accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Des agents de police assassinés

La PNH continue de compter des morts dans son camp.  En effet, pas moins de dix (10) policiers sont tombés sous les balles assassines, au cours de ce mois de janvier 2019.  Les bandits armés ne cessent de frapper les membres de la police nationale d’Haïti.  L’inspecteur Vital Michel, qui était à bord d’un «tap-tap», a été assassiné le vendredi 25 janvier par des individus non identifiés, à Delmas 16.  La victime se trouvait à bord d’un véhicule de transport en commun (Tap-tap), au moment où il a été attaqué.  Ils l’ont abattu de plusieurs projectiles, avant de prendre la fuite à bord du véhicule en question.  L’inspecteur était affecté à la Direction de la circulation et de la police routière (DCPR).  Également, le corps sans vie d’un policier affecté à l’unité spéciale police des frontières, a été retrouvé dans la commune de Carrefour, le vendredi 25 janvier.  Des individus armés, non encore identifiés par la Police nationale d’Haïti (PNH), ont tué deux (2) personnes, dont un policier identifié sous le nom de : Albatre Fenton Garlil.  L’agent en question a été tué à Mahotière 75 (commune de Carrefour), dans la nuit du 24 au 25 janvier 2019.  Le policier est issu de la 28e promotion de l’institution policière.  « Les victimes revenaient d’une boîte de nuit située au niveau de ladite commune », a fait savoir un témoin.  En outre, des barricades de pneus enflammés ont été érigées dans la matinée du 28 janvier 2019, au bas de Delmas, précisément à Delmas 2, 4, et 6. Selon des informations recueillies auprès de certains résidents, l’objectif de cette protestation consiste à dénoncer les actes d’assassinat perpétrés sur des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH). Ainsi, les protestataires en profitent-ils pour exprimer leur solidarité aux familles des agents de police assassinés.  Certains protestataires sont très hostiles aux dirigeants des organisations de défense des droits de l’homme qui, selon eux, ne font pas cas de l’assassinat des policiers dans leurs rapports.  « Pourtant, ils n’ont pas cessé de critiquer le fonctionnement de la plupart des agents de la PNH ».  Aussi, ont-ils dénoncé la recrudescence de l’insécurité dans le pays, au cours de laquelle, les agents de l’institution policière sont les principales victimes, pendant de ces derniers jours.  Les protestataires ont exigé aux autorités policières et judiciaires de sévir contre les malfrats, afin de donner une réponse appropriée à ce phénomène qui gangrène la société.  En plus, dans la nuit du mercredi 23 janvier 2019, des individus armés ont tiré sur le véhicule du maire principal de Carrefour, Jude Edouard Pierre.  La voiture de Jude Édouard Pierre, Maire de la commune de Carrefour et également président de la Fédération nationale des maires d’Haïti (FENAMH), a été visée par des individus armés, dans la soirée du 23 janvier, à proximité du Commissariat de Carrefour (OMÉGA).   Le véhicule présente les traces d’au moins un impact de balle.  Le Maire de Carrefour lance un appel aux autorités concernées, afin de garantir la sécurité des citoyens et d’ouvrir une enquête sur cette attaque.  Aussi rappelle-t-il que le Centre de documentation de la mairie a été incendié et des individus ont enlevé des panneaux d’affichage relatifs à certains projets en cours de réalisation dans la commune, précisant qu’il y a des individus jaloux de ses réalisations au niveau de la commune, sans toutefois citer de noms.  Par ailleurs, dans une note, en date du 25 janvier 2019, le ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT) se dit choqué d’apprendre l’attaque perpétrée par des individus armés, non identifiés, contre le véhicule du maire de Carrefour, Jude Édouard Pierre.  Le MICT condamne cette agression qu’il juge intolérable, ce, quel que soit le mobile et le citoyen ciblé, et d’autant plus, pour avoir visé le premier citoyen de la commune de Carrefour, dans la soirée du 23 janvier.  En ces circonstances, le MICT réitère son plein soutien au Maire de Carrefour, ainsi qu’à la Fédération Nationale des Maires Haïtiens (FENAMH), dont monsieur Jude Édouard Pierre est également le président. Enfin, le ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales renouvelle sa confiance dans le professionnalisme et la détermination conjugués des forces de l’ordre et de la justice haïtienne, en vue de diligenter une enquête pour appréhender et punir les auteurs de ces actes malhonnêtes. D’autre part, le Sénateur Carl Murat Cantave a présidé sa 2ème séance plénière au Sénat de la République.  Les sénateurs ont discuté de la Proposition de Loi portant sur la «fabrication, la commercialisation, la détention, le contrôle, le port et l’usage d’armes à feu, sur le territoire de la République d’Haïti ».

Emmanuel Saintus

 

Related Articles

Close
%d bloggers like this: