +16.8% (Département du Nord, du Nord Est et du Nord-Ouest) ; Sud : mois + 1,7%, année +17,9% (Département du Sud, de la Grande-Anse et des Nippes) ; Transversale : mois + 1,6%, année +17.4% (Département du Centre et de l’Artibonite).

Par ailleurs, une correspondance de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA), acheminée le 14 mars dernier au Sénat, l’informait que la Chambre haute avait également géré des projets financés par des fonds PetroCaribe, à hauteur de 50 millions, transférés sur le compte bancaire du Sénat en septembre 2012, et a demandé des explications et tous les documents relatifs à ces projets. L’ex-Sénateur Simon Dieuseul Desras, ancien président du Sénat, à l’époque, a vivement réagi. Il a fait savoir que contrairement à ce qu’avance la CSC/CA dans sa correspondance, le Sénat n’a jamais reçu cette somme de 50 millions dont-il est question et accuse la Banque de la République d’Haïti (BRH) d’être responsable de cette manœuvre, étant dans l’incapacité de fournir des explications à la Cour pour certains décaissements. «La période de 2008 à 2016, tous les décaissements ont été faits sur la base de résolutions en Conseil des ministres», a dit Desras et il promet de présenter comme preuve, une copie de la résolution autorisant la Banque Centrale à transférer ces 50 millions du Fonds PetroCaribe sur le compte bancaire du Sénat. «Si un tel transfert de fonds de la BRH au Sénat avait existé, la CSC/CA l’aurait vu, lors de l’audit de la Chambre haute pour l’année fiscale 2011/2012, année pour laquelle le Sénat a obtenu décharge », a révélé Dieuseul Simon Desras.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: