accueilActualitéCoup d'oeil sur le monde

Pensées et Vœux pour la période des fêtes

Pensées et Vœux pour la période des fêtes

Les années passent et les temps des fêtes viennent et vont, rythmés comme des farandoles et aussi prévisibles que les marées, lors des pleines lunes. Bon nombre d’entre nous, l’espace de quelques jours, retrouvent leur cœur d’enfant et se mettent à rêver à un avenir meilleur et à construire maints châteaux en Espagne, comme on dit. Bien sûr, tous des châteaux de sable qui ne résistent à rien, même pas à une bruine de novembre, même pas à une chiquenaude d’enfant.

Les années passent et les temps de fêtes aussi, avec leur cortège de joies pour certains et de chagrins pour d’autres. Petits ou gros chagrins, cela ne fait pas tellement de différence en ces temps où, normalement, on devrait tous être portés à partager la joie des retrouvailles et quelques victuailles. Mais les retrouvailles se font rares par ces temps insécures, tout autant que les victuailles hors de prix et qui coûtent de l’argent auquel on ne peut que rêver, pour la plupart d’entre nous.

Chez nous, lorsque passent les ans, nous sentons le sol se creuser sous nos pieds, chaque jour un peu plus profondément, et on se met à rêver de mieux-être et de temps plus cléments. Mais quel temps devrait-il faire pour que ce le soit tellement ? Un peu de pluie, et c’est l’inondation, et c’est l’épidémie, de rats ou bien de choléra. C’est du pareil au même. Cela fait tant de dégâts! Juste un peu de soleil, et voilà rabougries nos maigres récoltes assoiffées de rosée, mais juste assez pour ne pas mourir de soif sans en être inondées.

Chez nous, lorsque passent les ans, nous rêvons d’une Kiskeya verdoyante sur nos mornes et dans nos prés, et d’une antenne rutilante pour apporter conseils, nouvelles et faire tonner le tocsin contre les scélérats. Mais le glas qui a sonné, cette fois, a fait taire la voix qui apportait conseils, nouvelles et autres alarmes. Consommée qu’elle est par les flammes que le pompier désinvolte n’a pas su découvrir avant que tout ne soit totalement consumé.

Passe et passe le temps, mais personne ne joue plus à faire le Père Noël, sauf peut-être en hauts lieux, vers nos cîmes fraîches, interdites aux quidams. Même nos enfants ne le cherchent plus dans nos arbres décrépis. Et de foyers, nos demeures sont toutes dépourvues. Il ne faudrait surtout pas que sa Caravane volante ne s’abîme sur le peu qu’il nous reste de cocotiers malades, de palmistes rachitiques, jadis au port royal, ou sur une Forêt-des-Pins aujourd’hui dégarnie.

Passe et passe le temps, et nous reformulons ces mêmes vœux, comme autant d’automates remontés à la clé. Sans y croire vraiment, sans peut-être même y penser, nous répétons à chaque fois ces mêmes souhaits, tel un leitmotiv, telle une vielle rengaine, telle une litanie psalmodiée à l’unisson de nos voix désaccordées.

Joyeux Noël et Bonne année 2019.

Bonheur, Santé, Prospérité

Et aussi PetroCaribe récupéré,

Pour chacun d’entre nous sur ce petit bout d’île qui n’a point connu de répit depuis fort longtemps, depuis si longtemps, ce serait les souhaits les plus ardents… Sauf peut-être pour ceux-là qui n’ont eu de cesse de se remplir les poches, sans crainte et sans vergogne.

Passent et passent le temps et toutes les Caravanes qui ne changent pas grand-chose aux quotidiens moroses et aux lendemains gris et monotones des ventres-creux et des laissés-pour-compte dont les cadavres dépenaillés sont jetés en pâture aux pourceaux affamés.

Mais Joyeux Noël quand même

et surtout,

Bonne et Heureuse Année 2019 !

Tout d’un coup que c’est vrai et que nos vœux se réalisent, et que le Père Noël existe pour de bon ! Tout d’un coup, que nos amis, aveugles, sourds et muets d’habitude, devant notre malheur, brusquement, voient, entendent et lèvent la voix pour dire holà, à tous nos satrapes locaux et importés !

Ala kontan nou ta kontan, chak jou ta va joudlan, an ete tankou an ivè.

Joyeux Noël et Bonne année 2019 !

et vivement, le fonds PetroCaribe retrouvé !

On ne sait jamais, si tous ces souhaits accumulés au cours des ans ne se réaliseront pas cette fois, tout d’un coup, comme lorsqu’on gagne à la loterie. Nous n’y croyons pas vraiment mais, nous en jouons tous un peu, car on ne sait jamais quand tombera le gros lot.

Joyeux Noël, Bonne Année 2019

Et surtout Tèt Ansanm, pour la lutte à finir !

Pour Haïti, pour son peuple meurtri et si mal servi depuis si longtemps, depuis trop longtemps, tels sont les vœux que je formule tout haut dans cet échange et que je murmure tout bas dans mes prières. Et même si le Tèt Ansanm est le seul vœu que nous pouvons encore construire de nos labeurs et de nos réflexions, il nous a éludé si souvent que nous en sommes rendus à le formuler comme tous les autres, encore bien plus inaccessibles.

Pierre-Michel Augustin

le 25 décembre 2018.

Related Articles

Close
%d bloggers like this: