accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

En Haiti : rareté des carburants

Depuis quelques jours, principalement dans la zone métropolitaine, les automobilistes et autres consommateurs, constatent une certaine rareté de carburants, notamment dans les stations à essence de National et Total, sans que l’on puisse parler de pénurie au niveau national. David Turnier, Président de l’Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers (ANADIPP), a dit que la situation est grave, soulignant que les distributeurs de carburants ne disposent d’aucun levier pour influencer l’achat des produits pétroliers. Il exhorte le Bureau de Monétisation de l’Aide Publique au Développement (BMPAD), responsable des achats, de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour mettre un terme à ces pénuries récurrentes. Il explique que les distributeurs ont été surpris de ce manquement partiel, fin décembre 2018, alors que les versements ont été effectués pour le compte des compagnies pétrolières Total, Ti Mazout, DYNASA, Capital, Sol et DNC, déplorant un approvisionnement partiel. Les membres de l’ANADIPP font partie des premières victimes la pénurie, lance M. Turnier, faisant état de l’agressivité de certains automobilistes, accusant les distributeurs de favoriser le marché noir. De plus, il note que les distributeurs ne peuvent réaliser les bénéfices habituels, tout en maintenant les mêmes dépenses de fonctionnement. De son côté, Fils-Aimé Ignace Saint-Fleur, Directeur Général du BMPAD, explique que cette situation a été causée par une surconsommation de carburant durant la période des fêtes, et assure que le diesel et la gazoline seront de nouveau disponibles dans toutes les stations à essence, dès le lundi 7 janvier, et que le BMPAD avait pris toutes les dispositions pour éviter que cette situation se reproduise. Saint-Fleur a dénoncé le comportement de certains individus qui ont stocké massivement le carburant, afin de bénéficier du marché noir. Il souligne que cette stratégie est vouée à l’échec, puisque la dernière livraison du diesel a déjà été distribuée aux compagnies pétrolières. Il a laissé entendre que le retard dans la dernière livraison est le résultat du paiement tardif des distributeurs de produits pétroliers. Certaines créances remontent à deux mois, explique M. Saint-Fleur faisant valoir que les récents versements de plusieurs compagnies ont permis de mobiliser les ressources financières nécessaires à l’achat de carburant. Les compagnies doivent payer leurs dettes en dollars américains, insiste le directeur du BMPAD, organisme détenant le monopole pour l’achat de produits pétroliers. Cet organisme fait l’acquisition de l’essence pour le compte des compagnies pétrolières. Des retards de paiement seraient à l’origine de l’impossibilité d’obtenir de nouveaux crédits.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: