accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Ras-le-bol du venin impérialiste !

Qu’est-ce qui dérange de brûler un drapeau impérialiste? Ils ont bien raison, ces pauvres gens! Ras-le-bol du venin impérialiste! Les impérialos-oligarques ont détourné toutes les aides que la communauté internationale (la vraie) avait récoltées, afin de venir en aide à ce pays ravagé par les catastrophes de tous ordres, les milliards détournés dans les paradis fiscaux occidentaux. Voilà que les rats quittent le navire, laissant le pays encore plus misérable qu’avant leur venue. Ces détrousseurs de cadavres qui se gargarisent de droits de l’homme à longueur de journée, ne les ont jamais autant piétinés qu’aujourd’hui. Les Haïtiens qui réclament l’aide de Poutine, comme un noyé une bouée de sauvetage, ont peut-être enfin compris où se trouve l’axe du mal qui dévaste la planète. Washington soutient toujours les dictateurs. Et les installe même. Les Talibans en Afghanistan, Pinochet au Chili, Porochenko en Ukraine, Jovenel Moïse en Haïti, etc, etc, etc. Libérez-vous de la pourriture yankee, tournez-vous vers de vrais amis: la Russie, la Chine, l’Iran, le Venezuela. «À bas l’Amérique! Vive Poutine!». Des protestataires haïtiens sollicitent l’aide de la Russie contre le régime au pouvoir qu’ils qualifient de «marionnette des États-Unis». En effet, un reportage de l’AFP en français, diffusé le vendredi 15 février 2019, représente des photographies surprenantes, montrant des Haïtiens en train de brûler des drapeaux américains, alors que les troubles et le chaos persistaient, en particulier, dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince. «Cela fait quelques jours que les grandes villes haïtiennes sont pratiquement toutes «bloquées», en raison des manifestations de masse, exigeant la démission du Président Jovenel Moïse, celui même que les manifestants haïtiens accusent de corruption et de mauvaise gestion du pays, avec une inflation galopante à son passif. Contrairement au Venezuela où les États-Unis ont tout de suite annoncé leur appui aux émeutiers soutenant Juan Guaido, ancien chef de l’Assemblée nationale s’étant autoproclamé président en exercice; en ce qui concerne Haïti, Washington a apporté son soutien au chef de l’État qui fait l’objet, depuis 2017, de critiques et d’une vague de colère populaires», a décrit le reportage. «Nous demandons à la Russie, au Venezuela et à la Chine de jeter un regard sur la misère dans laquelle nous vivons ici.» Ces manifestants dénoncent une politique haïtienne dépendant depuis longtemps de Washington, faisant appel à la Russie et à la Chine. Ainsi, le suivisme du gouvernement de Jovenel Moïse envers les États-Unis était, en fait, la goutte qui a fait déborder le vase, dans un scandale politiquement complexe et qui a pris de l’ampleur, à la suite de l’accord PetroCaribe. En fait, le gouvernement haïtien est accusé de corruption dans la gestion financière de cet accord.

 

De quel pays ami parle Céant?

Le Premier Ministre Céant a vivement condamné le samedi 16 février, lors de son soi-disant adresse à la nation, la destruction d’un drapeau américain par le feu, le vendredi 15 février, lors d’une manifestation de l’opposition. «Nous condamnons l’acte malhonnête fait sur le drapeau de nos amis américains. Nous condamnons aussi les attaques perpétrées sur les Ambassades de pays amis tels que le Pérou et l’Italie. Ces actes ne sont pas bons du tout et n’honorent pas la fierté de la Nation». On comprend bien cette condamnation car l’esclave est toujours prêt à servir son maître. Courage Peuple Haïtien. Le Temps des Tontons Macoutes, est terminé, vassaux des USA. À mes frères, courage! On n’en veut plus des USA.

Emmanuel Saintus

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: