accueilActualitéCoup d'oeil sur le mondeNewsreel

Sommaire de la semaine : du 9-15 décembre 2018

Gangs : Réaction de la Première Dame

La Première Dame de la république repousse les allégations selon lesquelles elle aurait participé à une réunion à La Saline avec des chefs de gangs. Elle dément s’être rendue à La Saline récemment. Martine Moïse confirme toutefois avoir effectué une visite dans cette zone en octobre 2017, dans le cadre de ses activités sociales. L’épouse du Chef de l’État affirme ne pas connaître le chef de gang surnommé Bout Jeanjean, fait qui lui a été reproché sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, la Première Dame de la république lance un message d’espoir à l’approche des fêtes de fin d’année.

 

L’entrepreneuriat: L’OIF fait la promotion en Haïti

C’était le lancement, le mardi 4 décembre 2018, du forum «Entreprendre en Francophonie» autour du thème : « Soutenir le développement de l’entrepreneuriat », une initiative de la direction de francophonie économie et numérique, de concert avec l’incubateur ALPHA Haïti, visant la promotion de l’entreprenariat, destinée à quelques deux cents (200) jeunes entrepreneurs haïtiens. Plusieurs thématiques sont abordées dans le cadre de ce forum dont: « l’entrepreneuriat, levier de développement, l’accompagnement pour le développement des petites et moyennes entreprises (PME) de la Caraïbe et de l’Amérique et le financement des entreprises». Dans son allocution de circonstance, le directeur du bureau régional de l’OIF pour la Caraïbe et l’Amérique, Emmanuel Adjovi, a estimé que le manque de financement constitue un handicap au développement de l’entrepreneuriat et à la croissance des entreprises, d’où le lancement de ce qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie économique pour la francophonie, laquelle a été adoptée par les chefs d’État, membres de la francophonie, a fait remarquer M. Adjovi.

 

Un mouvement d’étudiants qui dénonce la nudité de l’État

Des étudiants de l’Université d’État d’Haïti (UEH) et des membres de la classe universitaire de la capitale ont lancé, le lundi 3 décembre 2018, un mouvement baptisé « Toutouni ». En ne portant que des sous-vêtements pour fouler le macadam, les étudiants expriment, par ce mouvement, leur ras-le-bol face au laxisme de l’État haïtien. Revendiquer ses droits dans la rue peut bien attirer l’attention, mais elle peut l’être davantage quand la revendication porte la marque de la nudité, croient les organisateurs. Et en effet, ce lundi 3 décembre, la marche de nombreux étudiants en sous-vêtements dans les rues de l’Avenue Christophe, n’a pas été inaperçue. «Toutouni», comme mouvement de protestation, est le nouveau credo d’un ensemble d’universitaires qui veulent être des acteurs de leur avenir, selon Luder Providance, un des étudiants ayant pris part au mouvement à l’avenue Christophe.

 

Investissement: Martelly à Hanoï

Michel Joseph Martelly intervenait, le mercredi 6 décembre 2018, au Sommet du Tourisme du Forum Économique du Vietnam (VIEF2018), à Hanoï, la capitale du Vietnam. Dans son discours, il invite les opérateurs et investisseurs du pays à « aller planter leur drapeau » à côté du bleu et rouge, à saisir les opportunités qui existent en Haïti dans le secteur touristique. L’ex-homme d’État, accompagné de son épouse Sophia Martelly, a parlé d’Haïti comme d’un pays au climat propice aux investissements, « un pays djanm », disait-t-il, un pays à fort potentiel et qui « recèle d’opportunités inexploitées ». Michel Martelly souligne qu’« Haïti peut surmonter ses soucis, surmonter les divergences pour accueillir les investissements » étrangers. C’était l’occasion pour lui de rencontrer, en prélude, des étudiants Haïtiens, ainsi que Le Khanh, Vice-Ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme du Vietnam.

 

Le député Jovenel Louis pose ses conditions pour approuver le budget 2018-2019

Après plusieurs jours de silence, les députés ont été invités à participer à une rencontre afin qu’ils puissent statuer sur les projets de loi électorale régissant le fonctionnement du Conseil électoral permanent et sur la loi de finance de l’année fiscale 2018-2019. Le député de la circonscription de Terrier-Rouge, Jovenel Louis, qui dit avoir trouvé l’aval de certains de ses collègues, menace de voter contre le budget 2018-2019, si les fonds du précédent budget, alloués à des projets dans sa circonscription ne sont pas débloqués. « Nous avons déjà voté une loi de finances de l’exercice fiscal 2018-2019. Toutefois, aucune disposition n’a été prise pour matérialiser les projets destinés au développement des communes, qui y étaient insérés, déclare le parlementaire proche du pouvoir.

 

Accidents: les routes tuent

La fréquence des accidents de circulation a augmenté durant le dernier week-end. En effet, plus d’une vingtaine d’accidents graves qui ont été enregistrés, du 29 novembre au 2 décembre 2018, ont fait cent cinquante-trois (153) victimes dont huit (8) morts sur place et cent quarante-cinq (145) blessés, selon les Services Techniques et Opérationnels pour Pallier les Accidents (STOP Accidents). Ces accidents, indique Garnel Michel, un responsable de Stop Accident, sont dus aux conduites inadéquates des conducteurs, passagers et usagers de la route, et se sont produits dans plusieurs villes du pays. Le Dr Michel a souligné que 78,4 % des victimes des accidents de circulation concernent des motocyclettes et 100% des personnes décédées sont âgées de moins de 50 ans.

 

Les Nations Unies saluent le travail des 17 000 volontaires en Haïti

Lors des commémorations de la Journée internationale des volontaires du 5 décembre (JIV), le système des Nations Unies en Haïti a attiré l’attention sur la contribution de plus de 17 000 volontaires actifs en Haïti pour l’année 2018. Dans des domaines clés tels que la prévention et la réponse aux catastrophes naturelles, en soutien aux autorités et aux organisations haïtiennes, ils ont contribué à l’accomplissement des Objectifs de développement durable (ODD), explique un communiqué de la Mission des Nations Unies d’Appui à la Justice (MINUJUSTH). Ce groupe de volontaires nationaux et internationaux inclut des membres des comités décentralisés de gestion des risques et désastres, des brigadiers volontaires de la Direction Nationale de la Protection Civile (DPC), de la Croix-Rouge Haïtienne, des Scouts d’Haïti, du Réseau de Promotion du Volontariat et des Volontaires des Nations Unies.

 

Grèves: 70 avocats critiquent la grève

70 juristes prônent le dialogue, en vue de trouver une issue au conflit entre le Barreau de l’Ordre des avocats de Port-au-Prince et le Commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance. Ce groupe de 70 avocats lance une invitation à leurs collègues, en vue de rechercher une solution à la crise. Les avocats observent une grève illimitée, en vue de forcer les autorités à limoger le Commissaire du gouvernement, Clamé Ocnam Daméus. Parmi les signataires de la convocation à la réunion spéciale figurent l’ex-sénateur Samuel Madistin, l’ex-ministre Camille Leblanc, Evel Fanfan, Mario Beauvoir, Edwin Cock, l’ex-secrétaire d’État, Claudy Gassant. Lors de la réunion du mardi 11 décembre 2018, les avocats devront réfléchir sur la crise au sein du Barreau. M. Madistin déplore les graves conséquences sur les justiciables, puisque les activités sont fatalement paralysées au Palais de Justice de la capitale. Il dénonce les violences orchestrées par des avocats et des étudiants, assurant que ceci vise à transformer le Palais de Justice en une zone de non-droit.

 

Campagne électorale 2015-2017: Aucun Rapport sur le financement

Sur les 145 partis et regroupements politiques éligibles à recevoir le financement public de l’État au cours des dernières élections seulement, 66 d’entre eux ont déposé le bilan détaillé de la subvention qu’ils ont reçue de l’État », a révélé Abdonel Doudou, membre du comité de pilotage de l’OCID, qui présentait le rapport d’une enquête exploratoire menée par l’OCID autour du financement public et privé des campagnes électorales de 2015 à 2017 en Haïti. Il s’empresse de souligner que les rapports que lesdites organisations avaient soumis au CEP ne sont pas audités. Parmi ceux qui ont emboîté le pas, le bilan comptable de 58 partis et regroupements politiques est jugé complet et signé par un comptable agréé, a dévoilé Abdonel Doudou, qui se montre préoccupé. « Il y a un problème majeur, en termes de transparence, de recevabilité, durant ces campagnes électorales », a-t-il constaté, critiquant vertement le mécanisme de contrôle du financement de ces élections dans le pays. Ce qui pousse le responsable de Jurimedia à se questionner sur la source de financement des partis et regroupements politiques de ces dernières joutes électorales. « Aucun parti ou regroupement n’avait notifié au CEP qu’il a reçu le financement du secteur privé », a-t-il relaté. Pourtant, a observé ce militant de droits humains, les dépenses en termes de billboards, publicités, de cortèges impressionnants sont considérables et peuvent difficilement ne pas émarger de la subvention publique.

 

De nouvelles entreprises asiatiques en Haïti

Près d’une douzaine d’entreprises asiatiques qui évoluent dans le secteur du textile, notamment dans la fabrication de vêtements, seront implantées en Haïti d’ici mi-2019, a affirmé Georges Sassine, président de l’Association des Industries d’Haïti, indiquant, au passage, l’énorme défi à relever, comme celui d’apporter du soutien à ces entreprises sur le plan infrastructurel. Autres défis de taille qu’a soulevés M. Sassine sont le manque de bâtiment et de ressources qualifiées pour faire fonctionner ces entreprises, précisant toutefois que deux d’entre elles sont déjà établies en Haïti. La stabilité politique et économique est aussi nécessaire à la survie des investisseurs et créateurs d’entreprises. Le secteur manufacturier qui rassemble aujourd’hui environ une vingtaine de manufactures dont 13 issues du continent asiatique, est appelé à grandir en ampleur, si le climat de sécurité le permet.

 

FIDA: Haïti prévoit un accord de $50 millions

Le titulaire du ministère de l’Agriculture, Jobert C. Angrand, s’est rendu à Rome, en vue de participer à l’Assemblée générale de la FAO, le mercredi 4 décembre 2018. Dans le cadre de ce voyage officiel, il a profité pour rencontrer le directeur général de l’organisation, José Graziani da Silva, ainsi que la vice-présidente du FIDA, Cornelia Richer, avec laquelle il prévoit de signer un accord de siège de 50 millions de dollars américains que le parlement haïtien doit ratifier avant tout décaissement. En visite officielle en Italie, le ministre de l’Agriculture, Jobert C. Angrand, accompagné de son chef de cabinet, Calixte Adlin, rencontre diverses personnalités du monde de l’alimentation. Dans un premier temps, le dignitaire haïtien a rencontré le directeur général de la FAO, José Graziani avec lequel il a abordée le sujet de l’amélioration du secteur primaire en Haïti, principalement, l’apport de la FAO dans le domaine de la pêche, afin de trouver des moyens pour élaborer et mettre en œuvre des projets susceptibles de valoriser ce sous-secteur. Entre le ministre de l’Agriculture, Jobert C. Angrand et le directeur général de la FAO, José Graziani, les échanges ont aussi porté sur la possibilité de mettre en place un programme pour lutter contre le sigatoca noir et les maladies qui affectent les cocotiers d’Haïti.

 

Le procès de Clifford Brandt et Co: renvoyé

En raison d’un vice de forme, le nouveau procès de Clifford Brandt et acolytes – lancé il y a environ un mois aux Gonaïves – est reporté au mardi 11 décembre 2018. Cette suspension d’audience est prise, afin de permettre au parquet près le tribunal civil de la juridiction, de signifier à nouveau tous les témoins « jugés importants ». Les avocats de la défense se sont félicités de cette décision. Me Sérard Gasius admet qu’une « erreur » s’est glissée dans le traitement du dossier. Il s’engage à rectifier le tir afin de respecter « la forme et le fond ». Comme d’habitude, soutient le magistrat, la juridiction des Gonaïves doit maintenir sa notoriété en matière de jugement. Après la séance, pour des mesures de sécurité, les inculpés sont reconduits au Pénitencier national. «Toutes les dispositions seront prises pour que le procès se poursuive mardi prochain», rassure Me Gasius. L’un des avocats de la défense, Me Nickenson Nathan, se dit satisfait du bon déroulement du procès. Il félicite le professionnalisme du juge en charge de l’affaire. « Dans le domaine du droit, tous les détails sont importants », souligne le défenseur. Dans le délai qui lui est imparti, Me Nathan appelle le commissaire du gouvernement à s’acquitter correctement de sa tâche.

 

Accord commercial Haïtiano-dominicain

Le ministre des Affaires étrangères, Miguel Vargas Maldonado, a annoncé que le gouvernement cherche depuis longtemps à officialiser un accord commercial avec la République d’Haïti, dans le but d’éliminer les obstacles et les situations irrégulières qui affectent les relations commerciales entre les deux pays depuis des années. Le chancelier dominicain, qui intervenait à un programme radiophonique universitaire, a rappelé qu’Haïti est un partenaire stratégique de la République dominicaine et a regretté l’impossibilité d’établir un accord qui, de son point de vue, serait bénéfique, non seulement pour la République Dominicaine qui disposera d’un plus grand nombre de produits à écouler, mais également pour Haïti qui collectera des droits de douane et des taxes, tout en bénéficiant du volume des échanges. Vargas Maldonado a expliqué que cet accord pourrait avoir pour résultat de contrôler les restrictions imposées par les gouvernements haïtiens aux produits dominicains et de générer un flux commercial viable. En septembre 2015, le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) avait alors publié un communiqué annonçant l’interdiction imposée sur l’entrée par voie terrestre d’environ 23 produits dominicains, autorisant lesdits produits à n’entrer sur le territoire haïtien que par voie maritime, à travers le port de Port-au-Prince ou de celui du Cap-Haïtien, ou par voie aérienne.

 

Accident de la route: la DPC en action

Le directeur de la Protection civile, Dr Jerry Chandler, en marge de la célébration de la Journée Internationale du Volontariat, a mobilisé des brigadiers de la DPC au gymnasium Vincent, pour honorer certains volontaires pour les sacrifices consentis au service de l’institution. Ils sont au nombre de 3 000, œuvrant pour le compte de la DPC, et 20 000 pour tout le pays. Cette activité visait aussi à sensibiliser la population à la prévention des accidents sur la voie publique. Selon le Dr Chandler, l’heure est à la réflexion sur cette problématique, vu le nombre de victimes que compte le pays. « On a réuni tous les acteurs : la police routière, la Sécurité publique, le ministère de la Santé publique et l’organisme Stop Accident, pour réfléchir sur la prise en charge et proposer des solutions sur la prévention des accidents de la route », a-t-il fait savoir. Le responsable du système de protection civile, après discussion, dit envisager à court terme d’abord, de collecter les informations à temps. Si le Dr Chandler loue les vertus de WhatsApp qui aide à obtenir des informations sur le coup, il nuance un peu en insistant sur le fait que les informations ne sont pas toujours fiables.

 

Brésil: ministère du Travail supprimé

Il n’y aura pas de ministère du Travail au Brésil, dans le gouvernement du président élu, Jair Bolsonaro, a confirmé un haut responsable de l’Exécutif qui entrera en fonctions le 1er janvier, levant ainsi une incertitude. Jair Bolsonaro avait annoncé au début de novembre, la disparition du ministère du Travail, dans le cadre de son plan de réduction du nombre de ministères, ce qui avait soulevé les critiques du ministère visé et des centrales syndicales. Puis ses déclarations avaient laissé entendre qu’il était revenu sur sa décision. Lundi, dans un nouveau communiqué, l’actuel ministère du Travail, dirigé par Caio Viera de Mello, a estimé que «démembrer» ce portefeuille portait atteinte à la Constitution. Pour Vagner Freitas, président du syndicat CUT, proche du Parti des travailleurs de l’ex-président Lula (PT, gauche), la suppression de ce ministère, dans un pays qui compte 13 millions de chômeurs et 43% d’économie informelle, est «un manque de respect envers la classe laborieuse et un cadeau aux patrons».

 

Énergie: Haïti au Top 5

Haïti, grande île de la Caraïbe et pays le plus pauvre de la région, possède pourtant un fort potentiel énergétique et peut, dans les cinq prochaines années à venir, accueillir la croissance des énergies renouvelables, selon le Forum des Caraïbes sur les énergies renouvelables, CREF. Au 10e anniversaire du CREF, près de 500 entrepreneurs et patrons d’entreprises se sont rassemblés à Miami pour discuter de l’avenir de la région dans le secteur énergétique. Haïti y était et a donc participé à la cérémonie du « CREF Industry Awards », récompense attribuée à des pays de la région qui possèdent de forts potentiels pour la croissance des énergies renouvelables. Le pays, qui se remet encore difficilement des ouragans Irma et Matthew, a pourtant remporté deux Awards. Ce sont les entreprises 10Power, 121 Consulting et SMA, auteurs d’un projet exécuté au bénéfice de l’UNICEF en Haïti, qui se sont vu octroyer cette distinction dans la catégorie « Projet à impacts environnementaux et sociaux ». Selon un sondage réalisé par l’équipe du CREF, le solaire et le stockage ont le plus fort potentiel de croissance. « Une partie de cette croissance proviendra du secteur commercial et industriel », lit-on dans une note de l’organisme. La Jamaïque, Porto-Rico et la République Dominicaine sont en tête de liste. La Guyane et la République d’Haïti occupent respectivement la 4e et la 5e positions dans ce classement.

 

FNE: le REPT exige

Le Regroupement Éducation pour toutes et pour tous (REPT) exige une gestion transparente du Fonds national pour l’éducation (FNE). Le REPT demande au ministère de l’Éducation et de la Formation professionnelle (MENFP) de rendre public le Conseil administratif du FNE. Conformément à la loi du 17 août 2018, le FNE doit être constitué des ministres de l’Éducation nationale, de la Planification et la Coopération externe, de l’Économie et des Finances ainsi que celui des Haïtiens vivants à l’étranger. Le REPT met en garde contre toutes celles et tous ceux qui voudraient transformer le FNE en un canular fonctionnant en dehors de la loi. Il exhorte les autorités à effectuer un audit complet sur l’utilisation qui a été faite du fonds depuis sa création. Sept ans plus tard, Joseph Frantz Nicolas a été installé le 26 novembre 2018, comme directeur général du FNE, lancé officiellement depuis le 26 mai 2011, sous l’administration de l’ancien président, Joseph Martelly.

 

Le MTPTC reçoit 15 millions de dollars du Taïwan

La République du Taïwan finance la construction de 28 kilomètres de route, à hauteur de 15 millions de dollars en Haïti. La construction qui doit être pilotée par le ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC), rentre dans le cadre du programme à haute intensité de main d’œuvre qui prévoit une création massive d’emplois avant les fêtes de Noël. Six (6) des 10 départements du pays, notamment l’Ouest, le Nord, le Nord-Ouest, le Nord-Est, l’Artibonite et le Centre seront les bénéficiaires des travaux de construction de 28 km de route, des travaux de voirie et d’assainissement financés par le gouvernement taïwanais, à hauteur de plus d’un (1) milliard de gourdes, pour une durée de trois mois. 37% de la somme totale du financement a déjà permis au MTPTC de débuter les travaux dans diverses régions ciblées dans le cadre de ce projet. En dépit des difficultés rencontrées, le MTPTC a pu commencer, ce mois-ci, dans les communes de Tabarre, Carrefour, Delmas, Kenscoff, Croix-des-Bouquets, en passant par la route nationale # 8. Les mises en place sont en cours pour poursuivre dans toutes les zones fixées, selon ce que souligne le ministre Fritz Caillot.

 

16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes

Mettre fin aux violences faites aux femmes est un long combat à mener. En Haïti, 28% des femmes de 15-49 ans sont victimes de violences physiques ; 50% en sont sorties avec des blessures ; 29%, avec des violences émotionnelles, selon l’EMMUS IV. Pour retenir l’attention sociétale sur ces faits estimés graves, 16 jours d’activisme ont été lancés par diverses institutions à travers le pays. Du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, jusqu’au 10 décembre, Journée des droits humains, la campagne «16 jours d’activisme» contre la violence faite aux femmes, sera le credo de plusieurs institutions qui militent pour le respect des droits des femmes et des filles en Haïti. Ces 16 jours donneront l’occasion de dynamiser les actions visant à combattre la violence contre les femmes et les filles, partout dans le monde.

 

Cyber attaque: La chaîne d’Hôtel Marriott victime

La Société Marriott International a informé dans un communiqué publié le 30 novembre 2018, que le système de réservation des clients de Starwood (Un groupe hôtelier américain dont le siège social est situé à Stamford, dans le Connecticut) a été piraté. Dans cette note officielle, Marriott International confirme qu’entre 2014 et le 10 septembre 2018, les données de «500 millions» d’invités, dont des informations personnelles ont été exposées, lors de cette cyber-attaque.

 

Déchets: des familles mobilisées

Dans le cadre de la poursuite des activités liées à l’assainissement à Martissant, FOKAL, via son projet Gestion Urbaine de Proximité (GUP), mobilise son volet communautaire pour permettre à la population de bénéficier d’un environnement salubre, mais aussi pour la sensibiliser à ses responsabilités et devoirs citoyens. Au cours du mois d’octobre dernier, 82 familles qui font le tri sélectif des déchets, ont bénéficié des services du groupe des collecteurs et collectrices du projet, qui ont transporté au bac à compost du parc, 912 livres de déchets biodégradables. À Martissant, l’insalubrité se traduit surtout par une mauvaise gestion des déchets qui, souvent, représentent un danger pour la santé de la population et handicapent certaines infrastructures. Pour aider les familles à se débarrasser de leurs déchets, le volet communautaire a mis sur pied un système de gestion qui prend en compte la phase de tri, de pré-collecte, de collecte, de transport, de valorisation et d’élimination des déchets.

MCC renforce les liens de coopération

Le ministre de la Culture et de la Communication, M. Jean Michel Lapin, a effectué, du 26 au 30 novembre, une mission à Washington, en vue de renforcer les liens de coopération entre le Ministère de la Culture et de la Communication (MCC) et les partenaires internationaux, en matière de conservation de biens culturels. Accompagné, notamment de membres de son cabinet et de représentants du Centre de Conservation des biens Culturels (CCC) d’Haïti, entre autres, le ministre s’est entretenu avec des autorités représentant différentes subdivisions de la Smithsonian Institution (SI), notamment le Smithsonian Cultural Rescue Initiative, le National Museum of African Art (NMAfA) et le National Collections Program. D’abord, avec Madame Corine Wegener du Smithsonian Cultural Rescue Initiative, les discussions ont porté, d’une part, sur la nécessité de renforcer la capacité des acteurs culturels par la tenue d’ateliers de formation et, d’autre part, sur les déficiences dans le domaine, comme l’inexistence d’un laboratoire de conservation et de recherche ou encore la formation en conservation préventive face aux catastrophes naturelles diverses. Ensuite, la délégation a tenu une réunion de travail avec le Directeur du Musée National de l’Art Africain (NMAFA), Gus Casely-Hayford et Karen Milbourne, Curateur au NMAFA. M. Casely-Hayford s’est montré très intéressé à l’histoire du pays et à sa relation avec le Bénin. Il souhaite que la coopération avec Smithsonian repose sur un projet plus ambitieux, ce qui porte la délégation haïtienne à réfléchir, actuellement, sur le concept d’un « Musée de la Révolution Haïtienne », avec trois composantes : l’histoire de la lutte pour l’indépendance du pays, le vodou et les arts.

Le MTPTC crée de nombreux emplois pour la fin de l’année

Pour la 65ème conférence «Les Lundis de la Presse», le ministère de la Culture et de la Communication a reçu le ministre des Travaux Publics, Transports et Communications, l’ingénieur Fritz Caillot, qui a fait le point sur le projet mis en place par son institution, concernant les travaux de voirie, d’assainissement et de réhabilitation routière. Le titulaire du MTPTC a également présenté un bref bilan des réalisations touchant les infrastructures routières, à travers la Caravane du Changement. Le projet des travaux de voirie et d’assainissement financé par le gouvernement taïwanais, à hauteur de plus d’un (1) milliard de gourdes, durera trois mois et touchera 28 km de route, englobant six(6) des 10 départements du pays, notamment l’Ouest, le Nord, le Nord-Ouest, le Nord-Est, l’Artibonite et le Centre. Ce projet permet surtout d’intervenir dans des zones à forte concentration populaire, afin de créer plus de 3 000 mille emplois, selon le voeu du Président de la République, Jovenel Moïse.

 

Le « Kredi Atè Plat » lancé officiellement dans l’Ouest

1 200 bénéficiaires à faibles revenus dans des quartiers défavorisés, dont 65% de femmes, ont désormais accès au crédit. C’est l’objectif que se fixe le nouveau programme « Kredi Atè Plat », implémenté par le ministère du Commerce et de l’industrie. C’est le Président de la République, son Excellence Jovenel Moïse, qui a lancé, le jeudi 29 novembre, au palais municipal de Delmas, le crédit « Atè Plat » en vue de soutenir, dans un temps record, les personnes en situation difficile économiquement, dans les milieux défavorisés. À partir de ce programme, le chef de l’État compte réduire le taux de chômage et augmenter en capitaux, les revenus des citoyens, l’une des causes principales, dit-il, de la déperdition des jeunes dans les milieux les plus pauvres. Pour le président, cette initiative est inscrite dans sa vision, en vue d’améliorer le bien-être des ménages pauvres et des petits entrepreneurs. Ce programme va permettre l’augmentation du pourcentage d’accès au crédit dans le pays, surtout chez les femmes et les jeunes qui vont avoir accès aux services financiers formels. Dans son discours de circonstance, le président Moïse a témoigné sa volonté de démocratiser le crédit en Haïti et de faire en sorte que, chaque mois, successivement, le même nombre qu’aujourd’hui puisse bénéficier de cette même opportunité.

Altidor Jean Hervé

Related Articles

Close
%d bloggers like this: