accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Le Forum Économique critique la provocation de Jovenel Moïse

Le peuple est bien conscient que, pour grandir, il faut faire beaucoup d’efforts et que notre succès passe par la voie de nos efforts. Grâce à un Leader sage, le peuple connaît tous les angles cachés de la pensée de l’ennemi. Tout le tort fait par Jovenel Moïse finira par le conduire à sa fin. Jovenel Moïse, les marcheurs de la résistance arrivent. Vous ne pourrez pas vous échapper … La réalité sera plus dure que la fiction hollywoodienne. Fuyez, pendant qu’il en est encore temps, sinon les marcheurs vont vous écraser sous leurs bottes ! Il a déjà commencé à pleuvoir sur le Palais national. Attention! Le peuple, dans sa fureur aveugle, peut tout faire. Tout observateur qui suit attentivement la situation en Haïti, sait tout cela… Il semble qu’il n’y ait que les premiers concernés qui s’imaginent toujours être en mesure de faire face à ces fronts divers… Il faut surtout les laisser dans leurs illusions, la surprise n’en sera que plus douloureuse. En réalité, Jovenel Moïse nous dévoile le programme qu’il a l’intention de mettre en pratique cette année: provoquer un conflit avec le peuple pour que cela déclenche le soulèvement généralisé qu’il attend tellement.

Réagissant au discours à la Nation du Président Jovenel Moïse, le 14 février, le Forum Économique du Secteur Privé, tout en reconnaissant la responsabilité de tous dans la faillite collective d’Haïti, «s’attendait à un discours rassembleur, conciliant, apaisant et mobilisateur du Président de la République. Malheureusement, ce dernier a délibérément fait le choix d’un discours provocateur, accusateur, diviseur.» Le Forum souligne que le Chef de l’État a cherché à se déresponsabiliser des échecs accumulés au cours des 16 dernier mois: «perte de confiance, perte de crédibilité de nos institutions, déficit budgétaire record, dépréciation accélérée de la gourde, inflation galopante, absence de reddition des comptes des fonds publics, mauvaise gouvernance, instabilité politique, insécurité etc..» Et de poursuivre que «Le Président de la République se dit à l’écoute de la population et s’enorgueillit de comprendre leurs problèmes. Mais, il qualifie ceux qui lui reprochent de ne pas écouter et de ne pas respecter sa parole, d’être des anti-démocrates qui proposent une mauvaise solution à la Nation : la transition». Dans son attachement à l’ordre constitutionnel, le Forum «prend littéralement au mot, l’invitation au dialogue du Président de la République qui dit ouvrir ses bras à tous ceux et celles qui ne sont pas d’accord avec lui, en les invitant à s’asseoir à la recherche d’un grand consensus pour un accord politique permettant de résoudre les problèmes du pays». Le Forum espère que cette invitation est sincère et que le Président trouvera la formule efficace pour réunir, dans les meilleurs délais, toutes les parties, « […] quels que soient les sacrifices et les concessions à faire, pour crédibiliser et rendre ce processus de dialogue efficace, transparent, absent de méfiance et non un sempiternel dialogue de sourds.»

Le Forum attend de la Présidence :

  • la publication d’une feuille de route inclusive sur la négociation de sortie de crise ;-
  • l’adoption et la mise en œuvre d’une politique économique, saine, débarrassée d’expédients populistes;
  • une lutte efficace contre toute forme de corruption ;
  • l’application sans équivoque des procédures de reddition des comptes de l’État, y compris le suivi avec célérité des investigations conduites sur l’utilisation des fonds du Programme PetroCaribe;

Le Forum attend également de l’opposition, qu’elle fasse preuve de sagesse, d’abnégation et de patriotisme et qu’elle accepte de s’asseoir à la table des négociations à laquelle elle sera invitée.

 

En outre, après s’être entretenu avec le Premier Ministre Jean Henry Céant, le Président Jovenel Moïse, le Forum Économique, la Cour de Cassation, Religion pour la Paix, des leaders de l’opposition et autres acteurs de la nationale, en vue de trouver des solutions à la crise, Carl Murat Cantave, le Président du Sénat, a livré, le jeudi 14 février aux médias, les conclusions issues de ces rencontres, en 5 points:

« 1) Nous demandons que l’Exécutif prenne ses responsabilités face à la Nation, il faut que le Président parle sans perdre de temps. Il faut qu’il donne la preuve que le pays est encore dirigé ; 2) Nous demandons au secteur démocratique et populaire [Opposition], dans un élan patriotique, de faire une petite trêve sur l’opération «LÒK Peyi» pendant un petit moment ;

3) Nous demandons aux trois pouvoirs de l’État, au secteur privé, au secteur démocratique et aux représentants de la presse, à la société civile, aux représentant de l’église de s’assoir ensemble pour faire une proposition de sortie de crise dans l’intérêt supérieur de la Nation ;

4) Nous demandons dans ce dialogue que l’Exécutif fasse toute l’ouverture possible et imaginable pour faciliter la sortie de crise avec toutes les options sur la table. Il faut que ce dialogue se fasse dans la transparence et l’honnêteté.

5) Il faut que ces assises se réalisent maintenant, tout de suite, avant 4 jours, sans perdre de temps. »

Emmanuel Saintus

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: