accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Le Chantier de la criminalité fait peur

Le samedi 5 janvier 2019, dans la communauté de Pinzón, sur la ligne appelée Tierra de Nadie, dans la zone frontalière d’Elías Piña, des trafiquants haïtiens, en train d’introduire des stupéfiants sur le territoire dominicain, ont été surpris par une patrouille du Corps spécialisé de la sécurité des frontières terrestres (CESFRONT), sur laquelle ils ont ouvert le feu, blessant mortellement un militaire, Oriano Montero Encarnación, originaire de la municipalité de Hondo Valle. Les militaires ont répliqué et, lors de la fusillade, un Haïtien a été tué, avant que ses complices ne s’enfuient en Haïti. Sans pièce d’identité, la victime haïtienne n’a pu être identifiée. Les corps des deux victimes ont été transportés à la morgue de l’hôpital Rosa Duarte de Comendador, dans la municipalité d’Elias Piñas. Ces informations ont été fournies par le maire de Comendator, Israël Aquino, alors qu’il se trouvait à la morgue de l’hôpital.

Un présumé chef de gang, connu sous le nom d’Angelot, a été tué le vendredi 28 décembre dernier, dans la zone de Lilavois (Commune de la Croix-des-Bouquets), à la suite d’un coup de filet de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), sur la Route Nationale # 3. Ce présumé chef de gang a été considéré comme l’assassin de Wadson Jean, agent de la BOID, qui avait trouvé la mort à Lilavois, au cours du mois d’octobre 2017. Accompagné de sa femme, il avait été atteint de plusieurs projectiles et abattu devant chez lui, par des individus armés, selon ce qu’avait témoigné le frère de la victime, Wesly Jean. En plus, le samedi 29 décembre 2018, la police locale de la commune de l’Estère a confisqué un véhicule à bord duquel se trouvait le puissant chef de gang Arnel Joseph qui a eu le temps de prendre la poudre d’escampette, en abandonnant le véhicule. Des bandits et le chef de gang du village de Dieu se trouvant à l’intérieur de ce Nissan Patrol de couleur grise, vitres teintées, auraient dévié de leur parcours, après avoir vu qu’ils étaient poursuivis par des agents de l’unité de maintien de l’ordre (UDMO). Ils se seraient par la suite dirigés vers Petite-Desdunes, deuxième section communale de l’Estère. Arrivés à «Gran Rak», une localité de Petite-Desdunes, les occupants du véhicule ont pu s’échapper mais ont abandonné leur véhicule privé, immatriculé BB 37437. Les agents des forces de l’ordre qui voulaient atteindre les bandits, ont tiré des rafales de balles et ont cassé les vitres de la voiture. Pour l’instant, le Nissan Patrol se trouverait au commissariat de l’Estère. Le très recherché Arnel Joseph contre lequel une opération de police avait été effectuée à Village de Dieu (quartier planté au Sud de la capitale, Port-au-Prince) au cours du mois de novembre, se refugierait dans le département de l’Artibonite, notamment dans la commune de l’Estère. Une somme de deux millions de gourdes cash avait été mise à disposition par la Direction Générale de la Police Nationale d’Haïti (DGPNH), en vue de récompenser toute personne qui serait prête à l’aider à identifier et à capturer le dénommé Arnel, «chef de gang».

À rappeler que le maire de la commune de l’Estère, Sénèque Estimable, est porté disparu depuis le 23 mai dernier. Selon les informations communiquées par le département de Communication de la mairie, le responsable s’était rendu à Port-au-Prince au cours de la journée pour effectuer une transaction à la Banque de la République d’Haïti (BRH). Il était rentré à bord d’un bus public en compagnie du maire assesseur, Luckny Dorcilon. Mais, ils se sont séparés en cours de route, a rapporté ce dernier.

Par ailleurs, Wilbens Maxime, un jeune homosexuel de 26 ans, a été tué à Pèlerin 2, dans la nuit du 28 au 29 décembre. «Quand la police est arrivée sur les lieux [la nuit de l’agression, ndlr], il n’était pas encore mort. Il aurait pu avoir de l’assistance et être transporté à l’hôpital. La police a assisté à son décès survenu aux environs de 1h. du matin », a expliqué Charlot Jeudy, membre de Kouraj, association de défense des droits de la communauté LGBT en Haïti. Il a critiqué, au nom de son entité, la passivité des autorités policières vis-à-vis de l’assassinat. Le jeune homme, selon les dires de Jeudy, était à la fois homosexuel et vaudouisant. Il a été tué après avoir été accusé d’être responsable de la mort [mystique, ndlr], d’une jeune femme qu’il ne pouvait pas faire revenir, comme cela lui a été exigé, selon Charlot Jeudy qui se souvient d’un jeune homosexuel très actif au sein de la communauté. Il a été tué parce que, invité à faire une intervention sur la jeune femme malade qui était déjà morte, il n’a rien pu faire et a donc été pris pour responsable, selon Charlot Jeudy. Par ailleurs, la Police nationale d’Haïti, branche Nord, a fait part d’un bilan pour l’année 2018.

La PNH branche Nord dit avoir procédé à 3 437 arrestations. Ces arrestations concernaient des cas de viol, de vol à main armée, de port illégal et/ou de détention illégale d’armes à feu, de trafic illicite de stupéfiants, de trouble à l’ordre public, de voie de fait, a expliqué l’officier de police. «Au cours de 2018, nous avons saisi 50 armes à feu, enregistré 1 166 cas de viol, 24 cas de vol à main armée, 161 cas liés au trouble à l’ordre public et 9 cas concernant le trafic illicite de stupéfiants», a déclaré Anassé Dorival, qui a tenu à remercier la population pour sa collaboration et lui demander de continuer à maintenir le partenariat police-population pour que le Nord soit protégé contre les bandits de toutes sortes.

Emmanuel Saintus

Related Articles

Close
%d bloggers like this: