accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Dialogue : Des pokers menteurs !

Décidément, les jovenéliens, après avoir allumé des feux ça et là, ne s’expliquent pas d’où vient la fumée.  Jovenel et Céant : des sans gênes et sans scrupules.  Ils s’imaginent qu’ils ont quelque chose à dire.  Ils essayent : ça prend ou ça ne prend pas, mais avec le peuple, ce projet fou est tombé à l’eau.  Sans aucun justificatif, il est difficile de convaincre le peuple.  D’ailleurs, les jovenéliens parlent de conspirations pour dévier l’opinion publique des accusations de corruption portées contre le Président Jovenel Moïse et ses proches.  Ce prétendu forum sur le Pacte de Gouvernabilité a été rejeté par les nombreux secteurs clés du pays.  Les agissements du pouvoir sont voués à l’échec.  Dans ce carrefour, le dialogue conduit par Jovenel Moïse et Céant est voué à l’échec et ne mènera à rien.  En effet,  même les représentants du parti au pouvoir (PHTK) n’ont pas mis les pieds au Forum.  Les partis de l’opposition démocratique ainsi que d’autres partis, ont boudé le forum national sur l’élaboration du Pacte de gouvernabilité, le mardi 22 janvier 2019, au Centre de Convention de la Banque de la République d’Haïti.  La plupart des leaders de partis politiques les plus connus, ont  brillé par leur absence, lors de ce forum.  Ce fut une opération de propagande, au lieu de toute autre chose.  Arrivé après deux heures de retard, Jovenel a désavoué son premier ministre, Jean Henry Céant.  «Il y a des gens importants qui ne sont pas présents, il faut continuer encore à travailler », a-t-il conseillé au premier ministre Céant, faisant savoir que son dialogue, il le lancera le 7 février prochain.  « Il doit poursuivre avec les consultations, afin de sensibiliser davantage tous les leaders de groupes organisés, à monter à bord du train du dialogue initié depuis le 21 novembre 2018 », a dit Jovenel Moïse.  La rumeur veut qu’il ne fait pas totale confiance à Jean Henry Céant.  La Primature a critiqué les déclarations du président de la République, Jovenel Moïse, à travers lesquelles il a exprimé son insatisfaction, quant à l’atteinte des objectifs de la mission confiée à Jean-Henry Céant, consistant à mener les acteurs du pays à la table des négociations.  « Le Premier ministre Céant est insatisfait de la soi-disant insatisfaction du Président de la République », a réagi le porte-parole de Jean-Henry Céant, Pascal Adrien, sans langue de bois.  Très remonté envers le chef de l’État, Pascal Adrien a expliqué que la Primature est déçue du comportement affiché par Jovenel Moïse, lors de l’ouverture officielle du Forum national autour du Pacte de Gouvernabilité.  Pour Pascal Adrien, Jovenel Moïse était inélégant, dans sa manière de critiquer le travail de son Premier ministre.  Jean-Henry Céant a fait ce qu’il pouvait, lance Adrien.  En ce sens, le porte-parole dit avoir cru que le Président allait tenir compte des efforts conjugués par Céant, dans un contexte aussi difficile, pour mener à bien le dialogue.  « Aujourd’hui, le terrain est aplani. Le vent de l’accalmie qui souffle sur le pays, ces derniers jours, sont les résultats des consultations engagées par le Premier ministre auprès des secteurs des 10 départements géographiques du pays », a fait savoir Pascal Adrien.  Le porte-parole de Jean Henry Céant n’écarte pas la possibilité que le Président exprime ses vœux de voir un nombre plus large d’acteurs autour de la table des discussions.  Toutefois, il indique que le Président aurait dû saluer le travail qui traînait pendant plus d’un an  mais que Jean-Henry Céant est parvenu à effectuer, seulement en deux mois.  Il a rappelé que l’opposition radicale ne jure que par le départ de Jovenel Moïse.  Il s’interroge sur la possibilité que Jovenel Moïse mette sa démission, au menu des assises avec cette dernière.  « Jovenel Moïse, a-t-il oublié que l’aile dure exige son départ pour entamer tout processus de dialogue ?  Sinon, sera-t-il prêt à plier bagage afin que le dialogue dont il rêve soit démarré, se questionne  Pascal Adrien.  Et de conclure que le chef du gouvernement précise que Jean-Henry Céant n’a pas une baguette à frapper pour convaincre les membres de l’opposition radicale de participer à ce dialogue.  Entre temps, plus d’une douzaine  de personnalités, membres de partis politiques et d’organisations de la société civile, dans une déclaration conjointe, ont fait des recommandations à l’Exécutif.  Les signataires de cette déclaration parmi lesquels : l’Initiative de la société civile, le Centre œcuménique des droits humains, des formations politiques telles que : Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP); INITE; LAPEH; Aysisyen pou Ayiti; Vérité et Tèt ansanm pour le sauvetage d’Haïti, ont critiqué le fait que la proposition de pacte de gouvernabilité faite par le gouvernement n’a pas tenu comptes des avis d’autres secteurs du pays.  Ils conseillent à l’Exécutif de permettre à ce que d’autres acteurs participent à l’élaboration de ce pacte.  Selon eux, le document proposé par le gouvernement est semblable à un texte soumis pour simple approbation.  En plus, les signataires écartent toute possibilité que le dossier PetroCaribe fasse l’objet d’une entente, comme le propose le gouvernement. « Il s’agit de fournir aux organismes de contrôle financier et à la justice, les moyens et les conditions pour faire convenablement leur travail,  afin que luise la vérité et qu’un procès équitable et juste ait lieu », a dit la note.

Emmanuel Saintus

 

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: