ActualitéCoup d'oeil sur le mondePratiques culturellesSport

Le sport haïtien obtient des résultats positifs

Dans le cadre de la 4ème et dernière journée de la Ligue des Nations de la Caraïbe de la Confédération de l’Amérique du Nord, de l’Amérique Centrale et des Caraïbes (CONCACAF), dans un stade Sylvio Cator plein à craquer, les Grenadiers sont venus à bout de la sélection cubaine: les « Leones del Caribe » (les lions des Caraïbes), au terme d’un match haletant. Rappelons qu’au même titre qu’Haïti avec 9 points et 16 de priorité: (St-Marteen [13-0], Ste Lucie [2-1], Nicaragua [2-0]), la sélection cubaine comptait 9 points également, avec un différentiel de plus 14, grâce à trois victoires par blanchissage (Turks and Caicos [11-0] ; Grenade : [2-0] et République Dominicaine : [1-0]), en autant de matches disputés, dans le cadre de la Ligue des nations de la CONCACAF 2020. En première période, les Grenadiers se sont montrés agressifs devant un public de supporters acquis, contrôlant le jeu durant le premier quart d’heure, sans toutefois parvenir à trouver une faille dans la très solide défense des Lions. Il faudra attendre une superbe action de Duckens Nazon (#9), à la 27 minute, déjouant toute la défense cubaine, pour ouvrir le score en faveur d’Haïti [1-0], mettant fin à l’invincibilité du gardien cubain qui avait joué six matchs, sans avoir encaissé un seul but.

 

Mi-temps [1-0] en faveur d’Haïti

Au retour des vestiaires, les Lions des Caraïbes ont mis la pression sur nos Grenadiers, afin les mettre sur la défensive, une stratégie payante qui a permis à l’attaquant Luis Paradela (#23), sur une frappe mal repoussée par Johnny Placide, de trouver l’égalisation [1-1]. Suite à cette égalisation, les Grenadiers sont repartis à l’offensive, mais Kevin Lafrance et Jonel Désiré ont fait preuve d’une inefficacité déconcertante, en ratant plusieurs occasions de donner l’avantage à Haïti. Finalement, il faudra attendre Duc Nazon qui affronte seul, la défense cubaine, la prenant de vitesse. Il a superbement servi Kevin Lafrance (#13) à la fin de de la seconde période 89 minute, et celui-ci inscrit le but de la victoire pour les Grenadiers [2-1]. Cette victoire a permis aux Grenadiers de valider leur ticket pour la ligue A, en décrochant l’une des six places et en terminant premier de leur groupe (19 buts contre 18 pour le Canada). Par ailleurs, avec les quatre filles de l’athlétisme qui ont remporté quatre médailles, un or et trois en argent, les deux athlètes de l’équipe d’équitation qui en ont gagnées 5 autres: 1 or, 3 argent, et 1 bronze, et l’équipe de football unifiée qui a raflé une médaille d’or, Haïti a fait très bonne figure aux « Special Olympics » de 2019. Ces jeux se sont déroulés cette année à Abu Dhabi et Dubaï du 14 au 21 mars. La sélection haïtienne de football a affronté l’équipe cubaine, dans un match de qualification pour la Gold Cup, le dimanche 24 mars 2019. Ce match a fait couler des sueurs froides, vu le climat d’insécurité qui règne dans des quartiers environnant le stade Sylvio Cator. À cet effet, les autorités ont pris des dispositions devant faciliter cette rencontre. Christopher Philémond Pouloute est ce jeune athlète de 16 ans, doué en équitation, que Guerdès Louis, du Centre Équestre Chateaublond, entraîne depuis huit ans déjà. Comme Darlène, sa coéquipière qui a remporté 3 médailles, il est pris en charge par l’hôpital Nos Petits Frères et Soeurs, à cause de sa déficience intellectuelle. Mardi matin, Christopher a remporté une médaille d’argent en dressage, sa deuxième pour la compétition. Lundi, il avait terminé en troisième position pour une médaille de bronze en équitation. Heureux, le jeune homme n’a pas caché sa fierté. Son coach non plus. «Ce sont des mois de dur labeur. Nous méritons ces récompenses », a affirmé Guerdès. «Notre travail ici est terminé. Nous allons maintenant rentrer et encore mieux nous préparer pour l’avenir. Rendez-vous dans quatre ans, en Allemagne », conclut-il. Sacrée championne, en battant la Belgique 2-1, l’équipe de football d’Haïti a pris sa revanche sur les Jeux olympiques spéciaux de 2015, quand celle-ci encaissait 12 buts minimum par match. En athlétisme aussi, la compétition a été belle. 3 médailles d’argent, une médaille d’or en 100 m pour les filles qui ont donné le meilleur d’elles-mêmes. Entraînées par le coach Maxime Auguste de « Special Olympics Haïti », Widjmy Charles (médaille d’or), Christelle Paul (médaille d’argent), Renia Joseph (médaille d’argent) et Vanessa Pierre (médaille d’argent) ont encore prouvé qu’elles avaient de la détermination à en revendre et que l’important est de ne jamais abandonner. Ce sont là les caractéristiques d’un vrai champion. Ainsi, après une mauvaise expérience, lors de leur première course des 200 m qui avait causé leur disqualification, les jeunes femmes ne se sont pas laissé abattre, malgré la déception, et ont persévéré jusqu’à la victoire finale. Après les 12 médailles de 2015 et ces 10 médailles gagnées cette année, il n’y a plus aucun doute sur le talent de nos athlètes de «Special Olympics» Haïti. Avant le match, le maire principal de Port-au-Prince, Ralph Youri Chevry, a confié à Le Nouvelliste, que la municipalité a déjà pris toutes les dispositions visant à garantir la tenue de ce match. «En dehors du comité responsable des préparatifs, la mairie de Port-au-Prince s’engage à veiller à la réalisation dudit match», a déclaré Ralph Youri Chevry. À en croire l’édile de Port-au-Prince, des travaux de nettoyage ont été effectués à travers la commune, notamment dans les environs du stade Sylvio Cator, afin de maintenir l’environnement sain, durant quelques jours, pour le match. En guise de modification, il a souligné n’avoir jamais demandé aux gangs d’observer une trêve pour le dimanche 31 mars. «J’ai plutôt lancé un appel à tous les acteurs de la vie nationale, afin de contribuer à la réalisation de cette rencontre», a-t-il nuancé, rappelant qu’une victoire permettra à Haïti de franchir un stade important dans le football. Le président de la Fédération haïtienne de football (FHF) avait, quant à lui, dit attendre avec impatience ce match Haïti-Cuba, dans le cadre de la Ligue des nations, dans une situation de stress. Il dit avoir croisé les doigts pour que la rencontre se déroule sans incidents. «Les préoccupations étaient constantes et permanentes, au fur et à mesure que les jours avançaient pour la rencontre prévue le dimanche 24 mars entre Haïti et Cuba, au stade Sylvio Cator », a déclaré Yves Jean- Bart. Il a affirmé avoir reçu un appel du président de la CONCACAF qui lui a fait part de ses inquiétudes pour le match, à cause du climat d’insécurité qui prévaut en Haïti. Après avoir vu des images montrant des scènes de violence en Haïti, il a voulu me demander si la rencontre allait être encore possible. Il voulait avoir la garantie que l’équipe visiteuse, les arbitres, les officiels et les spectateurs seraient en sécurité et s’assurer que le match ne se transforme pas en une foire politique où les gens viendront pour faire passer leurs revendications, ce qui est contraire à la philosophie de la FIFA et de la CONCACAF. « C’est la première fois, pendant toute ma carrière, que j’ai reçu un appel du genre », a déclaré Yves Jean-Bart qui affirme avoir tout tenté pour convaincre le président de la CONCACAF, ainsi qu’un ministre cubain et le président de la Fédération cubaine de football qui étaient également sur la ligne.

Altidor Jean Hervé

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: