accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Moïse et Céant veulent à tout prix dialoguer

Le Premier Ministre haïtien, Jean Henry Céant, annonce une nouvelle étape dans le processus de dialogue politique, avec la tenue d’un forum national. Cette initiative qui sera concrétisée dans les prochains jours, regroupera les forces politiques, des organisations et personnalités de la société civile, du monde des affaires et de la fonction publique. Les contours du pacte pour la stabilité et le progrès, qui ont été dessinés, à la suite des ateliers de travail réalisés dans les dix départements, seront à l’ordre du jour de cette rencontre. Le Forum national qui sera réalisé sous le leadership du chef de l’État, à l’ambition de poser les bases solides et consensuelles pour casser définitivement le cycle vicieux de l’instabilité politique, a laissé entendre le chef du gouvernement. Il affirme que le dialogue politique a constitué la priorité de l’action de son gouvernement. Il soutient que les consultations visent à parvenir à un pacte de gouvernabilité entre les différentes parties prenantes. Le dialogue élargi a mobilisé le plus fort de notre énergie, car il y va de la survie de notre projet démocratique, a dit M. Céant, dans son discours pour présenter le bilan de l’action de son gouvernement. Le dialogue avec toutes les forces vives du pays vise à garantir la stabilité politique, condition préalable à tout décollage économique et au progrès social. M. Céant donne l’assurance que le Forum permettra de s’engager sur la voie de l’alternance politique et démocratique, et du développement économique et social. Le chef du gouvernement a souligné que ses rencontres précédentes constituaient « un pré dialogue ». Le véritable dialogue sera lancé à partir du document, a-t-il précisé. Au cours de cette première étape, il avoue avoir fait face à des difficultés qu’il considère comme étant normales. Selon Céant, on s’évertue à changer de gens à tous les niveaux, mais on n’a pas encore fait assez d’efforts pour changer le pays. « Le dialogue nous permettra de nous battre ensemble pour changer le pays… », croit-il savoir, ajoutant qu’à travers ce dialogue, se dégagera « une conscience collective… ». Jean-Henry Céant a proposé que le dialogue s’étale sur trois ans, ce qui correspond au reste du mandat de cinq ans du président de la République. Toutefois, il a reconnu qu’au cours du dialogue, les participants pourraient estimer que les trois ans sont trop longs ou trop courts. Pour sa part, le chef de l’État haïtien, Jovenel Moïse, appelle tous les acteurs à l’unité, afin de relever les grands défis de 2019. Dans son discours sur l’état de la Nation, devant l’Assemblée Nationale, le lundi 14 janvier 2019, le président Moïse a promis de favoriser la réalisation d’élections honnêtes, crédibles, démocratiques et transparentes. Il exhorte les législateurs à voter la loi électorale et le budget qui accorde les allocations indispensables à l’organisation des élections. 2019 est l’année des grands rendez-vous républicains, a lancé le président Moïse, promettant l’adoption de toutes les dispositions pour respecter les exigences constitutionnelles. Conscient de la nécessité de créer un climat propice à la tenue des joutes électorales, le président Moïse a soutenu que 2019 est également l’année du dialogue et de l’entente. Le dialogue, afin de cheminer vers le changement, est une obligation et non une option, a martelé M. Moïse. Il dit être dans l’attente du premier rapport du Premier Ministre sur les deux premiers mois du dialogue. De l’avis de M. Moïse, le dialogue permettra la stabilité politique, indispensable au progrès économique et à la création massive d’emplois.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: