accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Jovenel Moïse, une métastase dans le système

Vous savez que si vous parlez à un mur, dussiez-vous lui parler pendant toute votre vie, vous n’obtiendrez aucune réponse car un mur, ça ne parle pas. Seules les têtes brûlées pensent que ça peut parler. La peau des «jovenéliens», elle ne vaut pas un rond, à mon avis. Et celle de leurs alliés, pas beaucoup plus. Des métastases dans un système: voilà ce qu’ils représentent. Incapables d’empathie, ni de s’entendre avec leurs alliés. Des paranos qui soupçonnent tous leurs voisins, de ce qu’ils sont eux-mêmes. Des tordus, assassins d’adolescents et de femmes, des criminels notoires, des voleurs, des menteurs et des bornés lobotomisés. « Le Président Jovenel Moïse ne contrôle pratiquement rien actuellement », selon les déclarations de l’ex-ministre de la Justice, Paul Denis, qui estime que le pays n’a jamais été dans une situation aussi difficile au cours des 30 dernières années.

Le mercredi 13 mars, le Secteur démocratique et populaire entamait une série de rencontres avec des secteurs clés de la société, avant d’arriver, le 29 mars, à leurs manifestations de rue, toujours avec le même objectif : « le départ du Président de la République ». De ce fait, les responsables du Secteur démocratique ont rencontré, le mercredi 13 mars à Port-au-Prince, les membres de Religions pour la paix. « Le Secteur démocratique et populaire avait sollicité une rencontre avec Religions pour la paix. Dans le souci de rencontrer tous les secteurs du pays, nous avons rencontré ce mercredi cette structure », a confirmé le secrétaire général de Religions pour la paix, le pasteur Clément Joseph. Le leader religieux a rapporté que l’organisation œcuménique a exhorté les opposants politiques à prendre le chemin du dialogue. « Nous avons fait savoir au Secteur démocratique et populaire que Religions pour la paix est au-dessus de la mêlée. Notre intérêt, c’est de faciliter tout dialogue qui peut être bénéfique à la population. Religions pour la paix a déjà rencontré d’autres secteurs dans la société, comme les membres de l’Exécutif. Nous sommes disposés à rencontrer tous les secteurs de la société, qu’ils soient politique, social ou économique. Nous n’allons jamais prendre parti en faveur d’un secteur, aux dépens d’un autre. Nous sommes neutres et au-dessus de la mêlée. Cependant, nous encourageons toutes les parties à prioriser le dialogue pour résoudre leurs différends», a expliqué le pasteur Joseph. Pour sa part, Me André Michel, porte-parole du Secteur démocratique et populaire, a confirmé qu’effectivement une délégation du Secteur démocratique a eu un entretien avec Religions pour la paix, pendant environ deux heures. « Cette rencontre a eu lieu au presbytère de l’église Saint-Pierre de Pétion-Ville. Nous leur avons dit très clairement pourquoi nous voulons le départ du président Jovenel Moïse et de son gouvernement. Nous leur avons dit que le plus important pour nous, c’est la réalisation du procès PetroCaribe et l’organisation de la conférence nationale haïtienne souveraine, pour jeter les bases de l’émergence d’un nouveau projet de société, dans l’intérêt de toutes les couches sociales de la nation haïtienne… », a dit André Michel, ajoutant que le Secteur démocratique et populaire a remis à Religions pour la paix des documents qui leur permettront de mieux comprendre la position du Secteur. En outre, le Secteur démocratique de l’opposition annonce d’autres rencontres avec des structures et des personnalités comme le parti AAA de Youri Latortue, le secteur protestant, la Conférence épiscopale, le Forum économique du secteur privé, le secteur Vodou, Madame Mirlande H. Manigat, les structures de l’organisation à Jacmel, à l’Arcahaie et dans le Plateau Central et avec certains autres partis politiques de l’opposition.

 

En plus, le secteur vodou haïtien dit attendre toujours d’être consulté, dans le cadre du dialogue national. L’Ati national, Joseph Fritzner Comas, a salué cette initiative mais émet, en même temps, des réserves par rapport à sa réalisation. Lors d’un point de presse donné le mardi 12 mars, le représentant national de cette religion a lancé un appel au dialogue à tous les secteurs de la nation, pour le bien-être du pays. «Tous les secteurs de la vie nationale sont concernés par la crise sociopolitique que traverse le pays et notamment le vodou. Le dialogue étant un moyen qui peut conduire le pays à une entente nationale, il est incontournable. Mettre fin à la crise qui perdure depuis des années par le dialogue sera bénéfique au pays», a fait part l’Ati national, Joseph Fritzner Comas. Toutefois, il émet des réserves sur sa réalisation. Bien qu’il soit un peu sceptique, il dit croire avant tout en l’intérêt du pays. Le prêtre vodou lance un appel à l’ensemble des forces vives de la nation haïtienne, en vue de prendre conscience de la réalité et de l’urgence du dialogue. Parallèlement, le Comité de facilitation du dialogue inter-haïtien, créé par le président de la République, avait annoncé avoir élaboré un agenda de travail qui lui permettra de rencontrer au plus vite les principaux acteurs.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: