accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Haïti, de retour sur la liste noire du tourisme mondial

En l’espace d’une semaine, Haïti est sortie de la carte touristique internationale et signe son retour sur la liste noire des tour-opérateurs internationaux, anéantissant ainsi des années d’efforts et de travail ayant permis d’atteindre ce résultat.  Les plateformes en ligne enlèvent Haïti de leurs réseaux, tant au niveau des réservations d’avion qu’au niveau des réservations d’hôtel.  Les principaux pays amis d’Haïti (Etats-Unis, France et Canada) demandent à leurs ressortissants de ne plus voyager ou d’éviter tout voyage non essentiel en Haïti, en raison de la détérioration de la situation sécuritaire dans le pays.  Le niveau d’alerte du département d’État américain concernant les voyages en Haïti est donc passé à 4, soit le dernier niveau.  La présidente de l’Association Touristique d’Haïti (ATH), Béatrice Nadal Mevs, a fait savoir que « l’image du pays a pris un sacré coup ».   « La frappe économique est terrible », a-t-elle souligné, avant de se lancer dans une série d’interrogations qui, pour l’instant, sont sans réponse.  Comment relancer l’image du pays ? Que faire pour redresser le secteur touristique ? Comment redonner confiance aux gens, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur ?  Quelle garantie on a pour demander aux touristes de revenir ?  Autant de questions auxquelles elle a été incapable d’apporter une réponse après les événements de ces derniers jours qui ont totalement paralysé l’industrie du tourisme et du voyage.  Les premiers effets directs des manifestations de l’opposition politique contre le pouvoir en place, déclenchées le jeudi 7 février, sur l’industrie du tourisme haïtien, commencent déjà à se faire sentir, tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle internationale.  Si pour l’instant, la présidente de l’ATH ne peut pas quantifier les pertes enregistrées ces derniers jours par le secteur, elle admet, sans l’ombre d’un doute, qu’elles sont énormes.  Dans le secteur hôtelier, tout d’abord, Richard Buteau, à la tête d’un groupe propriétaire de quatre hôtels établis dans la zone métropolitaine, dit avoir « les deux bras coupés ».  « Nous avons creusé un trou tellement profond que je ne vois pas la lumière, je ne vois pas comment on va s’en sortir », a déclaré au journal Le Nouvelliste, l’hôtelier qui se dit attristé par l’inconscience mais aussi par les résultats de ce qui vient de se passer dans le pays.  Pour la première fois depuis l’ouverture de Karibe Convention Center, fleuron du groupe, nous avons atteint ce niveau de 4 chambres occupées, a révélé  Richard Buteau. « Avec 4 chambres occupées, je ne peux plus soutenir mes 250 employés à plein temps ainsi que mes 80 autres à temps partiel », a-t-il poursuivi.  La ministre Marie Christine Stephenson s’est dit « consternée par les impacts de la conjoncture actuelle qui, en plus des aspects purement économiques (entrées journalières, emplois, taxes), affectent profondément l’image d’Haïti, une destination caribéenne authentique et inoubliable ».  Cette destination dont la remise sur la carte touristique demande un effort constant, est en proie, une fois de trop, à des crises récurrentes de gouvernance qui ne font que nous éloigner finalement des indicateurs de développement humains et économiques, a indiqué Mme Stephenson dans un document. Elle précise que le secteur renaîtra en dépit des lourdes conséquences qui découlent des émeutes, des scènes de pillage et de casse.  Le tourisme est une industrie qui redore le blason d’Haïti sur l’échiquier mondial et fait vivre de larges franges de la société, a-t-elle indiqué, tout en appelant les principaux responsables de l’État ainsi que les avatars du secteur privé, à travailler de concert avec le peuple, aux fins de prévenir ces situations d’incertitude et d’effroi, de garantir en tout temps la sécurité de nos standards d’accueil.   « Le Ministère se joint au reste de l’Exécutif pour partager la tristesse des familles touchées par les actes de violence.  Par ailleurs, il souhaite réitérer l’appel à la protection des conditions propices à l’investissement touristique, ce qui participera de la crédibilisation des efforts en matière de marketing.  Le ministère du Tourisme a la ferme certitude que le climat de paix sera rétabli et, concomitamment, les conditions susceptibles de favoriser ses démarches de repositionnement d’Haïti sur la carte touristique internationale », a fait savoir la ministre.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Close
%d bloggers like this: